Les cheveux bouclés et frisés à la loupe !

Pourquoi la nature nous a-t-elle dotées d’une chevelure bouclée ?
Qu’est ce qu’un cheveu bouclé ou frisé ? Quelles sont sa structure et sa composition ? Zoom au coeur des mystères capillaires…

La nature de nos cheveux est attribuable à la génétique et constitue un héritage de nos parents, tout comme la couleur de nos yeux ou la teinte de notre peau.

C’est une question d’hérédité. Les cheveux poussent dans un follicule et les gènes décident de leur forme (ronds, ovales ou aplatis), donc des cheveux. Les cheveux droits émergent de follicules presque sphériques et poussent de façon quasi perpendiculaire au cuir chevelu, soit passent dans la peau en ligne droite. Les cheveux ondulés émergent de follicules réniformes et poussent en angle légèrement incliné par rapport au cuir chevelu. Les cheveux frisés émergent de follicules ovales et allongés et poussent en angle très incliné par rapport au cuir chevelu. Ils suivent un trajet plus sinueux.

Le cheveu occidental est implanté obliquement dans la peau. Alors que les cheveux crépus ou frisés sont implantés presque horizontalement, ce qui détermine leur pousse hélicoïdale ou en ressort.

Le cheveu occidental est implanté obliquement dans la peau. Alors que les cheveux crépus ou frisés sont implantés presque horizontalement, ce qui détermine leur pousse hélicoïdale ou en ressort.

Le cheveu est composé de plusieurs couches cellulaires qui sont à la fois extrêmement solides et vulnérables aux attaques exogènes, comme les acides, le sel, les rayons solaires, les manipulations chimiques mal contrôlées…
Plus précisément le cheveu est une fibre qui pourrait être comparée schématiquement à un brin de laine. Les fibres de nos cheveux absorbent l’humidité, tout comme la laine, qui se compose des mêmes éléments : carbone, azote, oxygène et soufre.

A ce titre, il doit être entretenu avec le même égard car il est aussi fragile !
Vous n’envisageriez pas de laver vos pulls avec un détergent. Pourtant la plupart des shampooings contiennent des détergents dur (sulfate laurique de sodium ou sulfate de laureth) qui se trouvent aussi dans le liquide vaisselle…
Ils sont parfaits pour dégraisser nos poêles et casseroles mais pas pour nos cheveux !

Nos cheveux ont besoin de conserver leur gaine protectrice (le film hydrolipidique) qui lubrifie naturellement le cheveu, les acides aminés essentiels et glycoprotéines qui le structurent et autres lipides (acides gras) tels que les céramides qui jouent le rôle de ciment entre les écailles de la cuticule (voir ci-dessous). Sans eux, les cheveux deviennent secs, ternes voire cassants.

Testez cette expérience simple pour observer l’effet « détergent » sur vos cheveux : Versez un peu de détergent de vaisselle sur une éponge humide et serrez doucement. Des bulles se forment : tenez l’éponge sous l’eau courante et constatez le temps nécessaire pour évacuer la mousse.
Les cheveux bouclés réagissent de la même manière au shampooing parce qu’ils sont poreux et absorbent le détergent comme une éponge.

A savoir : Une fois qu’il est construit, le cheveu ne reçoit plus aucune aide des tissus qui l’ont créé. Seule sa formidable conception et l’apport extérieur de soins cosmétiques lui permettent de résister aux innombrables agressions qu’il subit !

Quelle est la composition d’un cheveu ?
Vu au microscope, il est recouvert de minuscules « tuiles » ou « écailles » que l’on appelle cuticule.
Leur rôle ? Protéger le cheveu et lui donner un aspect sain et souple. Quand ses écailles sont bien refermées, elles réfléchissent la lumière et les cheveux brillent.
Si au contraire la cuticule est hérissée ou endommagée, les cheveux restent ternes car ils ne peuvent renvoyer la lumière en raison de leur surface irrégulière. Les détergents, la chaleur, les produits chimiques, le brushing ou même un simple brossage altèrent la cuticule en la rendant rugueuse.

Faites cette expérience pour évaluer la qualité de vos cuticules : Placez un cheveu dans un verre d’eau, si la cuticule est intacte, le cheveu flotte ; sinon, il coule.

Véritable fibre naturelle, le cheveu est constitué à 95% de kératine. Il se développe en zones concentriques à partir du follicule pileux. Chacune des zones de ce follicule joue un rôle au cours du renouvellement, du développement et de la sénescence du cheveu.

L’élasticité d’un cheveu dépend de plusieurs facteurs génétiques et du degré d’humidité ; elle régresse avec l’âge.
L’élasticité du cheveu est principalement une caractéristique génétique. Mais avec l’âge, l’élasticité diminue tandis que l’humidité l’augmente.
Ainsi, jusqu’à 5% d’allongement, le cheveu est élastique. Cela est dû à la structure de la molécule de kératine. Appelée kératine a dans son état naturel, l’étirement la déploie en kératine b. Lorsque l’étirement cesse, elle reprend sa forme initiale comme le ferait un ressort. Ensuite, le cheveu entre dans une zone dite d’écoulement où, presque sans effort, il peut s’allonger de 25% : la kératine a se déroule en kératine b. Au-delà, la kératine b commence à résister. Cependant, dans cette phase précédant la rupture, le cheveu peut encore s’allonger et il casse souvent alors que sa longueur a déjà doublé!

Passée la phase d’élasticité, le cheveu présente une autre propriété : il conserve, pour un moment du moins, la forme qu’on lui donne. Ainsi, si l’on enroule un cheveu autour d’un stylo et qu’après quelques heures on enlève le stylo, le cheveu gardera sa forme bouclée. C’est ce qu’on appelle la plasticité du cheveu. Combinée à l’eau et la chaleur, cette propriété permet de modifier provisoirement la forme du cheveu en utilisant, par exemple, la technique du brushing.

Le fait que le cheveu soit plus lourd une fois mouillé montre que son hydrophobie est perméable. Un cheveu humidifié lui permet d’absorber 30% de sa masse et mouillé il peut gonfler de 20 à 30 % tout en s’allongeant d’environs 10%. Le cheveu abîmé peut atteindre 45%, sa longueur peut alors augmenter de 2% et son diamètre de 15% à 20% ! La résistance à la traction est de 50 à 100 millinewtons par cheveu, soit l’équivalent de 5 à 10 g.

Selon son origine, le cheveu est plus ou moins résistant : le cheveu afro, fortement enroulé, est beaucoup plus fragile que le cheveu asiatique.
Autant de propriétés exploitées en cosmétique.

A lire aussi : Morphologie, cycle de vie et propriétés du cheveu

A lire aussi :

One Response

  1. Bonjour
    Je lis avec attention vos rubriques pleines de conseils que du coup j’applique
    Je suis blanche on ne sais pas de qui viennent mes cheveuxMystère ils ont tous les cheveux raids dans la famille lol les miens ont toujours été comme ça depuis bb18 mois car chauve avant lol
    J’ai les cheveux frisés mi long dégradé épaules environ 3b parfois C châtain pour les plus longs car ils ont cassé très haut apres première grossesse allaitement et surtt gros régime (-30kg) depuis ils ont été coupés et encore 1 an puis repousse et 2 eme bb beaucoup de pertes environ 2 mois couper les pointes 2 fois depuis l’accouchement donc 2 mois la dernière coupe(6 mois en tt)
    En ce moment je n’arrive à rien !! Un désastre autant lorsque je rentre chez moi le soir dans les hauts à la Reunion 500 M environ côte ouest ils sont plus beau plus volumineux boucles plus serrées mais des fois rien ne change
    Sinon le cuir chevelu me fais parfois mal je change de shampooing mais avec une bardée de produits je ne sais plus quoi mettre je voudrais retrouver ma longueur sous poitrine (cheveux non mouillés ) mon volume malgré que de nouveaux cheveux poussent autour du visage et qu’ils ne cassent plus ne tombent plus
    J’ai commandé un peigne corne je l’attends
    Je commande mes produits dans une boutique le curlshop donc de bons produits comme loly… Sans agressions…
    Pouvez vous me conseiller s’il vous plaît ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *