Boire beaucoup d’eau aide-t-il à hydrater notre peau et nos cheveux ?

On entend souvent que pour garder une peau et accessoirement des cheveux bien « hydratés » (qualificatif qui ne veut pas dire grand chose d’un point de vue scientifique comme je le ré-explique ci-dessous…), il faut boire (beaucoup) d’eau (entre 1.5 et 2 litres d’eau sont les recommandations les plus courantes).
boire beaucoup eau et hydratation peau cheveux
J’ai voulu explorer un peu plus les dessous scientifiques de ce « mythe » et il s’avère qu’il n’y a malheureusement beaucoup de lien prouvé entre les deux:

Les besoins en eau du corps humain

L’eau est bien sûr essentielle et indispensable à la vie et représente environ 60% à 70% du corps humain. Elle est donc son constituant principal. Chaque jour, nous perdons une quantité importante de cette eau: une personne de taille moyenne dépenserait plus de 2 litres d’eau par jour, éliminée par les urines, la respiration, la transpiration et les larmes. Pour rester en bonne santé, les pertes en eau doivent donc toujours être compensées par les apports. Et ce, en buvant régulièrement tout au long de la journée, un total d’1.5 à 2 litres, en fonction de sa morphologie, de son mode de vie et du climat (sans surprise plus il est chaud ou plus on fait du sport plus les besoins seront importants). A noter que l’apport en liquides est aussi assuré souvent pour moitié par l’alimentation y compris thé, café et jus. Outre que l’eau est vitale au métabolisme de nos cellules, une bonne hydratation est clé pour prévenir la formation de calculs rhénaux liés à une urine trop concentrée, il faut donc boire suffisamment pour conserver une urine proche de la consistance aqueuse (pas trop foncée, désolée des détails pas forcément « glamours » !).
L’eau doit être ingérée par petite portion régulière tout au long de la journée et non par prise massive au risque d’en perdre les bénéfices (l’eau sera évacuée aux toilettes avant d’avoir cheminé jusqu’aux intestins, reins, circulation sanguine et enfin la peau !).

Boire de l’eau pour hydrater notre peau et nos cheveux: info ou intox ?

Outre nos besoins physiologiques, une croyance populaire attribue également à l’ingestion d’eau des vertus esthétiques visant à donner de l’élasticité à la peau et à nos cheveux, éviter qu’ils ne se dessèchent, ou encore diminuer le risque de rides pour la première.

Où se situe l’eau de notre peau ?
La peau contient approximativement 30% de l’eau de notre corps et cette eau la constitue pour environ 65%. Elle est présente dans le sang circulant à travers les vaisseaux qui irriguent la peau et forme également le liquide interstitiel (espace entre les cellules). Elle fait aussi partie des cellules cutanées.
Toutefois, aucun organe du corps humain, y compris la peau, n’est destiné à stocker de grandes quantités d’eau.
La peau utilise l’eau dont elle a besoin et élimine l’excédent. Ainsi la soif constitue un régulateur naturel qui s’active lors de la baisse du volume d’eau, dans et autour des cellules de notre organisme. Ce circuit vise à maintenir un équilibre précis pour lequel il n’est normalement pas nécessaire de se forcer à boire sans avoir soif.

Où se situe l’eau de nos cheveux ?
Rappelons tout d’abord en préambule, une fois encore, que le cheveu est une matière biologiquement morte (empilement de kératine).
Il n’est pas vascularisé et ne communique pas avec le derme dont il ne reçoit aucun nutriment direct et donc aucune eau. Le cheveu est composé entre 65 à 95% de fibres de kératine (une protéine elle-même composée de 18 acides aminés dont le plus important est la cystine qui lui donne sa résistance et solidité). L’enveloppe externe du cheveu, sa cuticule est faites de fines plaques de kératine (cornées) scellées entre elles par des lipides céramides et dont la membrane (l’épicuticule) est elle-même recouverte d’une couche lipidique (comprenant notamment l’acide gras 18-MEA hautement hydrophobe), formant « une protection imperméable » (qui devient hydrophile lorsqu’elle est endommagée ou poreuse, la kératine du cheveu étant hydrophile). Ces lipides hydrophobes, par leur fonction « barrière », visent à limiter justement la trop grande absorption d’humidité de l’air (ce qui tend à déformer la cohésion du cheveu et peut entraîner à terme une fatigue hygrale voir article sur l’eau et les cheveux bouclés/secs). La kératine, elle, est hydrophile (en particulier le cortex du cheveu ce qui explique notamment la porosité des cheveux qui lorsqu’ils ont perdu leur couche de cuticule -par des agressions/érosion mécaniques ou chimiques- exposent leur cortex hydrophile, source: cnrs). Comme une éponge, elle gonfle et peut retenir jusqu’à 40% de son poids en eau.
Les soins cosmétiques visent notamment à renforcer l’hydrophobie naturelle du cheveu.

L’eau du cheveu: un composant dynamique fluctuant

Le reste des composants du cheveu est donc l’eau, les lipides (1 à 9% du poids total du cheveu), les pigments et des traces d’éléments minéraux. La kératine comporte donc une petite part d’eau pouvant aller de 6 à 13.6% (CR Robbins, Chemical and Physical Behavior of Human Hair. 4e Ed. (2002) New York: Springer. p. 89). Il n’est toutefois pas figé car le cheveu en fonction de sa porosité va absorber plus ou moins de l’humidité de son environnement par capillarité (l’eau se diffuse à travers les minuscules interstices en forme de tubes de la structure du cheveu telle l’encre absorbée par un papier buvard). Il varie donc en fonction du taux d’humidité dans l’air et s’ajuste de façon dynamique aux conditions atmosphériques d’une pièce à une autre, de l’intérieur ou du dehors. Contrairement à une idée répandue, les cheveux afros seraient les plus pauvres en eau par rapport aux cheveux caucasiens, ils absorbent aussi moins d’eau du fait d’un cortex et d’une structure en kératine plus petits (liés à sa forme irrégulière) d’après les analyses du Dr Alin Syed**. Ceci pourrait expliquer le manque de souplesse dont certaines personnes se plaignent et le succès des vaporisateurs hydratants ou autres casques à vapeur.

Variations de l'eau contenue dans le cheveu en fonction de l'humidité de l'atmosphère (Avlon Research Center Report 10-37)

Variations de l’eau contenue dans le cheveu en fonction de l’humidité de l’atmosphère (Avlon Research Center Report 10-37) – Cliquez pour élargir

Les produits cosmétiques et encore moins l’eau bue n’ont donc d’influence sur le niveau d’eau contenu dans le cheveu (hormis pour les premiers de réduire le niveau d’humidité pour réduire le gonflement de la fibre ce qui peut donc l’endommager comme vu plus haut).

Par contre, plus un cheveu est endommagé et/ou poreux plus il va donc absorber d’humidité car ses écailles sont hérissées et ne jouent pas ou plus le rôle de barrière d’un cheveu avec une cuticule lisse. Les zones d’adsorption de l’eau sont accrues au sein de la fibre en raison de la conversion de ses ponts disulfure hydrophobiques en fractions d’acides cystéiques hydrophiles.
Autre facteur d’augmentation de l’entrée d’humidité dans le cheveu: un film hydro-lipidique (mélange d’eau et de sébum entre autres) altéré ou manquant, qui s’écoule normalement le long de la tige capillaire pour la lubrifier et la protégéer. L’eau fait aussi partie de ce film et provient du cuir-chevelu, toutefois, c’est le sébum qui joue un rôle majeur ici dans la beauté du cheveu en le lustrant.

Cet apport d’humidité malheureusement rime en général avec des cheveux qualifiés de mousseux/broussailleux (frisottis) et « ingérables »… (voir article les effets positifs et négatifs de l’humidité sur les cheveux bouclés« )

Variation de l'eau contenue dans le cheveu en fonction de l'humidité de l'environnement (extrait de l'article "Measuring the Water Content of Hair" du Dr Trefor A Evans): cliquez pour voir en plus grand.

Variation de l’eau contenue dans le cheveu en fonction de l’humidité de l’environnement (extrait de l’article « Measuring the Water Content of Hair », 2014, du Dr Trefor A Evans): cliquez pour élargir.

Le Dr Trefor A Evans explique très bien ce phénomène que j’ai déjà décrit dans plusieurs articles (voir les mythes capillaires sur l’hydratation) et le « non sens » des personnes qui clament qu’il faut « apporter de l’eau » au cheveu ou « restaurer l’équilibre interne d’hydratation/de l’eau du cheveu« , expressions que l’on peut lire ou entendre très souvent sur la toile, mais qui ne veulent pas dire grand chose et sont même « déconcertantes » selon lui d’un point de vue scientifique (voir citation ci-dessous):

eau contenue dans le cheveu et impact environnement2

Ce chercheur en soins capillaires titulaire d’un phD en chimie en conclut que les propriétés physiques et esthétiques du cheveu sont améliorées lorsque son contenu en eau est « minimisé ».

(cliquez pour élargir)

(cliquez pour élargir)

Ceci étant dit, apporter un peu d’humidité à ses cheveux par vaporisation avec un soin gainant permet de redonner de l’élasticité à ses boucles (en dynamisant ses liaisons hydrogènes).

Pas de corrélation directe entre peau sèche et eau bue

Malgré ce rôle essentiel joué par l’eau dans notre corps, en interne, il n’existe donc pas de preuves scientifiques à l’heure actuelle qui démontrent que boire davantage d’eau influerait sur la quantité de fluides dans la peau et sur sa qualité (sauf en cas de déshydratation accidentelle). La morphologie –et donc l’aspect– de la peau ne changerait donc pas en fonction de la consommation d’eau.
La dermatologue américaine Katie Rodan, co-auteure du livre Write Your Skin a Prescription for Change (Prescrivez un changement à votre peau en VF), a expliqué notamment que « notre peau n’était pas comme les plantes et que si elle l’était, elle serait visiblement revigorée juste après chaque verre d’eau. En effet l’eau absorbée ne passe pas directement dans la peau : elle transite par les intestins avant d’être absorbée dans le sang, filtrée par les reins et finalement, atteint les cellules cutanées. »
Même son de cloche du côté de la dermatologue Amy Wechsler qui affirme que « la quantité d’eau bue ne joue aucun rôle dans l’apparence de la peau » et que « l’eau bue n’aidera pas à combattre la peau sèche ou à clarifier l’acné » (citée ici: http://www.youbeauty.com/nutrition/hydration-beauty/). Le docteur Ronni Wolf et ses collaborateurs du Kaplan Medical Center de Rehovot (Israël) pensent aussi que « boire plus ou moins n’a que peu d’incidence sur la texture de la peau » (SOURCE).
La Fondation pour la nutrition britannique (British Nutrition Foundation) a aussi enfin indiqué qu’il n’y avait que peu de preuve scientifique à l’heure actuelle reliant le niveau de la consommation d’eau à l’apparence de la peau. La croyance que boire beaucoup améliore la peau serait donc un mythe de plus…

Bémol: Le Dr Serfaty-Lacrosnière, médecin nutritionniste (cité par Top Santé, 2012) confirme que « boire beaucoup d’eau n’influera pas sur l’état de la peau », toutefois « une bonne hydratation générale garantit une hydratation cutanée satisfaisante. » Certains dermatologues américains, comme le Dr Rachel Nazarian (travaillant notamment pour le Schweiger Dermatology Group à New York) ont aussi indiqué que si nous ne buvions pas suffisamment, la peau pouvait apparaître plus terne et les rides ou pores plus apparents (l’eau ayant un effet « colmateur » qui va combler plus ou moins les pores et ridules -simple effet d’optique toutefois-, tout en supportant le collagène selon le Dr Julius Few, directeur de l’Institut « Few » professeur clinique de chirurgie plastique à l’Université de Chicago). Certains pensent aussi qu’une bonne hydratation interne aiderait aussi à réduire les éruptions acnéiques en affectant la teneur du sébum et en réduisant sa concentration sur la peau (cités par Women’s Health mag)

Entretenir le film hydro-lipidique de la peau et des cheveux

La peau lorsqu’elle est saine joue un rôle de barrière via sa couche cornée (la couche la plus superficielle de l’épiderme) formée de cellules cornées jointes par des lipides, limitant la quantité d’eau qui entre ou sort à travers la peau (ce qu’on appelle les PIE: les pertes insensibles en eau conduisant aux problèmes de sécheresse et d’irritation bien connus des peaux atopiques).

Le film  hydro-lipidique de la peau à base de sébum la protège de l'évaporation de son eau interne et garantit sa bonne hydratation.

Le film hydro-lipidique de la peau à base de sébum la protège de l’évaporation de son eau interne et garantit sa bonne hydratation. Les lipides du cheveu visent plutôt à limiter les entrées d’eau qui perturbent l’alignement de ses écailles.

Lorsque notre corps a soif, il a besoin d’eau. Toutefois, la règle ne s’applique donc pas à une peau sèche.
Boire beaucoup ne s’avère donc pas efficace pour résoudre un problème de sécheresse cutanée qui est un problème externe et doit donc se traiter par voie externe via des laits, crèmes, pommades ou baumes ou huiles comme le recommande le Dr. Donna Pellowski, une dermatologue de l’UAMS*. Ces derniers vont en effet restaurer ou renforcer la fonction barrière de la peau et empêcher les pertes d’eau. A éviter également tout ce qui peut altérer cette barrière cutanée comme les produits nettoyants trop détergents ou à base de parfum, ainsi que des douches/bains trop fréquents et trop longs (voir article sur les bonnes pratiques sous la douche).
L’aspect de la peau ne peut donc être amélioré que par l’application de crèmes hydratantes qui évitent la perte d’humidité par évaporation.

Même principe pour nos cheveux via l’usage de soins capillaires (« conditionneurs » en anglais) qui vont pallier à l’absence ou à l’endommagement du film de sébum, en enrobant et gainant la fibre de sorte à minimiser l’infiltration d’humidité qui fait gonfler la fibre et désordonne les écailles de sa cuticule (cf. la citation ci-dessus du Dr Evans ci-dessus) tout en lissant et colmatant ses éventuelles brèches. Les problèmes d’évaporation d’eau du cheveu restent moins critiques que pour la peau puisqu’encore une fois on n’a pas affaire à une matière vivante sujette à des irritations ou autres mais uniquement à un problème d’aspect cosmétique. L’eau dans le cheveu va simplement jouer un rôle d’élasticité et de souplesse comme expliqué.

Mieux que boire: manger de l’eau pour hydrater son corps !

Etonnant mais finalement assez logique: il serait plus intéressant pour l’hydratation de notre corps de recourir aux aliments plutôt que d’enchaîner verre d’eau sur verre d’eau qui tendent à ne faire que « passer » dans le corps ! La raison en est que l’eau dont certains fruits, légumes ou poisson regorgent, couplés à leurs nutriments, permettent au corps de retenir l’eau suffisamment longtemps pour en faire bon usage (au lieu de l’éliminer), comme l’a expliqué le Dr. Murad dans son livre « Le secret de l’eau » (« The Water Secret »). Ceci est notamment d à une absorption plus lente et donc une présence plus longue de l’eau dans le corps.

aliments riches en eau hydratation corporelle

Voici une liste de ces aliments stars de l’hydratation !

Pastèque: 97% d’eau
Cocombres: 97% d’eau
Tomates: 95 % d’eau
Laitue iceberg: 95% d’eau
Courgettes: 95% d’eau
Aubergines: 92% d’eau
Carottes: 88% d’eau
Pêches: 87% d’eau
Blanc de poulet rôtt: 65% d’eau
Saumon cuit: 62% d’eau

Ils constitueraient en outre une véritable cure de jouvence selon Murad, pour contrer le phénomène de perte en eau et de détérioration des cellules de notre peau au fil des années, nous rendant de plus en plus vulnérables face aux radicaux libres qui provoquent le vieillissement.

A noter également que les aliments riches en acides gras essentiels trouvés dans les noix, le saumon ou l’huile d’olive peut aider les cellule cutanées à rester hydratées.

L’autre bonne nouvelle étant que la richesse en eau de ces aliments en font des alliés minceur précieux: il est en efffet possible d’en manger une portion plus importante avec une bonne sensation de satiété sans risque de prise de poids ! En bonus: ces aliments sont riches en nutriments qui nous font souvent défaut comme les protéines maigres ou les fibres.

Boire trop peut être nocif

Attention à l’inverse, boire exagérément sans avoir soif n’est bon ni pour la peau ni pour aucun autre organe du corps. Boire beaucoup et vite (entre 700 ml et un litre par heure) pourrait même être dangereux, puisque la capacité d’élimination des reins serait dépassée. La potomanie est un besoin obsessionnel de boire sans avoir soif (sept litres d’eau ou plus par jour).En faisant gonfler les cellules dans le sang, l’excès d’eau perturbe l’équilibre aqueux et provoque des carences en minéraux, comme le sodium, le potassium ou le magnésium, ou encore des crampes, de la fatigue, un confusion mentale, voire même à l’extrême un coma !
Rassurons-nous: les cas de ce trouble restent rares et ne concernent qu’un nombre infime de personnes.

Sources:
« Measuring the Water Content of Hair » du Dr Trefor A Evans (2014, in Cosmeticsandtoiletries.com)
American Journal of Physiology
Skin, Hydration and Health
British Nutrition Foundation (Ed.). Nutrition Basics – Liquids for life, nutrition.org.uk. www.nutrition.org.uk
Conseil Européen de l’Information sur l’Alimentation (EUFIC). Hydration – essentielle à votre bien-être, EUFIC. . www.eufic.org
Noakes, T. Nutrition Issues in Gastroenteroly (Août 2014), Sharon Bergquist, Chris McStay, MD, FACEP, FAWM, Directeur des opérations cliniques, Département des urgences médicales, Ecole de Médecine du Colorado.
Mayo Foundation for Medical Education and Research (Ed). Food and Nutrition Center – Water: How much should you drink every day?, MayoClinic.com http://www.mayoclinic.org/healthy-living/nutrition-and-healthy-eating/in-depth/water/art-20044256?pg=2
Dominique Armand, Chargée de recherché au CNRS. Dossier scientifique: l’eau. (2013). http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/usages/eauOrga.html
Le blog de la peau saine
« Does Drinking Water really give you glowing skin ? » (fev 2015, in Womenshealthmag.com)
*http://uamshealth.com/healthlibrary2/medicalmyths/candrinkingwatercuredryskin/
** http://www.dralinsyed.com/blog/2015/8/7/the-role-of-water-in-hair-fibers
Hair cosmetics: An Overview (2015. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4387693/)

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *