Protéger ses cheveux de la chaleur : un lisseur qui n’abîme pas les cheveux, ça existe ?

Comment lisser ses cheveux sans les abîmer et quel fer à lisser à choisir ? Des préoccupations que beaucoup de têtes bouclées ont lorsqu’on souhaite changer de style par exemple. Si la chaleur est toujours un facteur d’endommagement du cheveu, il est toutefois possible de limiter les dégâts en choisissant un fer à lisser avec un bon revêtement de plaques, aux bonnes dimensions et en suivant certaines précautions d’usage. Voici tous les conseils des coiffeurs et des pros pour bien choisir son fer à lisser (+ une sélection de lisseurs) pour ne pas ruiner vos boucles !

Pour la petite histoire, le lisseur a été inventé par Isaac K.Shero en 1909 qui a découvert le procédé de la céramique et l’a breveté. Dans les années 2000, le fer à lisser s’est répandu démocratisé. En France, le lisseur céramique a été lancé par la société américaine de cosmétique Farouck, avant qu’une foule de marques ne proposent leur propre modèle, à tel point qu’il devient difficile aujourd’hui de s’y retrouver ! Avant cela, on recourait à des fer à lisser en alu qui avait tendance à brûler le cheveu sans grande efficacité ou pire, certaines prenaient leur fer à repasser pour lisser leurs cheveux ! Le brushing était sinon en vigueur.

Le lissage au fer (lisseur) : principes de fonctionnement et différence avec le brushing

Le lissage au fer consiste en un modelage thermo-mécanique du cheveu, réversible à l’humidité. Tout comme le brushing, il agit sur les liaisons souples d’hydrogène et salines de la kératine qui rertouvent leur forme naturelle, dès que l’on mouille es cheveux.

Fonctionnement des plaques chauffantes (fer à lisser ou lisseur) :
Ce procédé de lissage temporaire de la kératine repose sur la chaleur des plaques qui combinée à l’humidité naturelle des cheveux qu’elle absorbe, « repasse » (aplatit en somme) et aligne parfaitement les écailles de la cuticule (ce qui donne un rendu brillant du cheveu au moins tant que celui-ci supporte le passage du fer, et élimine l’aspect broussailleux ou de frisottis diffus des mèches qui nuisent à la définition des cheveux et donc à leur brillance comme dit). Il impacte ainsi les liaisons hydrogène et salines du cortex, en leur imprimant la forme raide voulue pour chaque mèche.

Le lissage modifie la disposition des liaisons faibles de kératine (i.e liaisons d’hydrogène et salines, en vert), facilement modifiables sous la simple action de l’eau et de la chaleur, à l’inverse des liaisons de soufre dites fortes (en orange).

Les liaisons faibles de kératine sont modifiées par le passage du fer ou du brushing qui reprendront leur forme initiale plus ou moins vite

Différence entre le lissage au fer et au brushing :
Pour comparaison, le brushing utilise la chaleur du séchoir chaud et de la traction exercée par la brosse pour étirer les chaînes de kératine et les réorganiser, contraignant ainsi le cheveu à adopter une structure lisse provisoire. Cette dernière sera en effet altérée par l’humidité de l’atmosphère, la transpiration, la pluie, les shampooings…

Lissage au fer ou brushing : quelle technique endommage le plus/le moins les cheveux?

Appliquées régulièrement (plusieurs fois par semaine) les plaques chauffantes peuvent abîmer sérieusement les écailles (cuticule) des cheveux voire les dégrader complètement, provoquant brèches, cassures et de nombreuses fourches, au niveau du cortex. À terme, le cheveu trop endommagé et desséché pour réagir à la chaleur des plaques, deviendra terne et impossibles à raidir. À consommer donc avec modération !

Le brushing serait le moins agressif des lissages à condition de ne pas chauffer trop le séchoir et de ne pas trop tirer avec la brosse, pour ne pas créer de stress aux racines (d’autant plus si vous avez tendance à perdre vos cheveux) selon l’institut Clauderer. Le brushing doit se faire dans un mouvement descendant de la racine à la pointe avec le séchoir en mouvement constant vers le bas et non latéral et en utilisant une brosse en poils de sanglier. La dermatologiste Carolyn jacob (de Chicago) confirme que les fers à lisser seraient plus nocifs que les brushings au sèche-cheveux. La raison étant que le cheveu est plus abîmé lorsque la chaleur est maintenue sur la durée en un point du cheveu (contact direct et intense) tandis qu’avec le sèche-cheveux la chaleur bouge, ce qui réduit les dommages.
Enfin les lisseurs disposent habituellement de réglages de température plus élevés que les séchoirs. Tim Rogers, directeur de la création chez Living proof, considère toutefois que dans le cas des cheveux très épais, le fer à lisser serait moins agressif que faire un brushing sur cheveux mouillés à la brosse.

Photo : le fer à lisseur vapeur de Babyliss ST396E iPRO Steam 230 (voir ci-dessous)

Comment choisir son fer à lisser pour ne pas endommager ses cheveux : les critères d’achat

Choisir le matériau de revêtement des plaques chauffantes de son fer à lisser

Face à la profusion de modèles, la première question à se poser quand on choisit son fer à lisser porte sur le matériau composant ses plaques. Il doit répartir la chaleur de façon homogène tout en glissant avec fluidité et douceur sur la chevelure. Il existe 4 principaux types de revêtement de fer à lisser sur le marché à l’heure actuelle :

1. Les fers à lisser en céramique

Matériau ancestral d’origine minéral, résultant de l’action du feu sur l’argile, la céramique est
la favorite des coiffeurs, car elle présente l‘avantage d’être très résistante et de répartir la chaleur de façon régulière, rapide et identique. Les cheveux glissent entre les plaques céramiques, sans accrocs (l’ennemi n°1 du lissage!). La céramique évite aussi l’électricité statique grâce à son émission naturelle d’ions négatifs et de chaleur par infra-rouge qui chauffe le cheveu tout en maintenant son niveau d’hydratation interne.

Mention à repérer : pour vous assurer d’avoir un revêtement de qualité, procurez-vous des plaques en « pure céramique », cela signifie qu’il ne s’agit pas seulement d’un plaquage en faible quantité et uniquement en surface de céramique sur une base de métal de type aluminium ou titanium. Méfiez-vous ainsi des fers dits « nano-céramique » (qui signifie que la céramique est présente en petite quantité) qui peuvent s’effriter avec le temps et donc abîmer le cheveu en les exposant aux couches métalliques inférieures qui répartissent notamment moins bien la chaleur. Pour préserver la qualité du revêtement, ne claquer jamais les plaques l’une contre l’autre.

[ Sélection fers à lisser/lisseurs en céramique de qualité ]

Quel type (couleur) de céramique choisir pour son fer à lisser ?

La plus commercialisée est la céramique blanche, qui peut noircir au fil du temps sans que son efficacité n’en soit affectée. La céramique jaune, aux performances similaires à la blanche a l’avantage esthétique de conserver sa couleur au fil du temps. La plus efficace en terme de lissage, souplesse et de brillance, notamment pour les cheveux frisés et crépus serait la céramique noire, encore appelée vitrocéramique grâce à son grain très serré.

Fer à lisser/lisseur recommandé : Le fer à lisser Ga.Ma CP1 en céramique noire

2. Les fers à lisser en titanium, titane ou nano-titanium

Le titanium est un matériau de type métallique (contrairement à la céramique qui à base d’argile donc), d’un aspect blanc, léger et résistant qui résiste à la corrosion. Il a ainsi une durée de vie plus longue. Son atout principal est qu’il est très résistant et la chaleur et qu’il est surtout un très puissant conducteur. Cela fait de lui le matériau le plus rapide à chauffer et à agir. Il peut donc être recommandé pour les cheveux épais, très frisés ou crépus qui requièrent plus de chaleur pour aboutir au lissage désiré. ATTENTION toutefois, le revers de la médaille est que ce type de fer à lisser présente aussi des risques d’endommagement des cheveux beaucoup plus élevés du fait du niveau de chaleur intense appliqué aux cheveux.

Le nano-titanium a les mêmes propriétés que le titanium : grâce à ces nano-particules de titane, il permet d’obtenir une chaleur à diffusion encore plus rapide.

Sélection fer à lisser en titanium de qualité des meilleures marques :

Les fers à lisser hybrides en titanium et céramique

De sorte à profiter des avantages du titanium (puissance et rapidité du lissage) et contrebalancer ses effets négatifs (dommage thermique subi par le cheveu), une nouvelle génération de fers à lisser combine le titanium et la céramique. De la même façon, assurez-vous de choisir des plaques composées purement de ses deux matériaux et non juste de fines couches en surface. Ils peuvent aussi intégrer des éléments de tourmaline.

Fer à lisser Tondéo en céramique noire et tourmaline méconnu mais recommandé par les coiffeurs !

En résumé : favorisez un revêtement de plaque en minéral qui assure une répartition uniforme et fluide de la chaleur sans électricité statique et fuyez le métal pour abîmer le moins possible vos cheveux.

Les propriétés et technologies spécifiques des fers à lisser (mentions/fonctions complémentaires)

– La fonction « ionique » (technologie « ionisante ») des fers à lisser :

Elle signifie que le fer produit des ions négatifs qui évite l’électricité statique et les frisottis. Ils neutralisent la surcharge en ions positifs de la chevelure (en particulier lorsque sa kératine est abîmée), ce qui refermerait les cuticules capillaires et lisse la fibre en éliminant les frisottis. A noter que les lisseurs à plaques céramiques produisent des ions négatif par nature lorsqu’ils sont chauffés, que la mention soit précisée ou non. Les fers à base de tourmaline et titanium ont les mêmes effets et il n’y a pas de preuve scientifique qu’ils produiraient davantage d’ions négatifs contrairement aux revendications des marques (source : The Beauty Brains). A l’inverse les fers à lisser en aluminium ou en plastique ne produisent que des ions positifs.
D’après les scientifiques du site The Beauty Brains (Randy Schueller) et Explorecuriocity (Stan Megraw), les ions négatifs* n’auraient pas non la capacité de décomposer les molécules d’eau de sorte à ce qu’elles soient plus facilement et rapidement absorbées dans la fibre capillaire ni d’ailleurs de lisser plus particulièrement la cuticule (voir schéma ci-dessous).
Il n’y a a priori aucune preuve scientifique de ces effets bénéfiques à ce jour, néanmoins les retours des consommatrices sont en effet très positif sur cette technologique qui selon elles amélioreraient l’aspect des cheveux.

Un schéma montrant comment les ions négatifs décomposeraient l’humidité et les larges gouttes d’eau en micro-molécules qui pourraient ainsi accélérer le séchage et/ou pénétrer dans la fibre capillaire et la garder hydratée et souple. Une revendication que certains scientifiques démentent en indiquant que les molécules d’eau conservent en fait la même taille. La question reste ouverte…

– Le nano silver (argent) des fers à lisser

 :
Les plaques avec la technologie nano-silver comportent de mini-molécules d’argent aux propriétés fongicides. Les fabricants revendiquent leur rôle pour éliminer les bactéries susceptibles de se développer sur les plaques. Toutefois, il semblerait qu’il s’agisse plus d’un gadget marketing puisque les scientifiques rappellent que la chaleur de n’importe quel fer tue les bactéries et virus (source : The Beauty Brain)

– La technologie infra-rouge (ondes infra-rouges) des fers à lisser

Elle revendique, elle, de diffuser la chaleur directement à l’intérieur du cheveu, ce qui permettrait de réduire l’agression subie par les cheveux. En somme il s’agit de chauffer au cœur du cheveu directement et d’éviter ainsi de le casser. Ici encore les scientifiques sont circonspects sur cette promesse dans la mesure où la chaleur par infra-rouge fonctionnerait sur le même principe que les fers à lisser standards en transférant la chaleur de la surface vers l’intérieur de la fibre. Il n’y aurait aucune preuve à l’heure actuelle qu’ils fonctionnent différemment… (source : The Beauty Brain). Les fers à lisser en céramique produisent une chaleur à infra-rouge par nature.

– Le fer à lisser à vapeur est-il moins agressif pour les cheveux ?

Dernière innovation en date, la vapeur serait a priori moins agressive pour le cheveu (même si un fer à lisser reste un fer à lisser et ne s’apparente donc pas à un soin capillaire comme certaines marques essaient de nous le faire croire. C’est un outil de coiffure).
Introduite notamment avec le fameux « Steampod » de l’Oréal il y a quelques années (2012) et suivi depuis par une nouvelle version 2.0 (avec plaques flottantes adonisées anti-corrosion), l’utilisation de vapeur viserait à limiter le choc thermique lors du passage des plaques (action préliminaire de la vapeur qui joue le rôle de « préparateur »). Un autre avantage des fers à lisser à vapeur serait qu’ils permettent de maintenir le taux d’humidité interne du cheveu et qui assure notamment sa souplesse et élasticité (en gros on évite l’effet « baguette fumante tout juste sorties du four »!).

Séparez la chevelure en 4 puis démarrez le lissage en démarrant par les couches inférieures (à ramener devant sur le côté pour visionner son travail), tutoriel fer à lisser Steampod

Elizabeth Cunnane Phillips, tricologiste à l’institut Philip Kingsley souligne l’importance de l’hydratation interne du cheveu pour éviter qu’il ne devienne cassant, terne et sec. En effet, elle rappelle à juste titre que les fers à lisser utilisent l’eau interne du cheveu pour lui imprimer sa forme raide (un peu sur le même principe que l’eau qu’on brumise sur un vêtement avant de le repasser pour faire disparaître un pli). La vapeur d’eau fournie par le fer à lisser à vapeur va donc pallier à cette perte en hydratation du cheveu et limiter l’assèchement du cheveu, à condition toutefois de ne pas le faire « bouillir » comme cela serait le cas en cas de plaques en céramique auxquelles il faudrait donc préférer un revêtement en teflon (qui permet notamment de ne pas accrocher de petits cheveux « cuisant » sur les plaques, sources de dommage thermique).
Le steampod est à revêtement céramique pourtant mais les utilisatrices en semblent très satisfaites (à creuser donc…). Il est conseillé de charger son réservoir avec de l’eau déminéralisée pour éviter l’accumulation de calcaire qui abîme aussi bien le fer que vos cheveux.

[ Sélection fers à lisser à vapeur de qualité (hors Steampod) ]

Le thermostat du fer à lisser et le réglage des températures

Nombreux sont les coiffeurs qui recommandent de choisir un fer à lisser pourvu d’un variateur de température. Cette fonction permet en effet d’adapter la température à vos besoins : notamment en cas de cheveux fins et/ou abîmés, fragiles pouvoir diminuer le niveau de chaleur. Le revers de la médaille est qu’ils permettent aussi souvent d’élever la température au-dessus des niveaux de sécurité requis pour éviter d’abîmer durablement les cheveux et de causer notamment leur casse… A vous d’être raisonnable lorsque vous réglerez ce paramètre 🙂 et d’observer attentivement l’état de vos cheveux au fil des semaines, des mois…
Un autre facteur important à considérer est la durée de récupération de la chaleur entre chaque lissage de mèche, en effet le fer transfère sa chaleur aux cheveux à chaque passage et doit donc pouvoir récupérer rapidement cette perte de chaleur entre chaque mèche, au risque d’avoir une distribution de chaleur qui ne soit plus uniforme. Les fers de qualité ont un temps très réduit de récupération de chaleur, moins de 30 secondes.

Bien choisir la taille des plaques de son fer à lisser

La taille des plaques de votre fer à lisser a son importance pour lisser vos cheveux sans les abîmer, ou du moins pour limiter les dégâts. Plus vos cheveux seront longs, épais et/ou bouclés, plus les plaques devront être larges.
Voici quelques ordres de grandeur pour vous aider à faire votre choix :
Les cheveux courts (jusqu’à hauteur de menton, milieu du cou) opteront pour des plaques fines et étroites pour bien saisir chaque mèche de type mini-lisseur. Pour des cheveux courts (jusqu’à 20 cm environ), elle permettent de lisser au plus près de la racine du cheveu mais gare aux dommages éventuels aux folicules du cheveu (casse irréversible) en cas d’abus… Les cheveux à hauteur de la base du cou et en dessous (longs et mi-longs) utiliseront des plaques standard (2,5 à 3 cm de large et 8 à 9 cm de long).

Fers à lisser à plaques moyennes recommandés :

Le GHD, le classique favori des coiffeur, un lisseur haut de gamme à plaques laquées en céramique :

Mini lisseur recommandé :

Quant aux cheveux très longs (bas du dos et plus), frisés ou crépus, mieux vaut recourir à des plaques larges (au moins 4 cm) et longues (10 cm) afin de lisser plus vite et plus efficacement (la largeur des mèches traitées dépendant de la longueur des plaques).

Lisseurs à plaques larges recommandés :
Remington Lisseur S5525 PRO Céramique Extra (plaques larges)

Le lisseur GHD (plaques laquées en céramique, plaques larges) est un classique favori de nombreux coiffeurs, le haut du panier si vous pouvez vous l’offrir, vos cheveux vous diront merci !

Pour les cheveux frisés, on conseille aussi l’emploi de plaques « flottantes » adaptées aux ondulations du cheveu et s’adaptent à sa courbe et à son volume. Dotées de ressorts fixés sous les plaques, ces dernières sont souples et flexibles (elles bougent lorsqu’on les touche). Cette mobilité permet de mieux enserrer les cheveux entre les plaques et d’ajuster la pression à chaque épaisseur de mèche.
Les ressorts jouent le rôle d’amortisseurs qui renforcent l’adhérence entre les cheveux et les plaques (le cheveu épouse parfaitement les plaques avec il reste en contact stable sur toute la longueur de la mèche).

[ Sélection fers à lisser en céramique à plaques flottantes de bonne qualité ]


Le prix d’un fer à lisser est-il un indicateur de sa qualité ?

Autant en matière de cosmétique, le prix n’est pas toujours signe qu’une crème sera plus efficace qu’une autre, autant concernant les fers à lisser on peut nourrir la plus grande méfiance envers les appareils proposés à un prix bas. La raison est simple : la qualité et la quantité du matériau de construction (revêtement des plaques) qui va chauffer le cheveu a un coût et celui-ci est généralement reflété dans le prix final proposé au consommateur.
Quand on sait l’importance de ce revêtement pour le résultat final et la préservation de vos cheveux, il vaut mieux donc mettre un prix correct dans son matériel, au risque de se retrouver avec des plaques qui vont rapidement se détériorer, accrocher vos cheveux et les endommager…

A quelle température faut-il lisser ses cheveux ?

Si certains fers à lisser ont un thermostat permettant de monter la chaleur jusqu’à plus de 200°C, les professionnels s’accordent sur un niveau de chaleur maximum toléré autour de 180°C (marge entre 175° et 185/190°). En dessous, il risque de ne pas être assez chaud (sauf pour les cheveux fins et peu ondulés ou les cheveux défrisés ou colorés) pour lisser et nécessité alors de repasser plusieurs fois sur la mèche, ce qui la fragilisera d’autant. Au dessus, la chaleur cause des dommages irréversibles aux cheveux. Méfiance aussi sur les thermostats dont la température ne correspond pas toujours à la réalité (elle peut s’avérer plus élevée). Au delà de la température, il s’agit aussi et surtout d’effectuer les bons gestes (pression, séparation, positionnement des mèches, etc.) et de préparer correctement ses cheveux au lissage pour optimiser l’effet souhaité. A noter que la température utilisée lors d’un lissage brésilien se situe aux alentours de 230°.
Il est aberrant de lire un peu partout que les cheveux crépus peuvent supporter des températures supérieures que les autres types de cheveux, en particulier les cheveux fins et fragiles alors que les cheveux bouclés et a fortiori crépus sont par définition des cheveux fins (en terme de diamètre) et fragiles ! La notion de « cheveux épais » n’est bien aussi souvent pas cohérente (parle-t-on de diamètre de chaque fibre ou de densité capillaire? ou tout simplement de volume, toute sorte de chose bien différente…) et à prendre donc avec des pincettes. S’il est vrai qu’un niveau de chaleur peut s’avérer nécessaire pour parvenir à un lissage plus accentué plus les cheveux sont frisés, cela ne veut pas dire que les cheveux le « vivent » bien ou mieux que les autres !

Comment lisser ses racines et la lisière du front au fer? Conseils des coiffeurs

La question du lissage des racines capillaires, en particulier le pourtour du front, est souvent délicate. En effet, celles-ci peuvent parfois être particulièrement frisée et malgré tout difficilement atteignables.
Les fers à plaques moyennes ou larges sont ainsi inappropriés, il faut donc user d’un fer à fines plaques si vraiment ces finitions vous tiennent à coeur. Malgré tout la plus grande prudence doit présider à cette action en raison de la proximité de la chaleur au cuir-chevelu avec les risques de brûlure que cela comporte et de mutilation irréversible des follicules capillaires (qui renferme le bulbe capillaire responsable de la pousse des cheveux).

A noter que pour le séchage simple des cheveux, il est préconisé de recourir à un casque chauffant/souffant qui limiterait les dégâts de la chaleur car ne constituant pas une application directe de la chaleur (application indirecte) :

A lire sur un sujet connexe :
Comment bien utiliser son fer à lisser pur ne pas abîmer ses cheveux : les bons gestes ! (conseils d’utilisation des coiffeurs)

Sources d’info scientifique sur les ions négatifs et leur action sur l’eau :
http://www.chem1.com/CQ/clusqk.html
Bolduc C., and J.Shapiro. 2001.Hair Care Products: Waving, straightening, conditioning, and coloring. Clinics in Dermatology.19:431—436
Draelos, Z.D. 2005 Hair Care: An Illustrated Dermatologic Handbook. Taylor and Francis. New York. 217 pp.
Kirkland, K. 2004. The big blow-dryer boom. Beauty Store Business. June 2004. 6 pp.

A lire aussi :

2 Responses

  1. je demande la chaleur necessaire pour plisser les cheveux c’est simple je veux une réponse la dessus

    • Tu as la réponse dans l article : la moyenne tolérée est de 180 degrés pour lisser les cheveux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *