Bien utiliser son fer à lisser pour ne pas abîmer ses cheveux : Les bons gestes !

Pour ne pas abîmer ses cheveux par la chaleur lorsqu’on les lisse au fer à lisser, il faut bien sûr choisir un fer de qualité qui glissera avec fluidité et répartira la chaleur uniformément sur vos mèches à une température adaptée (voir article pour choisir un lisseur qui préservera vos cheveux), mais encore faut-il ensuite l’utiliser correctement. Découvez les différentes astuces et conseils des coiffeurs pour lisser comme une pro ! Ce qu’il faut faire et ne PAS faire… :

Etape 1 : Lissez vos cheveux en créant des séparations fines

Les professionnels sont unanimes : la meilleure façon de se lisser les cheveux est de commencer par séparer finement la chevelure (en particulier en cas de cheveux épais), par mèche d’environ 3 à 5 cm chacune. Une erreur courante du lissage est de saisir des poignées de cheveux trop larges « pour gagner du temps », ce qui s’avère contre-productif au final. Plus fine est votre séparation, plus rapide sera le lissage. En effet le fer à lisser ne sera pas capable de pénétrer et lisser une liasse de cheveux trop large.

En général, on divise la chevelure en trois parties : le sommet, les côtés et le dessous. N’hésitez pas à les subdiviser davantage en cas de chevelure épaisse. On démarre ensuite le lissage de chaque séparation en allant des couches inférieures des cheveux puis progressivement remonter vers les couches supérieures, en d’autre termes partir de la nuque pour revenir au visage, en passant d’un côté à l’autre. De sorte à garder du volume en racine, ne positionnez votre fer qu’à environ 1.5 à 2 cm des racines.

Si vous n’effectuez pas d’attaches de séparation, vous risquez de voir certaines mèches s’échapper au fur et à mesure du lissage, ce qui vous obligera à repasser sur certaines mèches plus que nécessaire et manquer certains endroits. Les attaches vous permettent aussi de mieux maîtriser la progression de votre lissage et de ne pas négliger une zone. Une fois une séparation correctement lissée, détachez la suivante et ainsi de suite jusqu’à avoir complété l’ensemble du pourtour de tête.

Ne jamais lisser les cheveux dans la nuque en plaçant le fer à l’arrière…

Comment lisser toute seule la chevelure à l’arrière de sa tête?

Une règle à respecter : c’est toujours votre tête qui pivote et non l’appareil, c’est à dire vos plaques qui bougent. Si vous tentez de lisser les cheveux de votre nuque, à l’aveugle, vous risquez non seulement de parvenir à un résultat médiocre mais aussi d’endommager vos cheveux. On a tendance à garder la tête droite et à tourner l’appareil dans tous les sens, ce qui est une mauvaise méthode car beaucoup trop compliquée et risquée ! De plus en cas de cheveux longs, le bras finit par être bloqué.
L’astuce consiste ici à se saisir des séparations situés dans le dos et à les ramener à l’avant en les passant sur les côtés gauche et droit pour les travailler, face au miroir, en tournant sa tête -légèrement penchée- de côté d’un quart, coude bien remonté vers le haut. En d’autres termes : on ne lisse jamais avec son bras derrière sa tête !
Bien entendu on travaille toujours avec son bras le plus agile (droitier ou gaucher) quelque soit le côté de la chevelure à lisser. Une seule main doit suffire pour manier le fer de sorte à éviter de trop tirer sur le cheveu et risquer de le casser. Si vous ne parvenez pas à assez de pression avec une seule main c’est qu’il est temps de changer de fer….

Comment bien placer le fer sur ses cheveux pour un lissage optimal ?

La plupart des coiffeurs recommandent de passer le fer, après avoir d’abord peigné chaque mèche avec un peigne à dent larges puis en plaçant dessous un peigne à dents fines qui accompagnera le mouvement du fer en le précédant (le fer suit le peigne immédiatement après, méthode du « pas chassé »). Le peigne permettra aussi de bien tendre chaque mèche. Le fait de peigner chaque mèche avant et après, permet aussi de la défroisser et d’éviter d’avoir à repasser le fer à plusieurs reprises en raison d’éventuels accrocs ou démarcations. Le fait de tendre la mèche permet aussi de lui donner la forme voulue qui sera ensuite figée par le fer et donc d’éviter de repasser le fer : un seul passage est idéal pour protéger vos cheveux d’une exposition trop répétée à la chaleur. Dans tous les cas ne jamais repasser le fer plus de 2 à 3 fois grand maximum sur vos mèches.

On positionne d’abord la plaque de dessous avant d’abaisser celle du dessus au dernier moment.

A quelle vitesse faut-il passer le fer à lisser ?

Le passage du fer doit aussi s’effectuer selon un savant dosage entre ni trop rapide ni trop lent ! En d’autres termes, optez pour une cadence modéréement lente, suffisante pour laisser le temps à la chaleur de faire son travail, sans sensibiliser ou brûler le cheveu, en tirant légèrement vers l’intérieur. Le geste doit rester mobile de haut en bas (ne surtout pas stagner en cours de route sous peine d’abîmer le cheveu et de se retrouver avec des lignes horizontales : il est recommandé de ne pas rester plus d’1 seconde à aucun endroit de la mèche. Pour prendre le coup de main, vous pouvez vous exercer avec le fer à lisser éteint.

Le poignet doit aussi être légèrement incurvé pour donner plus de souplesse et de naturel au lissage.

Etape 2 : Comment bien passer le fer sur ses cheveux pour un lissage optimal  ?

La plupart des coiffeurs recommandent de passer le fer, après avoir d’abord peigné chaque mèche avec un peigne à dent larges puis en plaçant dessous un peigne à dents fines qui accompagnera le mouvement du fer en le précédant (le fer suit le peigne immédiatement après, méthode du « pas chassé »). Le peigne permettra aussi de bien tendre chaque mèche. Le fait de peigner chaque mèche avant et après, permet aussi de la défroisser et d’éviter d’avoir à repasser le fer à plusieurs reprises en raison d’éventuels accrocs ou démarcations. Le fait de tendre la mèche permet aussi de lui donner la forme voulue qui sera ensuite figée par le fer et donc d’éviter de repasser le fer : un seul passage est idéal pour protéger vos cheveux d’une exposition trop répétée à la chaleur. Dans tous les cas ne jamais repasser le fer plus de 2 à 3 fois grand maximum sur vos mèches.
On positionne d’abord la plaque de dessous avant d’abaisser celle du dessus au dernier moment.
Le passage du fer doit aussi s’effectuer selon un savant dosage entre ni trop rapide ni trop lent ! En d’autres termes, opter pour une cadence modérée suffisante pour laisser le temps à la chaleur de faire son travail, sans sensibiliser ou brûler le cheveu, en tirant légèrement vers l’intérieur. Le geste doit rester mobile de haut en bas (ne surtout pas stagner en cours de route : il est recommandé de ne pas rester plus d’1 seconde à aucun endroit de la mèche. Pour prendre le coup de main, vous pouvez vous exercer avec le fer à lisser éteint.

Le poignet doit aussi être légèrement incurvé pour donner plus de souplesse et de naturel au lissage.

Etape 3 : Lissez la chevelure en étirant chaque mèche

On l’a vu ci-dessus, il est important de donner « de la tension » à chaque mèche en l’étirant bien avant chaque passage du fer : pour cela on tire doucement vers le bas chaque mèche avec les doigts, une brosse pneumatique à poils naturels/poils de sanglier ou un peigne à dents fines.
Cet étirement facilitera grandement votre lissage.

Plus on place haut ses mains sur le fer à lisser, plus forte sera la pression. Pensez à l’adapter à la nature de vos cheveux !

Etape 4 : Appliquez la juste pression pour lisser chaque mèche en fonction de la texture de vos cheveux

Plus vos cheveux sont fins, moins vous devriez exercer de pression sur les plaques en les chauffant, en particulier si vos cheveux sont déjà raides, surtout si ce que vous cherchez est simplement de leur apporter un peu de brillance en lissant leurs écailles. Vos mains doivent se placer au bout du fer à lisser. Si vous avez des cheveux ondulés, vous devrez appliquer une pression moyenne en plaçant vos mains sur le milieu du fer. Pour des cheveux bouclés ou crépu, mettez vos mains le plus haut possible à proximité des plaques en respectant la distance de sécurité pour ne pas vous brûler. Le positionnement de vos mains le long du lisseur vont en effet affecter la compression des plaques exercée sur chaque mèche.

Comment bien préparer ses cheveux au lissage thermique ? (soins, masques et après-shamppoings)

La première précaution à prendre est de bien hydrater et nourrir vos cheveux en amont du lissage, soit la veille au soir, soit au préalable. Après shampooing masque en soin prfond, bain d’huile : tout est bon pour bien gainer la fibre, l’entourer d’un film protecteur et la renforcer avant le passage des plaques.
Les soins formulés avec des actifs au faible poids moléculaire (comme le cetrimonium chloride) pouvant pénétrer le cheveu sont particulièrement recommandés par les spécialistes. Les produits des gammes lissantes vont en particulier assouplir les boucles et faciliter le lissage. On évite aussi de créer des frisottis en frottant trop vigoureusement ses cheveux avec une serviette éponge (préférez une serviette en microfibre plus douce pour les écailles capillaires). De façon générale, le recours au lissage thermique nécessitera une fréquence de soins beaucoup plus élevée que pour des cheveux naturels.


Protecteur thermique de ses cheveux : quand et comment l’appliquer ?

Il n’existe pas à l’heure actuelle de spray protecteur thermique capable d’immuniser complètement les cheveux contre les dommages de la chaleur (lisseur/fer à lisser, fer à boucler, brushing, etc.) malheureusement 🙁

Toutefois certains ingrédients (même à faible concentration) ont été reconnus scientifiquement pour les réduire d’environ 10 à 20 %, il s’agit notamment des : « PVP/DMAPA acrylates copolymer », « quaternium 70 » et « hydrolyzed wheat protein » (protéine de blé hydrolisée, à noter que l’“hydrolyzed wheat protein polysiloxane copolymer » combine cette dernière à un silicone pour une efficacité renforcée).

Le protecteur thermique de la coiffeuse spécialiste des cheveux bouclés Ouidad est l’un des seuls à contenir deux des meilleurs ingrédients protecteurs de chaleur aux effets scientifiquement prouvés, et le protecteur Indola est recommandé par les coiffeurs :

Ces trois alliés contre les agressions thermiques du cheveu forment tous un fin film à la surface du cheveu qui ralentit la conduction thermique et distribue la chaleur plus uniformément. Ce qui signifie que les cheveux seront chauffés plus doucement et progressivement et non brusquement, ce qui limite leur endommagement.
(pour plus d’infos, voir article sur les protecteurs thermiques, sprays, huiles etc.)

Les silicones sont aussi très présents pour leur propriété de faible conductivité thermique.
En enrobant la fibre capillaire, ils permettent aussi de transférer et répartir la chaleur plus lentement.
La gamme des amino-silicones tels que les quaterniums dans les soins à rincer de type AS ou masques seraient ainsi capables de proéger la chevelure de la chaleur selon les études des fabricants. Il est probable que le diméthicone, et amodiméthicone dans les vaporisateurs/sprays sans rinçage soit aussi efficace à cet effet, même s’il risque de ne pas envelopper à la fibre capillaire aussi bien. Les cyclométhicones sont plus volatiles et légers et s’évaporeront plus vite des cheveux, ils agissent comme une barrière contre la chaleur temporaire.
Les silicones referment aussi les écailles du cheveu et aident à la rétention de son hydratation interne, un autre atout pour lutter contre les dégâts de la chaleur.
Le rôle de barrière isolante que joue les silicones atténue le contact direct avec la chaleur qui est le plus « mortel » pour les cheveux et leur cuticule. Ce « bouclier » capillaire protége donc le cheveu d’une exposition directe à la chaleur sans empêcher complètement la chaleur de le pénétrer, ce qui limite donc les dommages causés au cheveu tout en permettant à la chaleur d’effectuer son travail de lissage.
Les silicones s’avèrent aussi plus résistants que les polymères et restent ainsi fonctionnels aux hautes températures.

En conclusion, pour protéger vos cheveux de la chaleur du lisseur et autres appareils chauffants (fer à boucler, sèche-cheveu, bigoudis chauffants, etc.), orientez vous vers des produits/ingrédients qui vont d’une part ralentir la diffusion de la chaleur et d’autre part réduire l’évaporation de l’eau interne du cheveu.
Les meilleurs protecteurs thermiques parviendraient aujourd’huire à réduire les dommages aux cheveux d’environ 50%.

Faut-il absolument utiliser un protecteur thermique avant de lisser ou sécher ses cheveux à la chaleur?

La question du protecteur thermique est toutefois polémique. Certains coiffeurs n’hésitent pas à le déclarer inutile voire néfaste ! Cela peut sembler surprenant. Explications :
La coiffeuse Dreena explique par exemple sur son blog que le silicone ou l’huile ne sont pas des barrières contre la chaleur du lisseur et que le fait de graisser le cheveu avec ses produits risque au contraire de le sensibiliser encore plus en accentuant l’effet de la chaleur. Ceci état dû, selon elle, au fait que l’équation « Huile ou silicone + chaleur = friture » Elle conseille ainsi plutôt de lisser ses cheveux sans produit et d’appliquer un soin après le lissage comme un sérum lissant. Je n’ai pas trouvé de telles contre-indications dans les études scientifiques donc cette mise en garde me semble à prendre avec des pincettes. Même si les résidus de certains produits coiffants ou d’humidité sur les cheveux pourraient faire « frire » les cheveux sur la poele, heu je veux dire le fer !, ce qui se manifeste par un bruit de grésillement au passage des plaques (auquel cas il faut alors stopper immédiatement votre lissage!). De façon générale, il faut veiller à ce que rien ne nuise à la glisse du fer à lisser.

La coiffeuse de stars américaine Sarah Potempa explique à ce sujet qu’à la différence du fer à boucler, le fer à lisser va emprisonner la mèche de cheveux étroitement entre ses plaques, ce qui fait que le produit va adhérer solidement. Vous le ferez donc essentiellement bouillir à l’intérieur de la fibre capillaire, ce qui n’est pas une bonne idée surtout s’il contient de l’alcool… D’où la nécessité de choisir avec soin le bon produit avant de procéder au passage du fer à lisser (ce qui ne veut pas dire qu’il faut bannir tout soin protecteur, notamment ceux à base de quats et polymères ou de silicones adaptés, aux effets scientifiquement prouvés, voir ci-dessus).

A quelle fréquence utiliser son fer à lisser pour limiter l’endommagement de ses cheveux ?

Les pros conseillent tous d’éviter d’utiliser votre lisseur tous les jours. En effet, il convient de laisser du temps aux cheveux pour se réhydrater (au minimum 1 jour de repos entre deux utilisations). La fréquence recommandée est d’une à deux fois par semaine. Enfin, il est important de faire régulièrement des pauses d’une semaine, sans utiliser de produits agressifs (shampooings détergents, etc.) ou d’appareils de coiffage, afin de permettre à vos cheveux de retrouver leur forme naturelle. Le mot d’ordre est donc une utilisation avec parcimonie des fers à lisser. Un usage excessive risque de causer des dommages irréversibles aux cheveux qui deviendront ternes, fourchus et cassants.

Quand et comment nettoyer son fer à lisser?

L’entretien régulier de son lisseur est très important pour éviter d’accumuler les résidus de produits, huile, cellules morts et la poussière à sa surface qui nuiraient à ses performances (notamment en accrochant lors du passage du fer sur la chevelure). Sur fer éteint et parfaitement froid, frottez doucement ses plaques de haut en bas avec un chiffon en microfibre doux légèrement humidifié d’une eau tiède ou d’alcool à 70 ou 90° pour les résidus graisseux (une brosse à dent peut aussi être employée pour « gratter » les résidus récalcitrants sur les plaques ou l’extérieur du fer, en utilisant éventuellement une pâte à base d’eau et de bicarbonate de soude, prudence toutefois pour ne pas égratiner et dénuder le revêtement des plaques !). Vous pouvez utiliser un coton-tige pour atteindre les petits recoins. Une lingette démaquillante pourrait aussi faire l’affaire ou recourir à des nettoyants spécifiques pour fers à lisser. Toujours terminer en séchant bien les plaques avec un chiffon sec non abrasif. N’utilisez surtout aucune lame pointue ou aiguisée sur vos plaques.
Autre astuce : ne pas laisser son fer dans une pièce humide (type salle d’eau) ou alors rangez le dans un tiroir pour le protéger de l’humidité qui peut à terme abîmer ses circuits électriques. A faire une fois/semaine dans l’idéal. Vous prolongerez ainsi sa durée de vie.

Quelle durée de vie pour un lisseur et quand faut-il en changer?

Malgré un entretien régulier, et a fortirori si vous avez négligé cet entretien, il est nécessaire de renouveller régulièrement votre matériel et de changer votre fer à lisser lorsque celui-ci montre des signes de « plaques poisseuses » qui glissent moins bien sur la chevelure (du à l’accumulation de divers résidus organiques et de produits coiffants, voir ci-dessus).

[A lire aussi sur le sujet de la protection thermique capillaire et des fers à lisser ]

Comment protéger ses cheveux de la chaleur (brushing, plaques, fer à lisser/à boucler…) ?

Bien choisir son fer à lisser pour protéger ses cheveux : critères d’achat et sélection de lisseurs de qualité

Références :
R McMullen & J Jachowicz, Thermal degradation of hair. II. Effect of selected polymers and surfactants (open access), J Cosmet Sci 1998, 49, 245-256

AL Gomes & SS Aguiar, Dow Corning Latin America, Silicones as Protective Agents in Thermal Treatments for Hair (open access)

YH Lim, CH Park & J Kim, Hair conditioning effect of amino silicone softeners in varied treatment conditions, Fibers and Polymers 2010, 11, 507-515

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *