Hydrater et nourrir les cheveux secs : Bienfaits et inconvénients des huiles végétales

Les huiles végétales constituent, depuis des millénaires, l’ingrédient principal d’hydratation de la peau et des cheveux secs. Simple et naturel !
En effet, la beauté de notre cheveu tient avant tout à sa bonne lubrification par l’huile naturellement produite par le cuir chevelu : le fameux sébum* (le film hydro-lipidique).
Cette huile protège le cheveu des agressions externes en y faisant barrage et aide à maintenir le taux d’hydratation interne du cheveu. Enfin elle permet aux écailles du cheveu d’être lissées et bien assemblées.

Lorsque le sébum vient à manquer (soit parce qu’il n’est pas produit en quantité suffisante, soit surtout parce qu’il a du mal à s’écouler le long de la fibre en spirale, contrairement à un cheveu raide où il glisse comme sur un toboggan !), la fibre s’assèche, perd de sa souplesse et se fragilise. Les huiles végétales constituent donc un bon palliatif pour y remédier. Mais il en existe une multitude et certaines sont plus ou moins appropriées à votre nature de cheveu:

Les huiles végétales : pourquoi faire ?
Comment les huiles végétales hydratent/nourrissent nos cheveux :

Les actifs hydratants pour nos cheveux peuvent être classés en plusieurs catégories.
On distingue notamment les agents filmogènes, émollients et humectants.
Les huiles végétales appartiennent aux deux premières. Ce sont des mélanges complexes de diverses molécules -esters, acides gras et triglycérides- dont la proportion varie selon l’origine (plante, arbre, graine) et le mode d’extraction de l’huile :

– Comme le cheveu (même si celui-ci présente une plus ou moins grande perméabilité en fonction de sa porosité), l’huile est hydrophobique, cela signifie qu’elle repousse l’eau.
Ainsi l’huile ne peut pas se mélanger à l’eau (non « miscible »).
Toutefois bien que non solubles dans l’eau, un shampooing doux ou même un après shampooing suffit à éliminer les huiles du cheveu.

Cette propriété dite « filmogène » est fort utile pour limiter voire empêcher l’eau (lors du lavage ou en cas d’air ambiant humide) de pénétrer la cuticule et de la perturber (perte en élasticité, cheveu terne et rêche…) :

L’huile protège le cheveu du gonflement sous l’action de l’eau et de souffrir de « fatigue hygrale » (Journal of Cosmetic Science, pg169-184, 2001)

L’huile évite aussi aux écailles de se soulever et limite ainsi l’évaporation de son eau interne, l’érosion de son sébum et de ses protéines (en particulier lors du lavage/Journal of Cosmetic Science, pg175 -192, 2003) ainsi que l’endommagement de sa cuticule voire de son cortex. Ainsi le cheveu ne se fragilise pas.

– L’huile, comme tout corps gras, va lisser et lubrifier les écailles de la cuticule des cheveux (enveloppe externe de la fibre capillaire) et permet donc d’éviter les frictions donc l’emmêlement ou un aspect broussailleux/mousseux des cheveux.

– L’huile permet de redonner ou d’augmenter la souplesse (« pliabilité ») aux cheveux et le protège ainsi de la casse.

– L’huile apporte aussi une touche de brillance aux cheveux grâce à son effet lissant sur ses écailles (permet de mieux renvoyer la lumière) mais attention à ne pas trop les graisser car l’effet serait inverse.

– Le massage du cuir chevelu avec une huile permettrait de stimuler la circulation sanguine et donc de favoriser la pousse des cheveux tout en l’hydratant et procurant un effet relaxant (attention toutefois à ne pas graisser et polluer son cuir chevelu).

– Certaines huiles (riches en acides gras insaturés) ont également une action émolliente, ce qui signifie qu’elles peuvent pénétrer le cœur du cheveu et le restaurer structurellement de l’intérieur (au niveau de son cortex). Il a été démontré que les huiles permettaient de colmater dans une certaine mesure les dommages subis par les cheveux, en agissant comme des « pansements » adhérant aux lésions de la cuticule voire du cortex (pour les huiles capables de pénétrer le cœur du cheveu), rétablissant ainsi l’intégrité mécanique du cheveu (Journal of Cosmetic Science, pg 85-95, 2009). Cela permet de redonner du corps et de l’élasticité à la boucle.

– Les huiles végétales apportent également des vitamines (A, E), des phytostérols et d’autres molécules qui stimulent les cellules et ont un effet restructurant. Elles peuvent être complétées par des agents humectants pour donner du rebond aux boucles. En effet, l’un des éventuels effets négatifs des huiles végétales est qu’elles peuvent alourdir les boucles et donc les détendre (toutefois si l’on cherche à lisser ses cheveux, cela peut être un moyen naturel de le faire, si l’on parvient à éviter l’effet gras qui peut l’accompagner…).

– Certaines personnes constatent que les bains d’huile peuvent faire dégorger ou délaver plus ou moins leur coloration capillaire.

Lire la 2e partie de l’article : Les huiles végétales, mode d’emploi

*Les lipides de nos cheveux :
Les lipides qui protègent et hydratent nos cheveux sont de deux types: les lipides constitutifs du cheveu (céramides, stérols et acides gras) synthétisés au niveau du bulbe pilaire, qui sont présents sur la cuticule et cimentent les écailles, et le sébum (composé de triglycérides, de cires et de squalène) produit par la glande sébacée annexée au bulbe pilaire, qui lubrifie le cheveu et protège le cuir chevelu des irritations. C’est surtout ce dernier qui est susceptible d’être éliminé lors du shampooing notamment.

A lire aussi :

One Response

  1. Merci pour ton aide tes articles sont très riches et intéressants je voudrais te demander conseil j’ai les cheveux très clairsemés ( front et centre du crâne ) et fins et en plus de cela ils sont courts raides sans volume je souhaite à tout prix les faire pousser rapidement quels produits ou procédés me conseille tu ? Merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *