L’après-shampooing hydratant : le choisir et l’appliquer pour de belles boucles

En France, 65% des femmes passent directement du shampoing au séchage en zappant l’étape après-shampoing (« conditionner » en anglais, AS en abrégé). Accusés d’alourdir les cheveux, de les faire graisser plus vite ou de faire perdre du temps, ces soins gorgés de vitamines et d’actifs hydratants et embellisseurs, sont pourtant bien plus que de simples démêlants ! Il soigne le cheveu tout en laissant un voile protecteur. Il permet parfois de se passer de produits coiffants en disciplinant et assouplissent les cheveux récalcitrants. Et bien sûr de démêler tout en évitant la casse, mais aussi d’hydrater et de lustrer. Un complément idéal du shampooing, hautement recommandé et même indispensable pour les cheveux bouclés et secs :

Dernière mise à jour de cet article: déc. 2016

Comment agit l’après-shampooing ?

Il lisse la cuticule, c’est à dire les écailles de l’enveloppe externe qui enrobe chaque cheveu et le protège des intempéries et autres pollutions qui s’y accumulent et les abîment. Il compense l’action asséchante des agents lavants du shampooing et de l’eau calcaire.

Il n’est pas toujours facile de coiffer les cheveux bouclés ou frisés, mais si l’on tire dessus ils vont s’abîmer et quand ils s’abîment, ils s’emmêlent davantage. D’où l’intérêt de l’après-shampoing ou d’une crème démêlante à chaque lavage. Si l’après-shampoing ne « répare » pas et ne nourrit pas autant les cheveux qu’un masque capillaire par exemple, son action hydratante est plus légère et superficielle mais peut néanmoins être suffisante (ou complémentaire) selon le degré de sécheresse de votre cheveu. Il existe des formulations plus ou moins riches donc toutes les têtes bouclées devraient trouver leur bonheur !

Comment choisir l’après-shampooing pour ses cheveux bouclés ? (ingrédients)

Pour être efficace et bénéfique pour vos cheveux, l’après-shampooing doit être choisi minutieusement.
Comme pour le shampooing, il convient de bien étudier sa composition et d’éviter les produits à base de détergents agressifs (tels que les sulfates de type Sodium Lauryl Sulfate (SLS), Sodium Laureth Sulfate (SLES, légèrement moins nocif cependant) ni Amonium lautreth/lauryl sulfate).

Quatre ingrédients sont plus particulièrement essentiels selon la coiffeuse spécialiste des cheveux bouclés Lorraine Massey, auteur de « Curl power »:
1- L’eau: un bon après-shampooing doit contenir au moins 50% d’eau. L’eau doit être le 1er ingrédient dans la composition du produit (à noter toutefois que l’eau n’est pas un actif à proprement parler mais seulement un excipient).

2- Les émollients (corps gras): ils lissent et lubrifient la cuticule et réduisent les frisottis: beurre de karité (shea butter), huiles végétales, acides gras… Ils enrobent la fibre d’un film protecteur dit « occlusif », ce qui est bénéfique pour la nature hydrophobe du cheveu et l’empêche de se déformer ou de se détériorer par un excès d’humidité notamment. L’équivalent chimique sont les silicones.

3- Les protéines (germe de blé -wheat germ-, protein de soja -soy protein-) sont un composant essentiel du cheveu, notamment la kératine, une protéine constituée d’acides aminés. Ces derniers sont dits renforcer la tige pilaire et avoir une action réparatrice des dommage en comblant les fissures et « trous » des cheveux abîmés (toutefois attention à certains effets secondaires, voir article: Réparer les cheveux abîmés : comment agissent les traitements aux protéines/kératine ?).

4- Les humectants (phantenol, glycerine vegetale, sorbitol Panthénol c’est à dire la vitamine B5, aloé vera) retiennent l’eau et maintiennent l’hydratation à l’intérieur de la fibre (de même que les protéines, qui sont aussi des humectants, attention aux effets secondaires sous certaines circonstances: voir article sur les effets de l’humidité et des humectants sur les cheveux )

Côté composants chimiques, certains s’avèrent particulièrement efficaces même s’ils sont controversés pour leurs effets néfastes sur l’environnement (pollution, notamment par leurs modes de production). J’ai cité ci-dessus les silicones (voir article: Les silicones sur nos cheveux : paranoïa ou réel danger ?). On trouve également les quats (également connus sous le nom de tensioactifs cationiques comme les cetrimonium chloride et dicetyldimonium chloride) et les polymères cationiques (ex: Polyquaternium-10) qui fonctionnent selon des interactions électrostatiques avec les cheveux. C’est ce qui les rend intéressants car ils vont se fixer spécfiquement là où le cheveu en a besoin: en effet leur charge positive en contact avec l’eau est attirée comme un aimant par les molécules de protéines endommagées du cheveu chargées positivement. Ils vont donc les combler avec précision et restaurer un aspect doux et soyeux, en limitant l’alourdissement ou le « graissage » (ils ne se déposent que là où c’est nécessaire).
Tous ces composants sont conçus pour rester fixés aux cheveux après le rinçage, pendant une certaine durée (plus longtemps que les soins sans rinçage) par phénomène d’adsorption.

Enfin, autre facteur important: le pH qui doit permettre aux cheveux de se ré-acidifer et donc de retrouver leur pH naturel qui peut avoir été augmenté par des traitements chimiques ou tout simplement l’eau et éventuellement le shampooing. On trouve les ingrédients suivants à cette fin :
Behentrimonium chloride
Stearalkonium chloride
Amine oxides
Cetrimonium chloride
Citric acid
Ascorbates
Citrus extracts

Il faut toutefois privilégier l’un ou l’autre de ces composants en fonction de ses problématiques cheveux.
Les cheveux très secs et épais ou très longs (surtout sur les pointes) privilégieront les émollients (corps gras), les cheveux fins les éviteront au risque d’être alourdis. Pour plus de volume, on privilégie les humectants, mais attention aux frisottis (voir en fonction du climat, cf. ci-dessus). Pour connaître la concentration de l’un ou l’autre de ces actifs, vérifiez en particulier la liste des 5 premiers ingrédients de la liste INCI indiquée au dos du produit.

Les mentions présentes sur les après-shampooing, même si souvent marketing, peuvent constituer toutefois des repères en particulier ceux destinés au volume ou à réparer les cheveux secs et abîmés.
Si vos cheveux restent secs, s’alourdissent ou se ternissent, c’est que l’après shampoing ne vous convient pas ou que vous n’utilisez pas la dose de produit correcte. Les AS trop riches en acides gras par exemple peuvent sur certaines personnes donner un effet de « cheveu sale et gras ».

Comment appliquer son après-shampooing sur cheveux bouclés et secs ? Mode d’emploi :

L’après-shampooing s’applique comme son nom l’indique après le shampooing, sur des cheveux rincés et bien essorés.
Déposez l’après-shampoing sur la chevelure et émulsionnez délicatement sur les longueurs asséchées. Partagez votre chevelure en plusieurs sections : il s’applique par séparation sur les longueurs, pour bien le répartir sur la tige capillaire pour une meilleure pénétration et ne pas emmêler le cheveu. Dans le cas où vos cheveux sont longs, appliquez le soin des pointes jusqu’à la moitié de la chevelure, en laissant trois ou quatre centimètres de racines. Si vos cheveux sont courts, une application sur les pointes sera suffisante.
Astuce pour les cheveux longs : la zone d’application peut être délimitée par la réalisation d’une queue de cheval haute resserrée par une main. La longueur allant de la main utilisée comme fermoir jusqu’aux pointes recevra de l’après-shampooing. Astuce pour les cheveux fins: appliquer l’après-shampooing avant le shampooing en guise de soin avant shampooing si vos cheveux s’alourdissent facilement.

Contrairement au shampooing, inutile de l’appliquer sur le cuir-chevelu et aux racines sauf si vous décidez de suivre la méthode de la spécialiste américaine des cheveux bouclés, Lorraine Massey, auteur d’un guide capillaire de référence « Curly Girl ». Celle-ci recommande notamment la technique du no-poo consistant à se laver les cheveux uniquement avec de l’après-shampooing. Il faut dans ce cas choisir un AS qui contient une base lavante douce et éviter les ingrédients qui ne sont pas adaptés au cuir-chevelu au risque de voir surgir divers désordres capillaires comme des racines grasses, pellicules, irritations ou allergies…

Rincez à l’eau fraîche pour resserrer les cuticules et si vous le souhaitez, conservez une légère pellicule de produit afin que vos cheveux restent légèrement enduits, ce qui atténuera l’effet mousseux. Ouidad, l’experte américaine des cheveux bouclés conseille de laisser environ 25% d’AS sur les pointes pour renforcer leur protection et les détendre.

A quelle fréquence faut-il utiliser un après-shampooing ?

Il convient de s’en servir après chaque shampoing pour que son action soit efficace et rapide. On peut aussi l’utiliser en cure 2 à 3 fois par semaine, pour finir à 1 fois par semaine, ou encore les matins où vos boucles font grise mine (on ne fait alors qu’un après-shampooing ciblé sur les longueurs).

Faut-il utiliser un après-shampooing hydratant avec son shampooing hydratant coordonné?

Tout dépend encore une fois de vos problématiques capillaires. Pour résumer, je dirai que plus les cheveux sont secs et endommagés, plus cela peut être pertinent. Toutefois le risque est aussi d’alourdir, de ternir ou de graisser vos cheveux voire votre cuir-chevelu. Si vos cheveux ne présentent pas de sécheresse ou d’endommagement excessifs, limitez vous à un après-shampooing traitant et gardez un shampooing à base lavante douce avec une formulation simple neutre pour éviter toute réaction du cuir-chevelu, peau sensible et vivante contrairement au cheveu (matière morte). Ou alors n’utilisez qu’un shampooing hydratant cela peut suffire aussi, surtout si vos cheveux sont fins et ont tendance à s’alourdir ou se ternir facilement (vérifiez toutefois que la compo ne comporte pas d’ingrédients susceptibles de faire réagir votre cuir-chevelu, en effet cheveux et cuir chevelu n’ont souvent pas les mêmes besoins…). Testez les différentes combinaisons et observez les résultats, parfois le « plus » est l’ennemi du bien 🙂

Après-shampooing et le risque d’accumulation des résidus

Certaines utilisatrices -en particulier aux cheveux fins- peuvent pâtir de problèmes d’accumulation des résidus des actifs contenus dans les AS, en particulier ceux qui ne sont pas solubles (certains silicones et les quats). Ces derniers sont des tensioactifs cationiques comme expliqué plus haut susceptibles de réagir avec les tensioactifs anioniques du shampooing : leur charge d’interaction provoque alors une superposition des deux résultant des charges opposées entre le shampooing (charge négative) et l’après-shampooing (charge positive) (J Soc Cosmet Chem, pp 263-278, 1993, Journal of the Society of Cosmetic Chemists, pg 205-214,1989).
Les sulfates à chaînes courtes tels que l’alkyl sulfate, l’alkyl sulfonates (sodium deceth sulfate) sont les plus performants à enlever ces résidus mais ils sont aussi les plus agressifs pour les cheveux.

A lire aussi : la méthode no-poo

A lire aussi :

8 Responses

  1. je désire commander le conditoner après-shampooing de la marque la source – crabtree & evelyn, avec mes remerciements.

  2. Pourriez vous me conseiller un apres shampoing sans silicone pour cheveux frise et sec, car je peine à en trouver en magazin ! Et j’avais une question, est que l’on peut faire un masque après l’apres shampoing ou doit on le faire avant ?!

  3. Magasin*

  4. Bonjour Miss Boucles,
    J’ai toujours été victime de mes cheveux à double titre : bouclée et blonde-rousse (exactement la meme chevelure que l’ancienne version de Nicole Kidman ;-))
    Mais je m’égare, ma question est celle-ci : dans la mesure où Melvita a discontinué son baume démêlant pour cheveux secs, que me conseillerais-tu comme alternative? Le baume démêlant douceur de la meme marque? Merci de ta contribution à notre réconciliation, mes boucles rousses et moi 😀

  5. Bonjour miss boucles, je voudrais vous demander. ce que valent les 2en1, s’ils peuvent remplacer le shampooing et après-shampooing, même si je commence à me dire que certainement non…

    • je déconseille car souvent cuir chevelu et longueurs n’ont pas les mêmes besoins et necessitent d etre traités séparément…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *