Les huit condamnés de la cosmétique

Si vous ne vous sentez pas encore prête à franchir le pas du tout naturel, apprenez au moins à éviter les composants hautement indésirables de l’industrie cosmétique dite « pétro-chimique ».
Voici la liste noire des huit ingrédients interdits dans les produits cosmétiques :


1- Propylène glycol (en anglais : monopropylene glycol, propylène glycol) :

(conservateur, solvant)
Substance liquide synthétique, sans couleur et sans odeur, qui retarde le dessèchement des cosmétiques. Il dérive du pétrole et peut être irritant pour la peau. C’est également un solvant pour les peintures et les plastiques.

2. SODIUM- LAURETH -SULFATE et SODIUM- LAURYL -SULFATE
(dégraissants, nettoyants)
Détergent de synthèse utilisé communément dans les shampooings, les gels douches, les bains moussants et les dentifrices pour son pouvoir dégraissant et moussant. En décapant la peau, il la dessèche et l’irrite ce qui peut déclencher des réactions allergiques.
Alternative écologique : Le lauryl-sulfate, le disodium-laureth-sulfate (tirés tous deux de l’huile de coco ou de palme), la bétaine (composant du beurre de coco) : doux pour la peau et biodégradable.

3. BHT (butylhydroxytoluène) et BHA (butylhydroxyanisole)
(antioxydants : évitent le rancissement des produits)
Utilisés principalement dans les rouges à lèvres et le maquillage pour les yeux, le BHA est considéré comme un cancérigène probable par le Département de la Santé Américain. En France, ils sont interdits dans les produits alimentaires car, consommés à haute dose, ils sont cancérigènes pour l’estomac.
Alternative écologique : tocophérol (vitamine E : un antioxydant naturel)

3. COMPOSES MUSQUES
(parfums artificiels)
Ces substances odorantes artificielles se fixent dans les tissus humains. L’enquête de Greenpeace en février 2005 a démontré leur présence dans le lait maternel ou les tissus embryonnaires. Parfumez-vous, vous parfumez aussi votre fœtus…

4. PHTALATES : DEHP, DBP, DINP, DIDP, et BBP
(plastifiants utilisés dans les peintures, les vernis, les laques, les encres, les adhésifs)
Présents dans le vernis à ongles, les laques de coiffage, les déodorants en particulier. Les phtalates endommagent le foie, les reins, les poumons et les appareils reproducteurs de rats de laboratoire. En novembre 2002, l’Union Européenne a banni l’usage du DBP et du DEHP, en cosmétique. Le DIDP dans les jouets en PVC pourraient présenter des risques pour les enfants de moins de 3 ans (mise en bouche des jouets).

5. PEG et PPG
(émulsifiants et tensioactifs)
On les utilise pour faire « prendre » la sauce d’un mélange eau+huile (donc dans toutes les émulsions type : crèmes, lotions démaquillantes, mousses à raser …). Ils sont obtenus à partir d’un gaz toxique, très polluant. Ce n’est donc pas tant leur danger pour la peau que leur extrême toxicité pour l’environnement qui leur vaut leur place sur cette liste noire.

Alternative écologique : substances non-ethoxilées

6. SEL D’ALUMINIUM
Anti-transpirant qui empêche la sueur de perler à la surface de la peau. Les sels d’aluminium bouchent les canaux de sécrétion des glandes sudoripares et peuvent créer des réactions inflammatoires.

Alternative écologique : Le farnesol (composant naturel des Huiles Essentielles), le citrate triéthylique (acide citrique provenant du jus de griotte ou de groseille : il inhibe les enzymes responsables de la décomposition de la sueur)

7. PARABENS : Ethylparaben, Methylparaben, Butylparaben, Propylparaben
(conservateurs synthétiques)
Les fameux frères Daltons Parabens ont mauvaise presse en ce moment, A l’origine, ils ont pourtant représenté un mieux par rapport au formaldéhyde utilisé alors – aujourd’hui interdit en cosmétique car cancérigène reconnu. Ils sont douteux sur un plan allergique.

Alternative écologique : les Huiles Essentielles sont d’excellents conservateurs, à condition d’en mettre suffisamment (donc plus cher), extrait de pépins de pamplemousse, vitamines E, C ou Propolis

8. FORMALDEHYDE : diazolidinyl urea, DMDM hydantoin, imidazolidinyl urea, quaternium-15, 2-bromo-2-nitropropane-1,3-diol (Bronopol)
(conservateur, durcisseur dans les vernis)
C’est le groupement chimique des ingrédients suivants : diazolidinyl urea, DMDM hydantoin, imidazolidinyl urea, quaternium-15, 2-bromo-2-nitropropane-1,3-diol (Bronopol). C’est un produit cancérigène et neurotoxique reconnu. Son taux ne doit pas dépasser 0,2% comme conservateur, 0,1% dans les soins buccaux et 5% dans les durcisseurs. 0% c’est mieux !

Alternative écologique : les Huiles Essentielles sont d’excellents conservateurs, à condition d’en mettre suffisamment (donc plus cher), extrait de pépins de pamplemousse, vitamines E , C ou Propolis.

(Sources : Greenpeace, La maison bio, The green guide, Rita Steins, « La Vérité sur les cosmétiques » et Healthy Communications)

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *