Le cheveu est-il vraiment « mort » ?!

le cheveu est il vraiment mortUne lectrice (Nathalie) me demandait récemment des explications sur la réelle nature du cheveu :
« J’ai du mal à croire que le cheveu soit totalement mort tant qu’il reste attaché à sa racine, donc, au cuir chevelu ? Une fleur, meurt quand on la coupe (quand on la sépare de sa plante) et que donc, elle ne reçoit plus rien des racines, en quoi le cheveu est-il différent s’il vous plaît ? » Voici donc quelques pistes pour mieux comprendre la fabrication et la composition du cheveu :

Pour mieux comprendre, remontons tout d’abord aux sources de la fabrication d’un cheveu. Le cheveu naît plus ou moins en profondeur (variations selon l’ethnicité, à noter que le cheveu afro est celui qui est implanté le moins profondément : à 2, 5 mm contre 4mm pour le caucasien et 7 mm pour l’asiatique) sous notre cuir-chevelu, dans le derme.

Il est produit par un « bulbe pilaire » encore appelé « follicule pileux » ou « matrice pilaire » (= racine du cheveu). En son sein, on trouve des mélanocytes qui sécrètent la mélanine à l’origine de la couleur et des cellules nommées kératinocytes qui se multiplient, alimentées par le sang de la papille dermique (située dans le bulbe également).
Certaines se répartissent à la périphérie du follicule pileux pour former les gaines épithéliales externes et internes, d’autres s’allongent pour former la tige pilaire.
C’est ce que l’on appelle la phase anagène (=phase de croissance qui dure de 2 à 5 ans, le cheveu pousse en moyenne d’1 cm/mois) du cycle de vie d’un cheveu.

le cheveu est il une matiere biologiquement morte

À peine formées, les cellules se dédoublent, repoussent les précédentes en les faisant remonter vers le haut, leur font perdre leur noyau et se durcir en se chargeant de fibres de kératine (une protéine constituée par la combinaison de 18 acides aminés).
Dés qu’elles en sont remplies, c’est le drame… : les kératinocytes meurent !

Tout cela sans même avoir encore vu le jour (i.e sortir du crâne).
Cette reproduction de cellules s’opère très vite, la plus rapide de l’organisme (entre 24 et 72 heures). C’est ce processus incessant intérieur qui forme en surface le cheveu tel que nous le voyons.

Source : The Beauty Brain

Source : The Beauty Brain

Ainsi, après un itinéraire d’environ 0,5 mm dans la racine, le cheveu est définitivement constitué : au cours de sa vie, il ne recevra plus aucun apport des tissus qui l’ont créé. C’est la raison pour laquelle on considère que le cheveu est une matière biologiquement morte car il est composé d’un empilement de cellules (kératinocytes) mortes qui ne se renouvellent pas (hormis la pousse au niveau du bulbe, partie non visible du cheveu), il n’est pas vascularisé et ne communique plus avec le derme (contrairement au cuir chevelu notamment, voir ci-dessous), bien qu’il y reste relié « passivement » malgré tout.

Le seul apport que reçoit le cheveu et qui est son « ingrédient beauté » phare c’est le sébum produit par la glande sébacée rattachée à son bulbe également et qui doit normalement s’écouler, à l’extérieur, le long de sa fibre (ce qui malheureusement reste difficile dans le cas du cheveu frisé en raison des spirales et des écailles relevées qui l’empêchent de bien « glisser »).

Conséquences :
– Nous pouvons modifier à volonté la kératine de nos cheveux, sans douleur et sans saignements. Ce qui ne veut pas dire, sans dégâts pour la structure du cheveu (celle-ci peut s’endommager au fil des -mauvais- traitements que vous lui infligerez ou tout simplement par usure naturelle (érosion) et ne sera pas « réparable ») !

– Le cheveu est plus « neuf » au niveau de son implantation dans le cuir chevelu car il correspond à des cellules de kératine certes mortes mais « fraîchement produites », donc non encore dégradées par les différents types d’usure mécaniques ou chimiques de la vie quotidienne et par le temps.

A la fin de son cycle de pousse, le follicule pileux « meurt » (phase télogène), le brin de cheveu se détache alors et chute. Toutefois ce même follicule « ressuscitera » plus tard, sous l’effet d’un stimulus encore mal connu, pour recommencer un nouveau cycle de croissance et la production d’un nouveau cheveu.
Le cheveu est le seul organe capable de cette prouesse ! Un même follicule pileux pourra ainsi produire entre 20 à 25 tiges pilaires (sauf à être endommagé -alopécie de traction, etc- ou atteint d’un trouble de santé).
L’activité complexe du follicule pileux dépend de l’activité hormonale (les androgènes surtout) et de nombreux facteurs nutritifs.

Différence entre cheveu et cuir chevelu
Le cuir chevelu est en revanche partiellement considéré comme un tissu vivant.
C’est une peau caractérisée par une forte densité en glandes sébacées (abritée dans le pore de chaque follicule pileux) et glandes sudoripares. Les pores sont des petits orifices qui servent de voie d’évacuation pour le sébum et la sueur ce qui leur permet de remonter à la surface de la peau et de la protéger (ils forment le film hydrolipidique auquel se rajoute l’eau du derme qui remonte en faible quantité à la surface par capillarité). En cas d’obstruction des pores, une dermite séborrhéique peut apparaître. L’hydratation de la peau provient de l’eau présente dans les couches profondes (flux transépidermique=diffusion de l’eau du derme vers la couche cornée) et d’une transpiration normale.

Contrairement à l’épiderme du reste du corps (et au cheveu bien sûr), il dispose aussi d’une importante vascularisation qui assure la nutrition des follicules pileux (mais pas du cheveu sur sa longueur). En cas de blessure, il génère un saignement abondant.

De même que le cheveu et que l’épiderme dont il a la même structure, il résulte de la kératinisation des cellules mortes de kératinocytes (à 80%) qui ont perdu leur noyau et se rigidifient lors de leur ascension à la surface. Elle sont « cimentées » par des lipides appelés lipides intercornéocytaires et assurent une fonction barrière comme la cuticule du cheveu.
Mais ses cellules de kératine sont régulièrement entièrement renouvelées par des « neuves » selon un cycle de 14 jours (la desquamation) pour le cuir chevelu (contre 21 jours pour l’épiderme): un bain de jouvence dont ne jouissent pas nos longueurs capillaires !

Cela est rendu possible par la connexion qui existe entre le derme et l’épiderme à leur frontière (couche basale).

A lire aussi :

9 Responses

  1. Toujours au top dans tes explications miss boucles !

    « Le cheveu naît plus ou moins en profondeur (variations selon l’ethnicité, à noter que le cheveu afro est celui qui est implanté le moins profondément : à 2, 5 mm contre 4mm pour le caucasien et 7 mm pour l’asiatique) sous notre cuir-chevelu, dans le derme. » = je l’ignorais, mais je pense que cet élément joue également sur la lubrification de la chevelure (en parallèle de la structure des cheveux raides ou bouclés ou crépus) car les chevelures asiatiques sont généralement plus lubrifiées donc ont plus de lustre que les cheveux raides caucasiens, général.

    • he he salut Koko, pour ce qui est du manque de lubrification, je pense qu’il y a deux choses:
      1/la forme hélicoïdale du cheveu boucle qui empeche un ecoulement de la racine au pointe
      http://beautiful-boucles.com/les-cheveux-boucles-et-frises-a-la-loupe/
      2/On entend souvent que les cuir chevelus d’origine afro produiraient moins de sebum et je lis bp de temoignages la dessus, bp de dermatos pourtant infirment en general cet etat (par contre une modification de climat pourrait entrainer ce pb par « resserrement des pores », le pb viendrait dc plus de l’évacuation que de la production de sébum, a proprement parler, voir l’article que je viens de publier, in fine le pb de sécheresse est bien la mais le traitement devra se faire en tenant compte du risque de bouchage des pores accru a mon avis) (aujourd’hui je ne sais tjs pas trop quoi en penser, d’un point de vue strictement physiologique).
      http://beautiful-boucles.com/cuir-chevelu-sec-ou-pellicules-comment-faire-la-difference-et-comment-les-traiter/

  2. Oui, pour la structure des cheveux bouclés, frisés et crépus, oui, ils sont moins lubrifiés que les cheveux raides ; mais ce que je voulais surtout dire dans mon précédent commentaire, c’est que la profondeur d’implantation du bulbe capillaire sous le cuir chevelu dont tu parles dans le présent article, semble également jouer à ce niveau en comparant ne serait-ce que les cheveux raides caucasiens et les cheveux raides asiatiques : le cheveu raide asiatique est en général plus lubrifié, plus soyeux que le cheveu raide caucasien, et donc je me dis que le fait que le cheveu asiatique ayant son bulbe implanté à 7 mm et celui caucasien à 4mm, ça pourrait s’expliquer par cela (bien entendu, je tire ma comparaison du cheveu raide asiatique et du cheveu raide caucasien non abîmé).

    Je n’ai pas établi de comparaison avec les cheveux frisés ou bouclés car par leur forme, ils sont à tendance sèche de nature.

    Pour l’histoire du sébum et du climat : je t’apporte mon témoignage perso, car bien qu’ayant vécu la majeure partie de ma vie en métropole, j’ai vécu 1 an à Mayotte où l’hygrométrie varie d’environ 76% à 88% ; le cuir chevelu sec est moins sec mais l’écoulement de sébum ne sera guère plus important pour des cheveux bouclés, frisés ou crépus.

    Je veux dire par là, que je ne risque pas d’avoir les racines grasses pour autant, même y mettant la même crème capillaire aux racines que celle que j’utilise en métropole et les longueurs auront besoin d’être nourries quand même ; par contre, faut utiliser une crème bien gainante sous peine d’avoir les cheveux qui gonflent facilement, même sans humectant… et si tu utilises un soin contenant des humectants, la cata ! Pour ma part, en métropole comme à Mayotte, je n’intègre pas de glycérine dans mes soins capillaires sans rinçage, j’y incorpore un peu de miel (je trouve le miel bien hydratant à condition de l’intégrer en petite quantité, genre 1 à 2%)

    Je pense que c’est dû aussi au fait que dans un environnement humide et bien chaud, on transpire plus facilement, ou au moins la peau plus moite, donc y a un effet d’évaporation qu’il faut combler.

    Par contre, pour la peau du visage et du corps, un vrai bonheur ! Si t’oublies de t’appliquer un soin hydratant, ta peau ne tiraillera pas, elle gagne en souplesse et en confort avec cette humidité dans l’air.

  3. ok mais par contre je ne comprends pas en quoi l’implantation (bulbe capillaire) moins profonde du cheveu afro jouerait un role sur la lubrification… ?, la glande sebacee se situant juste sous le cuir chevelu ds tous les cas.

    Oui ton experience est logique. En climat plus humide, ton cuir chevelu se trouvait moins sec (pores plus ouverts et dc evacuation du sebum a la surface retrouvee) par contre le pb d’ecoulement sur la longueur demeure puisque fibre vrillee dc sebum ne peut pas glisser, ce facteur n est en effet pas dependant du climat, la forme frisee du cheveu demeure et est peut etre meme accentuee (plus d’humidite, plus d’elasticite, cf liaisons hydrogene).

    et oui en effet pr les humectts a eviter en cas de climat trop humide et trop sec aussi
    pr plus d infos voir mon petit article sur le sujet
    http://beautiful-boucles.com/pourquoi-lhumidite-fait-boucler-le-cheveu-ou-genere-des-frisottis/

  4. Oui, entièrement d’accord pour les longueurs, que ce soit en climat sec ou bien humide, c’est la forme de mon cheveu qui joue là-dessus.

    Par contre, sur Agen où j’habite, l’hiver, j’ai un froid plus humide dans l’ensemble que de froid vif (je ne m’en plains pas, au contraire), ma peau aime et mes cheveux aiment : la différence, c’est que le taux d’humidité est tout de même moins important qu’à Mayotte et aussi parce que l’humidité est associé au froid ici et non pas à la chaleur, comme à Mayotte.

    La glycérine, même en faible quantité, et même en climat ni trop sec ni trop humide, mes cheveux, ben, ils n’aiment pas ; par contre, ils apprécient le miel à 2% dans la compo 🙂

    Oui, je l’ai ce lien dans mes favoris : j’ai pas mal d’articles de toi dans mes favoris, car même si je sais pas mal de choses à mon âge, je considère qu’on apprend toujours des autres, et surtout tes articles sont bien développés, bien complets 😉

  5. merci tres sympa 🙂 !

    je pense qu’un degre d’humidite moindre peut en effet favoriser de jolies boucles .
    Oui le miel a aussi d’autres vertus nutritives que la glycerine n’a pas en effet.

  6. Oui, un peu d’humidité dans l’air (associé de surcroît au froid), mes cheveux aiment bien.

    Ah oui, le miel, j’en fous partout lol Dans mes soins hydratants visage, soins corporelles, shampoings, crème capillaire sans rinçage… sauf que pour les soins capillaires sans rinçage, j’y vais mollo, pas plus de 2%

  7. Bonjour Miss Boucles,

    je suis hyper soucieuse…Voulant faire une couleur caramel chez le coiffeur, mes cheveux bouclés ( entre 4A et 4C) sont non seulement plats, plus du tout frisé ou du moins qu’aux racines dc lisse sur les longueurs et en plus de cela la couleur a raté j’ai les cheveux roux blond devant et ris sale derière…Je suis tétanisé à l’idée de retourné chez le coiffeur. Mais je suis désespéré moi qui laissais ma touffe a l’air libre je me retrouve à faire des tissages pour caché ma tête..
    Aurais tu des conseils sachant que je fais masque soin bain d’huile depuis 2 mois mais rien n’y fait!!!

    • Salut Jeny, ta question n’est pas en lien avec l’article ci-dessus…
      merci de ta compréhension

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *