Quelle différence entre cheveux déshydratés et cheveux secs ? (mythe capillaire)

Cheveux déshydratés et cheveux secs sont-ils vraiment différents ? Un mythe capillaire est en voie d’expansion sur la toile : celle de faire un distingo entre ces deux types de cheveux. On trouve ainsi divers articles expliquant qu’ils ne doivent pas être traités de la même façon, avec des soins qui seraient spécifiques à chaque nature. Pourtant scientifiquement parlant, il n’y a pas de réelle différence entre des cheveux déshydratés et des cheveux secs car tous deux « souffrent » de la même insuffisance lipidique. Je vous explique pourquoi et quels critères il vaut mieux prendre en compte pour choisir les soins pour ses cheveux :

Nourrir et hydrater les cheveux : deux notions jumelles

En préambule, je vous invite à consulter mon précédent article sur la différence entre « nourrir » et « hydrater » les cheveux ainsi que mon article sur les ingrédients pour hydrater sans graisser ses cheveux.

L’idée de l’existence d’un cheveu déshydraté à distinguer d’un cheveu sec découle du même raisonnement erronné qui veut qu’on donne soit « à manger » (corps gras) ou « à boire » (eau) aux cheveux pour respectivement les « nourrir » et les « hydrater ».

Pourtant ces deux termes (qui s’appliquent aussi à la peau) reposent en fait sur le même principe : les soins hydratants ou nourrissants visent tous les deux à pallier une sécheresse de la fibre capillaire insuffisamment lubrifiée par le sébum naturellement produit au niveau du cuir chevelu. Oui, vous avez bien lu c’est le sébum (film huileux) qui hydrate le cheveu (et la peau). Les autres lipides internes du cheveu (dont les céramides) jouent aussi ce rôle en coordination. Les causes de cette insuffisance lipidique peuvent être diverses (voir mon article à ce sujet en complément).

Par cette simple explication, on comprend donc que « cheveux déshydratés » ne signifient pas un manque d’eau (la teneur en eau du cheveu s’ajustant avec le taux d’humidité de l’air) mais plutôt manque de sébum qui permet, entre autres de contrôler les échanges d’eau entre le cheveu et l’atmosphère entre autres (fonction « barrière » »). Raison pour laquelle je préfère utiliser de façon générale les termes de « cheveu lubrifié » ou « cheveu gainé » pour désigner l’aspect de sa cuticule et de ses écailles (couchées et bien alignées) à la surface du cheveu qui déterminent son aspect, sa texture et son toucher. D’ailleurs, la plupart, si ce n’est la totalité, des soins cosmétiques pour les cheveux agissent essentiellement en surface du cheveu, sur sa cuticule

Pour les cheveux bouclés, cela se traduit par ce que l’on nomme des « frisottis » ou « cheveux mousseux ». Autre synonymes -moins fréquents- qu’on pourra trouver ici et là : cheveux dénutris ou délipidiés ou les fameux « cheveux indisciplinés » !

cheveux deshydratés et cheveux secs différences

Les cheveux déshydratés comme les cheveux secs forment des boucles mousseuses emmêlées et des brins hirsutes qui se détachent les uns des autres et rebiquent à la surface de la chevelure. Ceci est dû à une insuffisance de lubrification par le sébum de la fibre.

Cheveu déshydraté et cheveu sec : un même besoin de sébum !

Un cheveu déshydraté tout comme un cheveu sec présente donc un film hydro-lipidique déficient, c’est à dire essentiellement la fine gaine formée naturellement par le sébum autour de chque fibre. Cette enveloppe remplit plusieurs missions : celle de protéger le cheveu contre les agressions externes qu’il s’agisse des divers frottements qu’il subit (vêtements, drap, coiffage, tripotage des doigts etc.) mais aussi d’aider à lisser ses écailles et de les lustrer pour leur donner souplesse et brillance, et enfin point important ici : empêcher ou au moins limiter l’afflux d’humidité qui perturbe l’alignement de ses écailles et le rend sec c’est à dire déshydraté, ainsi que l’évaporation de son eau interne. Un cheveu bien lubrifié par son sébum combattra aussi mieux l’électricité statique (neutralisation).

Le cheveu sec comme le cheveu déshydraté souffre tous deux de leurs écailles hérissées qui leur donnent d’une part cet aspect « pailleux » ou « mousseux » peu apprécié, et d’autre part l’empêche de retenir son eau interne certes mais surtout de limiter l’entrée d’humidité externe
qui le déforme encore plus.

Un cheveu souple, soyeux et brillant dit bien « hydraté » ou bien « nourri » possède des écailles bien à plat et alignées le long de sa fibre comme les tuiles/ardoises d’un toit. Et tout ceci grâce au sébum (ainsi qu’aux lipides internes du cheveu qui assure la cohésion de sa structure), on y revient donc. Lorsque le sébum vient à manquer, les écailles du cheveu tendent à moins bien s’imbriquer et sont promptes à créer des frictions entre elles (elles se repoussent, ce qui crée cet halo de cheveux un peu hirsutes autour de la tête en surface de la chevelure). De ce fait, elles prennent cet aspect broussailleux caractéristique d’un cheveu sec qui peut se déshydrater plus facilement (évaporation de son eau interne d’autant si le climat est sec). Et ce n’est certainement pas de mouiller le cheveu qui va l’aider, bien au contraire (l’eau soulevant d’autant plus les écailles : voir mon article sur les effets de l’eau sur les cheveux http://beautiful-boucles.com/eau-cheveux-boucles-secs-effets/). Même les humectants ne sont pas toujours adaptés, surtout utilisés purs ou via les humectants (ce qui n’est pas forcément le plus adapté non plus si utilisé purs, en particulier pour les cheveux bouclés.

Cheveu déshydraté, cheveu sec et électricité statique

Un cheveu déshydraté qui est un cheveu sec ayant perdu son eau interne et son enveloppe de sébum va se charger en électricité statique puisque le sébum ne joue plus son rôle hydro-régulateur et d’isolant électrique. Un cheveu sec et/ou abîmé avec une enveloppe de sébum défaillante et une cuticule poreuse qui gonfle en absorbant l’humidité ambiante n’accumulera pas de charge électrique car il la neutralisera, par contre ses écailles seront très hérissées et les cheveux se repousseront aussi entre eux comme dans le cas des cheveux électriques (qui peuvent d’ailleurs cumuler les deux). Quand l’atmosphère est humide, elle devient « conductrice » (le contraire de « isolant ») : les charges électriques peuvent circuler (le contraire de « statique ») et s’annuler. Quand l’air est sec, il devient peu conducteur et les cheveux ne peuvent pas évacuer leur électricité statique d’où son nom (elle ne bouge plus).

Voir mes article sur les frisottis, l’humidité et les humectants pour plus d’infos :

Comment se débarasser des frisottis ? Causes et solutions
Humidité, frisottis et cheveux bouclés

Frisottis, cheveux qui gonflent, humidité et humectants

Quelle différence entre un cheveu déshydraté et un cheveu poreux?

La porosité est en fait à la fois une cause et une conséquence d’un cheveu déshydraté ou d’un cheveu sec. En effet, de par l’aspect de sa cuticule aux écaillées hérissées, le cheveu devient plus ou moins poreux et donc sec car non lubrifié correctement (cette absence de lubrification aggravant aussi la porosité car les écailles n’ont rien pour les lisser et les lustrer).

Il faut savoir que plus un cheveu est bouclé, plus sa porosité augmentera et cela pour deux raisons qui sont liées : la première étant que les spirales du cheveu crée un soulèvement de ses écailles à chaque « virage » (raison structurelle de la cuticule) et d’autre part par l’absence de sébum (elle-même liée à cette structure vrillée qui l’empêche de s’écouler le long de la fibre).
Plus un cheveu est poreux, plus il laisse s’évaporer son eau interne et plus il laisse entrer l’humidité ambiante qui le fait gonfler et soulève encore davantage ses écailles (cheveu dit « hydrophile » car la cuticule ne joue pas son rôle barrière pour réguler l’humidité).

A contario un cheveu droit ou peu ondulé (et non abîmé) qui se trouverait déshydraté par temps sec ou simplement mal lubrifié du fait d’une déficience en sébum n’est pas forcément poreux même si sa cuticule se trouve fragilisée sans le sébum protecteur et lustrant (ceci est d’autant plus vrai que les cheveux sont longs et donc plus érodés). La raison est que sa cuticule reste la plupart du temps bien assemblée et en bonne cohésion donc continue de jouer son rôle barrière.

En revanche quelque soit la forme du cheveu, si celui-ci se trouve abîmé, alors il devient poreux du fait de la cuticule endommagée qui ne joue donc plus sa fonction de bouclier (brèches, décollement).

Conclusion

On le voit les notions de cheveu déshydraté et de cheveu sec sont donc similaires sur le principe car les deux résultent d’un manque de lubrification par le sébum. On utilise souvent le premier terme pour désigner des cheveux qui n’ont pas de problème de cuticule poreuse donc plutôt des cheveux droits/lisses ou légèrement ondulés, et plutôt longs (le sébum a alors plus de mal à s’écouler jusqu’au bout des longueurs). Ce type de cheveux a donc des besoins plus restreints (soins avec des actifs plus légers) qu’un cheveu déshydraté dit « sec » d’un cheveu bouclé ou frisé ou crépu qui ont une cuticule naturellement poreuse de par leur structure (produits avec des formulations plus grasses ou au moins plus gainante, tout dépendant aussi du diamètre du brin de cheveu et de la densité de la chevelure… Car rappelons ici que même un cheveu très sec ne doit pas forcément être « graisser » !).

En note finale, la question de savoir si ses cheveux sont déshydratés ou secs est donc une fausse question qui ne va pas vous aider à déterminer quels soins sont les mieux adaptés pour votre nature de cheveux. Une question plus pertinente à vous poser concerne l’épaisseur de vos brins de cheveux et de votre chevelure, ainsi que leur porosité c’est à dire l’aspect de leur cuticule déterminé par leur degré de frisure et/ou leur niveau d’endommagement.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.