Silicones, tensioactifs, huiles minérales, etc : ces ces mal aimés des écolos pro « naturel »? (1)

Depuis quelques années, une lutte s’est engagée entre les militantes pour les produits naturels et l’industrie cosmétique « pétro-chimique ».
Lutte attisée, entre autres, par un pavé dans la mare paru en 2002 : « La vérité sur les cosmétiques » de Rita Stiens qui nous décryptait les étiquettes de formulation de nos produits de beauté chéris. Et nous révélait au passage leur contenu pas toujours très propre… voire carrément dangereux pour notre santé ! Greenpeace s’est aussi attaqué au dossier avec son guide Cosmétox.

Bref, la méfiance est aujourd’hui de mise quand il s’agit de choisir (après-) shampooing, masque capillaire, crème ou sérum… Parmi les grands ennemis dénoncés de toute part : le silicone en première ligne mais aussi les agents tensioactifs ou encore l’huile minérale. Que sont ces composants, quel rôle jouent-ils dans les produits capillaires, pourquoi seraient-ils si nocifs pour nos cheveux et par quoi peut-on les remplacer ?

Tout d’abord essayons de comprendre comment est fabriqué un produit cosmétique (de façon générale) et comment il agit sur notre corps.
Voici ses principaux composants :

– L’excipient ou base : c’est la partie la plus importante du point de vue quantitatif : eau, huile, cires et émulsifiants pour une émulsion ; eau, tensioactifs et épaississants pour un shampooings ou gels douches ; mélange d’alcools gras, de cires et d’huiles pour les rouges à lèvres.
– Les principes ou agents actifs : ce sont eux qui confèrent leurs vertus « soignantes » aux cosmétiques. Les substances hydratantes ou les filtres solaires protecteurs sont des agents actifs, tout comme les vitamines.

– Les substances auxiliaires (additifs ) : Elles stabilisent les préparations cosmétiques. On compte parmi elles les conservateurs et les antioxydants.
– Les parfums/colorants : un produit n’en contient par forcément mais ils sont souvent présents pour favoriser la décision d’achat.

Alors que la publicité met l’accent sur les propriétés des agents actifs, c’est plutôt l’excipient qui est déterminant dans la qualité d’un produit.
Et c’est justement là où le bât blesse assez souvent. Les ingrédients de base d’une émulsion sont soit des huiles minérales et des silicones, soit des huiles et des corps naturels :

Quels sont les ingrédients à éviter dans les cosmétiques selon les adeptes naturels ?

Une liste de mauvais élèves a été établi par les pro de la beauté naturelle, c’est à dire à base de plantes ou végétaux autant que possible. Des applications se sont ainsi multipliées pour noter les ingrédients en fonction de leur origine (végétale ou synthétique). Cela induit les consommateurs souvent en erreur car ils pensent que ces ingrédients sont nocifs pour leurs cheveux alors qu’il s’agit surtout d’un jugement basé sur l’origine de l’actif mais pas sur son efficacité capillaire. Concernant son innocuité, il faut veiller aussi à l’évaluer dans les proportions utilisées dans le produit et l’usage (le cheveu étant une matière morte, l’impact est toujours très limité surtout à petite dose même avec un produit qui pourrait dans certaines circonstances entraîner des éventuels effets indésirables…). Tout cela pour dire qu’il faut les prendre avec des pincettes !

L’huile minérale est-elle nocive/dangereuse pour les cheveux ?

Les huiles minérales sont des paraffines dérivées du pétrole (comme la Paraffinum liquidum) prisées par l’industrie cosmétique car elles sont à la fois simples à travailler et bon marché. En revanche ces huiles artificielles empêchent la peau de respirer. En effet, elles sont composées de chaînes d’hydrocarbures qui ne peuvent pas être métabolisées par l’organism