Avons-nous besoin d’exfolier/gommer notre cuir chevelu ? Pour ou contre, techniques et recettes

gommage exfoliation cuir cheveluLes maux du cuir-chevelu causent parfois bien des soucis à certaines têtes (bouclées ou non d’ailleurs) souvent dus à des mauvais traitements. Cette zone est en effet très délicate. Contrairement aux cheveux (la tige capillaire c’est à dire les longueurs), le cuir-chevelu est une matière vivante. Il constitue la peau de notre crâne et également la partie du corps la mieux irriguée par le sang mais aussi par les glandes sudoripares et sébacées qui fournissent aux racines (follicules pileux) les nutriments nécessaires à leur vie et à leur hydratation. Autant dire qu’il ne faut pas faire n’importe quoi avec ! Ces derniers temps, on voit fleurir dans les magazines ou sur Internet des conseils pour masser et même exfolier son cuir chevelu. J’ai fait un article sur le massage à l’huile et aujourd’hui je vais me pencher sur cette « mode » de l’exfoliation ou gommage du cuir chevelu afin de mieux comprendre ses bénéfices et risques potentiels. Les avis des professionnels sont en effet (une fois de plus !) partagés :

Qu’est ce qu’une exfoliation (ou gommage), en quoi cela consiste-t-il et quels sont les bénéfices (réels ou supposés) attendus ?

Le principe de l’exfoliation ou gommage

Originaire de l’Egypte antique où l’on pratiquait des enveloppements de boues d’argile du Nil, tandis que les Romains faisaient peau neuve à l’aide de la pierre ponce d’origine volcanique et les Étrusques au sable de mer, la technique est plus souvent associée au corps voire au visage (encouragée actuellement par l’essor des brosses soniques qui sont assez controversées d’ailleurs*). Elle est notamment préconisée avant une épilation pour la faciliter en préparant la peau. Objectif: éliminer les cellules mortes de l’épiderme (couche superficielle de la peau/couche cornée), et/ou les résidus liés à l’accumulation de produits coiffants/conditionneurs/soins occlusifs.

De façon générale, il existe deux grands types d’exfoliation : mécanique/physique ou chimique.
En langage d’esthéticienne, on utilise normalement le terme de gommage pour les exfoliations physiques et le terme d’exfoliation en cas de principe actif chimique.

Le gommage agit sur la partie supérieure de la peau : l'épiderme (couche cornée).

Le gommage agit sur la partie supérieure de la peau : l’épiderme (couche cornée).

1/ L’exfoliation ou gommage mécanique/physique:

Elle se base sur l’action manuelle de minuscules grains abrasifs qui agissent par frottement sur la peau qui est ainsi « polie ».
Ces granules peuvent être par exemple du sel (le plus abrasif), du sucre (moins abrasif, plus adapté aux peaux sensibles), du bicarbonate de sodium, des noyaux d’olives/d’amandes broyés ou de petites billes qui sont intégrés à différentes textures (crèmes, lotions, gels).

Sous l’application d’une pression homogène mais pas trop forte, les cellules mortes se trouvent éradiquées.
Dans cette catégorie, on trouve aussi les gommages à laisser sécher sur la peau (généralement à base d’argile) qui se retirent sous forme de petits copeaux (même principe qu’une gomme).
>> Utilisée surtout pour les peaux lipidiques (grasses) et les peaux hyperkératinisées (épaisses et avec beaucoup de cellules mortes à la surface de la peau)

2/ L’exfoliation chimique

Elle utilise des molécules qui ont une action chimique. A la différence des exfoliants physiques, les exfoliants chimiques agissent en dissolvant les cellules mortes.
Ils s’appliquent sur la peau puis agissent sans avoir à frotter.

Ils sont constitués essentiellement par les acides alpha hydroxylés (AHA ou acides de fruits), l’acide salicylique (composé organique aromatique) et l’urée. L’acide salicylique est par exemple utilisé dans le traitement de l’acné (et des pellicules). L’urée est aussi un exfoliant intéressant car il agit aussi comme un humectant. Cela signifie qu’il maintient l’hydratation naturelle de la peau en rendant les cellules épidermiques plus hydrophiles. Le produit s’élimine ensuite par simple rinçage.
>> Ils sont surtout préconisés pour le visage car ils resserrent les pores et évitent les points noirs. A éviter en cas de peau sensible.

exfoliation gommage cuir chevelu1

Les bénéfices revendiqués de l’exfoliation ou du gommage

– Affiner le grain de peau en stimulant le renouvellement cellulaire des couches profondes de la peau (visible au niveau corporel surtout)
– Améliorer la pénétration des produits de beauté. Côté capillaire la chevelure serait ainsi plus réceptive aux soins qui pénètreraient mieux et seraient donc plus efficaces.
– Eliminer l’excès de sébum, utile pour lutter contre les cuirs chevelus/racines grasses.
En libérant les pores de la peau, la prolifération bactérienne est limitée.
– Activer la microcirculation.
– Débarrasser le cuir chevelu de tout ce qui l’étouffe (les résidus/dépôts laissés par exemple par des agents occlusifs et la pollution)
– Purifier, oxygéner et faire respirer le cuir chevelu
– Éliminer les pellicules : certains dermatologues (pas tous ! cf ci-dessous) préconisent d’exfolier, avec parcimonie et en douceur, le cuir-chevelu afin d’aider à clarifier les plaques agglutinées sur le cuir-chevelu. Ce geste effectué avant un shampooing permettrait de diminuer les pellicules présentes et renforcer l’efficacité du lavage.
– Favoriser l’irrigation sanguine (et certains arguent aussi qu’il aide à accélérer la pousse des cheveux… Aucune preuve scientifique à ma connaissance)
– Décoller les racines et donc redonner au cheveu brillance et dynamisme.

Exfoliation et gommage: pour quels types de cuir chevelu/de problèmes rencontrés et précautions

Plus particulièrement adapté aux cuirs chevelus à tendance grasse ou pelliculaire, le gommage est aussi préconisé en cas de démangeaisons ou de chevelure terne. Il doit être évité juste après une coloration, sous peine de délaver la couleur. La peau du cuir chevelu doit être saine. Si elle est abîmée ou en cas de petites lésions, un(e) gommage/exfoliation est à proscrire sous peine de s’avérer très douloureux.
Dans le cas de peau sensible, il ne faut pas utiliser n’importe quel type d’exfoliant: privilégier les gommages doux combinant des microbilles à des agents apaisants et anti-irritants.

Règle générale : les exfoliants mécaniques avec des grains sont abrasifs et donc à éviter en cas de boutons (risque de les excorier) ou de capillaires fragiles (petites veines à la surface de la peau), la pression pouvant les endommager. Sur une peau très robuste, vous pouvez tenter un exfoliant mécanique ou pour la peau du corps, plus épaisse et donc moins fragile. Mais allez-y quand même mollo, la peau des femmes reste fragile !

L’avis des dermatologues et coiffeur sur le gommage/exfoliation du cuir chevelu et risques

Mais notre cuir chevelu en a-t-il vraiment besoin quels sont les risques éventuels de ces ingrédients abrasifs ?
Frédéric Suquet, coiffeur met en garde : « C’est un geste récent et très spécifique, utile uniquement si vous avez des pellicules et si vous voulez assainir un cuir chevelu n’ayant pas tendance à picoter. Les petits grains pouvant être agressifs, mieux vaut éviter le gommage lorsque le crâne est sensible. » dans un entretien au magazine Elle. Côté dermatologues, ils sont assez unanimes sur la question : ils le déconseillent !
Le Docteur Perricone par exemple déclare qu’il ne croit pas dans les vertus de l’exfoliation mécanique car celle-ci irrite la peau et cause en réalité une inflammation. »
Même son de cloche chez le Docteur Kinglsey, trichologiste à New York (spécialiste du cheveu)
« Les gommages désincrustants peuvent irriter la peau délicate du cuir chevelu, en particulier en cas de pellicules. Il ajoute même que les granules du gommage peuvent provoquer une casse des cheveux. »
De son côté le Dr. Neal Schultz met aussi en garde contre la pratique et recommande à la place d’utiliser un shampooing contenant de l’acide glycolique uniquement en cas de pellicules, de cuir chevelu gras ou d’accumulation de produits coiffants.
C’est aussi l’avis du trichologiste Christopher Mackin qui affirme qu’un shampooing est suffisant. Pour un nettoyage plus profond, il recommande une formule à base d’eucalyptus qui est un excellent clarifiant.
Le gommage du cuir chevelu peut en en effet avoir l’effet inverse attendu en excitant les glandes sébacées et donc le faire graisser.

A contre-courant, le Dr Francesca Fusco considère que le cuir chevelu peut bénéficier d’un bon nettoyage et conseille d’ajouter quelques cuillerées de sucre à sa dose de shampooing (voir recettes ci-dessous) pour aider à évacuer les peaux mortes. A appliquer avec la pulpe des doigts et non les ongles.
Elle conseille aussi un shampooing à l’acide salicylique une fois par semaine en cas d’accumulation sévère de résidus cosmétiques. Marcel Salvador, capidermologue à Montpellier, plaide également en faveur des massages et des gommages doux permettant d’oxygéner le cuir chevelu et d’éliminer les secrétions et tous les éléments cellulaires en excès.

De l’avis de tous, le gommage capillaire est à pratiquer avec parcimonie en raison de son action décapante. Il ne faut donc pas en abuser et 1 à 2 fois par mois semble une fréquence largement suffisante sous peine de graisser et de fragiliser le cuir chevelu et donc les cheveux.

L’exfoliation est à éviter absolument si:
– votre peau est fragile ou fragilisée
– votre peau est irritée (coup de soleil, vent puissant, utilisation de produits trop détergents, médicaments irritants ou après une épilation, etc.)
– vous souffrez d’une pathologie cutanée telle que de l’acné rosacée, de l’eczéma, du psoriasis.
– vous êtes sous Roaccutane (ou si vous l’étiez il y a moins d’un an) : votre peau ne produit plus assez de sébum pour se protéger.
– si la capacité de votre peau à se réparer est réduite (exemple de certains diabètes, de maladies auto-immunes, ou sous l’action de certaines médicaments à base de cortisone, par exemple).
>>> Risque d’irritation cutanée, de dermatite, etc.
– si vous êtes sujet à l’herpès (autour de la bouche, par exemple) : ce virus, le plus souvent à l’état dormant au niveau des terminaisons nerveuses peutde réveiller et provoquer une poussée en cas d’exfoliation non tolérée.

Liste non exhaustive: en cas de doute, demandez l’avis de votre médecin !

MON AVIS :
Personnellement, je ne recommanderai pas spécialement le gommage ou l’exfoliation car cela me paraît agressif pour le film hydrolipidique protecteur et la peau sensible du cuir chevelu. Toutefois certaines utilisatrices s’en disent satisfaites donc à tester éventuellement très ponctuellement et dans le cas d’un problème important de pellicules, de démangeaisons et/ou de résidus/dépôts cosmétiques ou huileux. Sachant que même dans ce cas un shampooing clarifiant ou une fréquence plus élevée de shampoooings/poudres lavantes devrait normalement parvenir à régler le problème et reste moins abrasif. La régle d’or du cuir chevelu reste de le laisser tranquille autant que possible. Comme le dit le proverbe, parfois « le mieux est l’ennemi du bien » !

MAJ oct.2016: La marque Kérastase a lancé un nouveau protocole de soin (« soin Kérastase spécifique » qui cible les dérèglements du cuir chevelu i.e démangeaisons, pellicules, cheveux gras, etc.) dans lequel elle intégre notamment un gommage du cuir chevelu à l’aide d’une brosse clarisonic !

gommage-cuir-chevelu-et-brosse-clarisonic

avis dermatologue brosse exfoliante sonique gommage visage et cuir chevelu*Aparté sur les brosses exfoliantes pour le visage (avis de dermatologues) pouvant aussi s’appliquer pour partie à la peau du cuir chevelu : « Leur utilisation (quotidienne) peut à terme engendrer un relâchement des tissus, affaissement du visage, perte d’élasticité voire des rides prématurées, due au risque de désolidarisation entre couche superficielle et derme.. Les cellules mortes s’éliminent naturellement lors de la toilette, il apparaît donc inutile d’en enlever plus que la peau n’en produit. De façon générale, les massages/effleurements (sans corps abrasif) seraient bénéfiques pour la peau (pour stimuler les muscles et renforcer les tissus de soutien) mais pas les frottements.
De plus ces derniers (comme toute manipulation) peuvent aussi perturber le pH acide de la peau qui doit être maintenu. Si la peau est privée de ses bonnes bactéries, ce sont les mauvaises qui risquent de s’installer.
En effet, la surface de la peau abrite toute une flore qui en aucun cas ne doit être endommagée. A terme, il est possible finalement de se retrouver avec une peau abîmée et une résistance amoindrie aux agressions.
La peau (saine) dispose de son propre système de régénération, sorte d’auto nettoyage, auxquels les produits (doux) ne sont que des coups de pouce. Si l’on force la peau à éliminer trop de cellules, elle peut se dérégler (en particulier après 30 ans). Une peau décapée (« récurée comme une assiette sale »), qui « crisse » n’est pas bénéfique.
Seules les poussières, résidus de pollution et de cosmétiques doivent être retirés. L’équilibre de la peau est fragile.
A noter que la tendance très en vogue du « mille-feuille » (« layering », superposition de cosmétiques/soins) pourraient avoir les mêmes effets négatifs sur la peau (en particulier sensible).

Autres avis intéressants de dermatologues sur l’exfoliation visage:
Dr Marie-Catherine Planté:

« La peau, au niveau du visage, a des glandes sébacées qui sécrètent du sébum, un petit film gras qui la protège. En s’acharnant à détruire ce sébum qui est totalement physiologique et protecteur, on met notre peau en danger. Plus on frotte/gomme la peau, plus celle-ci s’épaissit pour se protéger. Paradoxalement, en croyant affiner le grain de peau, on l’épaissit en fait. De plus, les microkystes et autres lésions vont s’enfouir sous la couche cutanée, ce qui finit par donner un aspect granuleux.« 

Dr Nina Roos:

« Les brosses pour le visage ne sont pas indispensables au nettoyage quotidien de la peau. Cette toilette doit rester superficielle afin de ne pas abraser la peau du visage, constamment agressée au cours de la journée. En revanche, l’action de ces brosses est intéressante pour exfolier en profondeur l’épiderme. Elles permettent aussi d’activer la microcirculation, ce qui stimule la synthèse de collagène et oxygène la peau, ce qui favorise aussi la pénétration des actifs des actifs anti-âge (sérum) ou éclat.
Elles sont efficaces sur les peaux épaisses notamment des fumeuses, avec une peau terne normale à grasse.
Contre indications: peaux (sensibles, réactives, ou sèches) ou cas d’utilisation de cosmétiques exfoliants au rétinol, ou aux AHA, ou de traitement anti-acné.
Elle doit être rincée soigneusement après chaque passage et 2 fois par mois, la nettoyer au vinaigre d’alcool.

——-
Si vous souhaitez malgré tout tenter l’expérience et pensez en avoir vraiment besoin, voici quelques conseils et recettes :

Voir l’article « Idées recettes de gommage/exfoliation (cuir chevelu et corps) »

A lire aussi :

19 Responses

  1. c’est un soin que je fais une fois par mois, je ne vois pas pourquoi les dermatologues le déconseillent si le cuir chevelu est sain, on s’exfolie bien la peau et il me semble que le cuir chevelu c’est aussi de la peau, je cherche l’erreur !!! il faut juste gommer le crâne avec des abrasifs doux et ne pas en user et abuser. moi lorsque je le fais ça rafraîchit mon cuir chevelu et je le sens débarrassé de toute l’accumulation de crasse, produits et autres joyeusetés

    • Merci de ton retour d’experience. Si ca te convient et que cela a un effet positif, c’est cool !
      Les dermatos mettent en garde contre cette pratique car si mal utilisee, comme tu le pointes (matieres/gestes trop abrasifs) ou cuir chevelu trop sensible, cela peut faire plus de mal que de bien.
      Je pense que c’est aussi reserve aux personnes qui utilisent pas mal de produits coiffants et qui ont donc besoin de clarifier.
      Concernant la peau du corps et encore plus du visage (voir aparte sur les brosses exfoliantes ds l’article), la encore c’est a reserver aux peaux les moins sensibles a priori.

      J’ai entendu par exemple beaucoup de bien du brossage lymphatique, mais perso ayant une peau hypersensible hyper reactive, sujette aux dermatites atopiques (eczema, rosacee), je ne m’y risquerai pas !

  2. Bonjour,

    Trouve-t-on l’acide glycolique et l’acide salicylique sous une forme naturelle ? les recommandes tu pour un cuir chevelu sensible sujet aux pellicules ?
    j’ai lu qu’il ne faut pas les utiliser en concentration supérieure à 20/30% (On les dilue tout simplement dans l’eau donc ?) et que l’acide salicylique peut être toxique s’il est inhalé. combien de temps laisserai-tu la solution sur ta tête (15min?)

    Enfin, crois tu aux vertus de l’application d’aspirine diluée dans l’eau pour combattre les pellicules ?

    merci de ta réponse, bonne journée 🙂

  3. ok merci de ta réponse. par contre je n’arrive pas à voir ton lien ? 🙂

  4. merci ! 🙂

  5. Coucou Miss,

    Encore un super article!!! Merci!!!! Je deviens une accro à ton blog!! lol!!!
    J’étais à la recherche de l’acide salicylique aussi……
    J’ai testé à peu prés, toute les recettes, et mon cuir chevelu et très apaisé ,encore quelques gratouillis de temps en temps, mais ouf je respire!!! Certes , je ne suis pas guérie de cette  » DS  » mais tout les remèdes me calme.
    Par contre, j’ai une chute de cheveux, plus importante, qui s’effectue à chaque fois que je m’applique de l’huile de ricin???? penses- tu que c’est la DS ou cette huile??Normalement , cette huile aide à la repousse du cheveux???
    Quel est ton avis???
    Juste pour info, je confirme que le miel, m’a énormément jaunis sur le reste de mes cheveux coloré dû à un « balayage ». Mais, le miel c’est le top!!!!!
    Bonne journée à tous.
    Bonne journée

  6. Super ce billet ! J’approuve à 200% !

    Et oui, la flore, on oublie souvent ce détail, mais tellement important 🙂

    Je pense que les personnes qui exfolient leur cuir chevelu à cause de pellicules – croyant régler le problème et l’apaiser – devraient plutôt se demander pourquoi leur cuir chevelu se met à générer des pellicules.

    Ma mère, qui a les cheveux de type 4a-4b, était tombée dans une spirale à moment donné : elle n’exfoliait pas son cuir chevelu mais était tombée dans la spirale de la lotion « pétrole hahn » ; sur le moment, ça l’apaisait mais à cause de la compo de ce produit (alcool, isoparaffine et autres joyeusetés), ça empirait la chose et elle ressentait l’envie du coup d’en remettre pour se soulager… une spirale infernale !

    Elle a fini par comprendre que ces ingrédients-là sont néfastes pour le cuir chevelu et depuis elle se vaporise une infusion de romarin et se masse le cuir chevelu avec un peu d’huile d’olive et ça lui fait du bien.

  7. Pour la méthode du mille-feuille (layering), si elle convient aux peaux asiatiques, elles ne convient pas aux peaux occidentales ou autres…

    Autant, sur bien des choses, je suis contre « d’ethniciser » la peau, mais j’ai remarqué que les peaux asiatiques supportaient très bien cette méthode mais pas sur les peaux d’autres ethnies.

    Le gommage au sucre et miel (avec ou sans huile végétale), je trouve cela doux sur la peau, c’est cette méthode que j’utilise pour ma figure mais uniquement tous les 15j : le sucre fond donc n’agresse pas et le miel n’a pas son pareil pour adoucir la peau (en plus d’être antiseptique). Mais moi je le fais parce qu’ai une peau compacte et dense (donc génère plus de peaux mortes que la moyenne), si j’avais la peau fine, je ne le ferais pas car comme dit dans l’article, les peaux mortes s’éliminent progressivement au nettoyage ; si notre peau en génère un peu plus, un petit coup de pouce ne peut pas faire de mal à condition d’espacer et d’utiliser une composition douce…

    • merci bp Koko de ces infos complementaires, comme tu le rappelles a juste titre, le gommage (corporel) convient probablement mieux a certains types de peau ayant besoin d’evacuer les peaux mortes. S’il n y a pas de besoin particulier mieux vaut s’abstenir je pense et si la peau est hyper sensible et irritable je pense que c’est vraiment a proscrire… (je parle pr moi la, ha ha !)
      meme si j’avoue que les recettes vont envie ! 😛

  8. Tout à fait miss boucles ! Moi, en étant métisse, j’ai pris la peau compacte et dense de la peau noire (ce n’est pas le cas de toutes les métisses que je connais, il y en a qui prennent la peau fine d’un parent occidental), et elle génère plus de peaux mortes que la moyenne, surtout l’hiver.

    Mais pas pour autant que j’ai la peau blindée, j’ai la peau réactive à tendance allergique et particulièrement la zone des joues ; donc, je fais un gommage naturel au sucre et au miel tous les 15j, mais j’y vais délicatement et j’hydrate bien derrière.

    J’en ai vu se décaper la peau à la brosse nettoyante matin et soir pendant des semaines, voire des mois pour certaines et faut voir les dégâts que ça peut faire : certaines se sont mises à développer des dermatites, d’autres des rougeurs avec une peau encore plus grasse mais devenue ultra sensible, et certaines peaux de couleurs qui se retrouvent avec des inégalités de teint ou ont empiré ce symptôme… je considère cette brosse comme un instrument de torture pour la peau (surtout celles qui l’utilisent quotidiennement).

    Je crois que les personnes qui utilisent cet instrument de torture ne se rendent pas compte de ce qu’elles infligent à leur peau : en plus de fragiliser sa peau (ça prendra plus de temps pour que ce soit visible chez certaines) du fait d’altérer en continu le film hydro-lipidique si essentiel au confort de la peau, et de perdre au fil du temps la souplesse de sa peau, en plus de développer des dermites et autres joyeusetés.

    Les magazines de mode et instituts de beauté actuels sont aussi responsables de cette idée véhiculée qu’il faut désincruster la peau, la libérer de ses peaux mortes, etc. et prôner 1 à 2 gommages par semaine, suivi d’un masque pour ceci, un masque pour cela… un formatage malsain ! Il y a 20 ans de cela (j’en ai 43), une femme travaillant dans un institut de beauté me disait qu’elle déconseillait le gommage aux clientes, ça m’a marqué car c’est tellement rare dans ce type d’institut d’entendre ce genre de choses 😉

  9. Miss boucles, je viens de lire un de tes commentaires plus haut, concernant le brossage à sec (brossage lymphatique) : franchement, au début, j’étais dubitative quand j’avais lu les vidéos dessus, mais j’ai essayé et j’adore !!! Je précise que je ne le fais que sur le corps et non sur le visage 😉

    En fait, je redoutais que le brossage à sec soit plus agressif qu’un gommage mécanique sur peau humide, ben pas du tout, bien au contraire ! A condition d’utiliser une brosse à poils naturels (poils de coco, sisal ou autres) et non des poils synthétiques.

    Cela fait un an que j’utilise une brosse à poils de coco (achetée sur greenweez, mais on peut en trouver partout) en brossage à sec avant la douche : non seulement ça fait la peau douce sans irritation (si si, même pas une rougeur alors qu’un gommage humide peut m’en faire sur certaines zones du corps) mais en plus, c’est bien plus dynamisant qu’un gommage sur peau humide ; moi qui ai une mauvaise circulation sanguine au niveau des jambes, j’y ai eu des meilleurs effets avec le brossage à sec.

    Et une grande amie, souffrant de psoriasis s’y est mise, elle regrette de ne pas l’avoir tenté plus tôt ! Le brossage à sec, avec une brosse adéquate, c’est vraiment autre chose que le gommage classique sur peau humide, la sensation n’est pas du tout la même…

    • concernant le brossage oui j ai entendu des retours positifs mais aussi des personnes qui ne supportent pas.
      je crois que la qualite de la brosse joue aussi.
      comme le dit un dermatologue cite ds l’article, je pense que le mouvement est bon pour la stimulation des muscles/tissus de soutien, mais le frottement/friction avec un corps abrasif l’est moins meme si encore une fois certaines peaux encaissent mieux.

      jamais teste pr ma part, j ai tellement la peau sensible que je la laisse tranquille autant que possible, toutefois je poserai la question ma dermato la prochaine fois pr avoir son opinion !

  10. Tout à fait, la qualité de la brosse fait toute la différence !

    Le poil synthétique est trop abrasif en brossage à sec, même par mouvements doux alors qu’avec un poil naturel, ça n’agresse pas la peau : comment dire, le poil naturel est mi souple mi ferme, assez ferme pour appuyer et stimuler la lymphe mais souple sur le frottement de la peau ; alors qu’un poil synthétique aura un frottement trop important à sec.

    Concernant mon amie qui a du psoriasis, ce n’est pas moi qui l’ai embrigadée pour essayer, je n’y aurais pas pensé lol C’est que le fils de sa voisine, qui en souffre également, s’y était mis et avait obtenu de bons résultats combiné avec une pommade à l’huile essentielle de cade ; elle a donc été tentée d’essayer et au fil des semaines, ça s’améliorait, là où de nombreux produits pharmaceutiques stagnaient…

    Je comprends que tu n’aies pas envie de te lancer là-dedans, de peur de causer des désagréments à ta peau déjà bien sensible ; mais si un jour tu as l’occasion d’approcher une brosse en poil naturel, teste juste l’effet sur le dessus de ta main, juste pour voir la sensation… à côté de cela, tous les autres gommages mécaniques sont agressifs à côté 😉

  11. Dans l’article, on lit des choses un peu étranges.

    Il bannit les gants ou fleurs de douche. Si je peux comprendre pour le gant qu’il est difficile de le tenir sain, ce n’est pas le cas de la fleur de douche dans laquelle les bactéries ne peuvent pas trouver où se développer puisqu’elle est en plastique, très ajourée et lavable.

    Pour les gommages, la grande mode pour le visage est l’éponge konja qui est une éponge naturelle assez douce certes mais aussi efficace qu’un gant, en somme ! Ne dépensez pas vos sous pour rien.

    Un petit gommage du visage en mouvements ronds, une fois par semaine ou 2 fois par mois, permet vraiment de faire « circuler le sang », comme on dit et laisse la peau nette, clarifiée et fraîche.

    Pour le gommage du corps que je fais une fois par semaine à la fleur de douche ou au gant, j’assure qu’il est vraiment utile car la peau devient toute douce et je vois toutes les peaux mortes qui s’ôtent de cette façon alors qu’avec un lavage à la main, zéro peau morte visible au fond de la douche.

    Je ne fais plus d’hydratation du corps après exfoliation au gant ou à la fleur de douche depuis que j’utilise systématiquement du savon d’Alep. Il est suffisamment gras pour laisser un léger film sur la peau, ce qui évite les tiraillements. Je recommande !

    En revanche, je suis d’accord sur le fait qu’il faudrait nettoyer systématiquement son gant, autrement qu’à la machine à laver qui n’enlève jamais totalement le savon frotté.
    Vinaigre blanc semble parfait.
    Encore un usage, outre celui d’adoucissant calcaire à la place de l’assouplissant dans la machine à laver, celui de désinfectant des toilettes, celui du dernier rinçage des cheveux après shampoing, celui du nettoyant pour robinetterie ou vitres, etc. !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *