Hydratation, protéines, soins… : 5 mythes capillaires et quelques réponses scientifiques… (1e partie)

Sur la petite planète capillaire et en particulier celle du cheveu bouclé/frisé, on trouve diverses croyances et « mythes » colportés -en toute bonne foi- de site en site, en blog, en forum ou encore sur youtube…, et même dans les livres consacrés au sujet. Quand j’ai lancé mon blog Beautiful Boucles, j’ai passé beaucoup de temps à lire toute cette littérature qui m’a parfois laissée perplexe, par ses contradictions et/ou « non-sens » scientifiques.
mythes capillaires-hydratation-cheveux-silicones-proteines

Aujourd’hui je souhaite donc vous présenter une première série de « mythes capillaires » avec des réponses/pistes scientifiques, fruits des connaissances que j’ai pu acquérir au fil de mes recherches. Ces réponses sont basées sur les caractéristiques physiologiques du cheveu et un peu de logique… 🙂 Rien de complètement définitif toutefois car même la science n’est pas toujours très au point en la matière, c’est ainsi que je serai amenée à nuancer en fonction des incertitudes qui demeurent. Comme je le dis souvent, je ne détiens pas la « science infuse » et j’accueille toujours avec plaisir les commentaires, précisions ou corrections argumentées (n’hésitez pas :-). C’est parti pour le déminage !

hydratation cheveux les effets de leau sur le cheveu

MYTHE N°1 : « L’EAU (H2O) HYDRATE LES CHEVEUX »

(Variantes : « L’eau est l’ingrédient essentiel pour la beauté des cheveux » ; « On scelle l’hydratation/l’eau dans le cheveu avec des huiles ».)
Cette (contre-) vérité est probablement celle qui me hérisse le plus (presqu’autant que les écailles des cheveux sous l’action de l’eau !), et aussi la plus répandue et répétée. Sa logique peut paraître attrayante. En effet, dans le verbe « hydrater » on a bien la racine étymologique « hydr- » qui signifie « eau » en grec donc si l’on applique à la lettre son sens, cela revient bien à « donner de l’eau » à ses cheveux. Sauf que la réalité est moins simple et « directe » que cela. Le verbe « hydrater » porte d’ailleurs à confusion.

– En anglais d’ailleurs, il existe un autre terme beaucoup plus exact : « condition » (traduit maladroitement -par calque- par « conditionner » ses cheveux en français, j’aime bien utiliser pour ma part le verbe « gainer » qui me semble assez fidèle à l’effet attendu, voir ci-dessous mythe n°2). « Condition » signifie « état » en français, c’est à dire qu’on va modifier, cosmétiquement parlant, l’état du cheveu, c’est à dire son aspect extérieur, sa texture.

L'eau, néfaste pour les cheveux, favorise les agressions.  Source : Hair-science.fr

L’eau, néfaste pour les cheveux, favorise les agressions.
Source : Hair-science.fr

– En fait le verbe « hydrater » est à l’origine plus adapté à la peau (même si l’application d’eau par voie externe sur la peau ne l’hydrate pas non plus et la désseche plutot également par osmose). Or le cheveu n’est pas de la peau (contrairement au cuir chevelu). La peau « respire » (évacuation du carbone et de la sueur/déchets essentiellement par les pores), cicatrise, se régénère, échange avec le derme, pas le cheveu qui ne comporte pas de pores. Un cheveu ne fait rien d’autre que de se détériorer. Au fur et à mesure qu’il croît, sa kératine s’érode (plus ou moins vite selon les traitements qu’on lui inflige) et finit par se casser.
Un cheveu, comme je n’ai de cesse de le répéter, est une matière biologiquement morte. Conséquences : il ne peut pas se régénérer de quelque façon que ce soit, il ne peut pas être « nourri » ni abreuvé/ »hydraté ». En d’autres termes, c’est un « cadavre ». Hum, désolée c’est pas très glamour !

Vous pensez bien que « marketinguement » parlant, cela ne fait pas trop vendre ! Au passage, l’expression « cheveu en bonne santé » est tout aussi ridicule (voir mon article), vous vous voyez vous pencher au-dessus d’un cercueil et commenter la bonne santé de son « occupant », hum ! :-p

Voir article: L’eau : amie ou ennemie des cheveux secs ?

Tel un bateau qui prend l'eau, la kératine "prend l'eau" et s'use beaucoup plus vite si vous l'inondez, sans soin approprié.

Tel un bateau qui prend l’eau, la kératine « prend l’eau » et s’érode beaucoup plus vite si vous l’inondez, sans soin(s) relipidants approprié(s).

– En ce qui concerne le fait de « sceller » de l’eau externe dans la fibre capillaire à l’aide d’une huile comme on l’entend souvent, je suis aussi assez sceptique sur le principe.
En effet, l’eau (ainsi que les humectants qui captent l’eau de l’air) fait gonfler la fibre donc soulève ses écailles, et comme expliqué plus haut, ce que l’on veut c’est exactement l’inverse : des écailles bien couchées et lissées.
De surcroît l’eau peut altérer la kératine externe et interne qui le constitue à 95% et faire évaporer ses lipides.
De même que la peau, la cuticule du cheveu est censée assurer une fonction barrière, c’est à dire de protection contre notamment l’humidité. Enfin, eau et huile (non miscibles) se repoussent donc j’ai du mal à voir comment la seconde permettrait de sceller la première… Toutefois, l’utilisation d’une émulsion (comme un après-shampooing par exemple) peut sans doute permettre de fixer les nouvelles liaisons hydrogènes formées (élasticité de la boucle) tout en lissant la cuticule et pallier aux effets néfastes du gonflement lié a l’eau.

Source : Interview de  Patrick Canivet, Directeur Technique de L'Oréal Division des Produits Professionnels

Source : Interview de Patrick Canivet, Directeur Technique de L’Oréal Division des Produits Professionnels


Les effets de l'humidité sur l'oxydation du cheveu (P.Canivet)

Les effets de l’humidité sur l’oxydation du cheveu (P.Canivet)

Enfin j’en reviens à ce que je disais précédemment, ce qui compte principalement c’est l’aspect de l’enveloppe externe du cheveu, la cohésion de ses écailles et sa lubrification, deux facteurs qui dépendent des lipides (sébum et ciment intercellulaire).
Le facteur eau n’apparaît pas déterminant en ce qui concerne sa brillance, sa définition et sa douceur (si l’on recherche ses qualités bien sûr).
MAIS… le cheveux contient bien une eau interne et l’humidifier reste utile malgré tout pour redynamiser l’élasticité/le rebond des boucles (formation de liaisons hydrogènes), donner de la souplesse aux cheveux, en vaporisation légère de préférence suivie d’un soin hydratant (corps gras, émulsion avec ou sans rinçage) pour fermer les écailles. A noter que le cheveu est surtout capable d’absorber l’eau à un niveau moléculaire (vapeur d’eau : absorption de l’eau par capillarité i.e l’eau se diffuse à travers les minuscules interstices en forme de tubes de la structure du cheveu telle l’encre absorbée par un papier buvard). Indispensable aussi pour le démêlage (ne jamais démêler à sec ses boucles, à moins d’aimer les effets mousseux bien sur !). Il faut aussi tenir compte du climat et de son humidité pour éviter les gonflements mousseux et les frisottis pour doser convenablement son usage.

(...) La sécheresse du cheveu est davantage une question du degré d'endommagement  (i.e l'état sa cuticule, ndlr) et du nombre de lipides naturels qu'il comporte. Source: The Beauty Brains

(…) La sécheresse du cheveu est davantage une question du degré d’endommagement (i.e l’état sa cuticule, ndlr) et du nombre de lipides naturels qu’il comporte (…) Même en bloquant l’absorption d’humidité du cheveu, les silicones suffiraient à agir comme un agent hydratant en l’enrobant/plastifiant et en le lubrifant.
Source: The Beauty Brains

Une petite « équation » pour résumer : soin du cheveu = soin de ses cuticules = sébum = corps gras (ou autre dérivé synthétique)

"Hydrater ne signifie pas forcément apporter plus d'eau. (...) Sur le fond, il signifie "combattre les effets de la sécheresse" (...) que sont l'aspect rêche, terne et la difficulté à discipliner. (...) Les silicones et les huiles qui enrobent le cheveu sont les agents hydratants (...) car ils rendent les cheveux secs plus lisses, doux et brillants (...) bien qu'ils ne contiennent pas d'eau. Source : The Beauty Brains

« Hydrater ne signifie pas forcément apporter plus d’eau. (…) Sur le fond, il signifie « combattre les effets de la sécheresse » (…) que sont l’aspect rêche, terne et la difficulté à discipliner. (…) Les silicones et les huiles qui enrobent le cheveu sont les agents hydratants (…) car ils rendent les cheveux secs plus lisses, doux et brillants (…) bien qu’ils ne contiennent pas d’eau.
Source : The Beauty Brains

– Pour plus d’infos, je vous invite à consulter mon article « L’eau, amie ou ennemie des cheveux bouclés«  où j’ai développé le sujet en détail.
En complément, cet article « Zoom sur… les lipides, source de beauté de nos cheveux » vous explique pourquoi nos cheveux ont avant tout besoin de corps gras/actifs relipidants pour des boucles soyeuses et définies, et comment ces derniers favorisent justement ce que l’on nomme « hydratation »…
et aussi : Hydratation, zoom sur le film hydrolipidique de nos cheveux

Pour comprendre le rôle de l’eau dans les cosmétiques c’est par ici : A quoi sert l’eau dans les cosmétiques ?

MYTHE N°2: « LES SILICONES ÉTOUFFENT LES CHEVEUX ET EMPÊCHENT LES SOINS DE PÉNÉTRER »

(Variantes associées : « Les produits naturels sont meilleurs pour les cheveux que les produits chimiques. » ; « Les silicones ne sont que de simples cache-misères », « Les silicones font tomber les cheveux »)silicones étouffent les cheveux mythe capillaire decrypte
Ah celle-ci… combien de fois l’entend/la lit-on ? 🙂
Cette croyance part d’une bonne intention : celle d’adopter un comportement plus responsable et écologique envers la planète car les silicones sont polluants, mais sur le plan capillaire strict, il n’y a pas de contre- indications (en ce qui concerne les longueurs).
Leur action est plutôt d’ailleurs en général bénéfique quand on recherche des boucles soyeuses, brillantes et bien définies. Ils sont en effet d’excellents « conditionneurs » de sa cuticule.
Un effet « occlusif » n’est pas néfaste sur le cheveu (mais peut l’être sur la peau qui, contrairement à ce dernier, comporte des pores susceptibles de se boucher > comédons, pellicules)
Pour plus d’infos sur les modes d’action des silicones, je vous laisse consulter mon article détaillé sur le sujet : « Les silicones sur nos cheveux : paranoïa ou réel danger ? ». Idem pour les autres substances de synthèse de type quats.

– La notion « d’étouffement » n’est pas applicable puisque le cheveu, biologiquement mort, ne « respire pas » (cf: ci-dessus). La chute de cheveux par les silicones est tout aussi surréaliste, tout au plus vos cheveux/racines (si vous les utilisez en shampooing, ce qui je déconseille) pourront être alourdis/ternes/gras. Le risque d’accumulation devient aussi assez faible avec les nouvelles molécules intelligentes qui se fixent sur les zones abîmées (par polarité). Les cheveux fins devront avoir la main plus légère toutefois.

– Quant à la « pénétration » des soins, ce n’est pas plus cohérent : tout ce qui s’applique sur le cheveu vise en général sa cuticule (enveloppe externe) car c’est son aspect qui va déterminer majoritairement l’aspect du cheveu. Il n’est donc pas utile (voire inesthétique car « dérange » l’alignement des écailles et pourrait accroître la porosité) de vouloir à tout prix écarter ses écailles pour faire pénétrer une substance dont il n’a pas l’utilité. Le cheveu absorbe ce dont il a besoin en fonction de ses brèches et de sa porosité naturelle (voir mythe n°4). En d’autres termes, on s’en fiche de faire « pénétrer », ce qu’on veut c’est une cuticule avec des écailles bien alignées et fermées !

A gauche cuticule de cheveux poreuse avec les écailles ouvertes. A droite, cuticule de cheveux avec les écailles fermées bien lissées le long de la fibre.

A gauche cuticule de cheveux poreuse avec les écailles ouvertes.
A gauche, cuticule de cheveux avec les écailles fermées bien lissées le long de la fibre.

>> Attention, cela ne vaut pas pour le cuir chevelu qui lui est une peau « vivante », riche en glandes sébacées, sur lequel il vaut mieux éviter les silicones ou toutes substances occlusives de type huile minérale (notamment dans votre shampooing…).

Au niveau écologique, l’élimination des silicones (en particulier les siloxanes) et autres substances chimiques posent problème en raison des risques d’accumulation (biocumulation) pouvant dégrader l’environnement (cf: ce qui se passe pour les coraux dans les océans détruits par les résidus de crème solaire…). En effet, ces ingrédients ne sont que très peu biodégradables et se retrouvent donc sur les sites de traitement des eaux usées. Toutefois, les tests réalisés jusqu’à présent n’ont pas montré d’effets toxicologiques néfastes ou d’impact négatif sur l’environnement. Des études sont en cours pour vérifier plus précisément leur potentiel PBT (persistant, bio-accumulable, toxique). Le Laboratoire de recherche (LGCIE) de l’INSA (Institut National des Sciences Appliqués) alertait néanmoins en 2009 sur les soucis posés par l’élimination des silicones, relatifs aux impuretés (dérivés volatils de silicone) présentes dans les biogaz de fermentation (centres de stockage de déchets ménagers, digesteurs de boues de STEP, méthaniseurs de biodéchets).
> Voir cette thèse de doctorat « Composés Organiques Volatils du Silicium : Un frein à la valorisation énergétique des biogaz » par Aurélie Ohannessian (2008)
Extrait : « Les silicones de masse molaire élevés sont considérés par certains auteurs comme persistants dans l’environnement. Par contre, malgré leur lipophilie, ils ne sont pas considérés comme bioaccumulables dans la plupart des cas (…). Pour d’autres auteurs, leurs faible solubilité ne permet pas de considérer qu’ils puissent être biodisponibles en milieu marin. Cependant certaines études rapportent que certains animaux ne supportent pas la présence des silicones dissous dans l’eau et des morts par suffocation auraient été rapportées. Les siloxanes de plus petite taille sont potentiellement plus bioaccumulables et présentent des risques de toxicité. (…) L’ensemble des expériences ne permet pas de disposer de conclusions très nettes concernant la toxicité des silicones (en raison notamment d’une certaine opacité régnant sur les données, ndlr) » (extrait de la page 76)

Une part d’inconnu demeure toutefois sur les conséquences d’une utilisation massive et leurs conséquences sur les humains, la flore et la faune s’ils atterrissent dans les lacs et les fleuves (notamment dans les régions sans stations d’épuration). Dans le doute mieux vaut sans doute s’abstenir ou limiter !
A noter que le cyclotétrasiloxane (D4) a été classé en Europe comme perturbateur endocrinien sous certains niveaux d’exposition.

MAJ: (Extrait Observatoire de la cosmétique)
Le cyclopentasiloxane (comme la cyclométhicone) est un cas un peu à part.
Il est également listé dans les CMR par le Règlement européen n°1272/2008 en catégorie 2 des
substances suspectées d’être toxiques pour la reproduction humaine. Un avis du SCCP (Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs) en date du 22 juin 2010 a toutefois conclu à l’absence de risque pour la santé humaine lié à l’utilisation de cette substance en cosmétique, aux concentrations habituellement mises en œuvre.
Le Comité recommande toutefois à la Commission européenne de considérer le risque environnemental, non pris en compte dans cet avis… La substance est en effet également classée parmi celles pouvant représenter un danger pour les milieux aquatiques.

– Enfin oui, les silicones sont des « caches-misères » mais tout comme n’importe quelle autre substance qu’elle soit naturelle ou synthétique. Actuellement (mais qui sait ce que nous réserve le futur !) un cheveu ne peut pas être « soigné » ni « réparé » ni « régénéré », il peut juste être « colmaté » -dans une certaine mesure- et « lustré » temporairement, en général le (sur)lendemain tout est à refaire :-p
En revanche, contrairement à la chaleur ou aux traitements chimiques à base d’agents chimiques alcalins (ouvrant les écailles), les silicones ne détériorent pas la cuticule.

MYTHE N°3: « IL FAUT EQUILIBRER LES SOINS PROTEINES ET L’HYDRATATION DU CHEVEU »

Alors celui-ci m’a longtemps laissé perplexe j’avoue… Décodons déjà sa signification : il s’agirait de doser à quantité égale les soins à base de protéines (hydrolysées) et les soins « à base d’eau » ou l’application d’eau tout simplement (dont on a vu les effets néfastes au mythe n°1). Les premières donneraient de « la force » aux cheveux tandis que les secondes lui donneraient de la « souplesse/élasticité ».

Les ponts disulfure du cheveu lui assurent force et solidité.

Les ponts disulfure du cheveu lui assurent force et solidité.

Première rectification : ce qui donne de la force/solidité aux cheveux (i.e l’empêche de casser) ce sont les liaisons de sa kératine dans le cortex (hydrogènes, salines et disulfures, ces dernières sont les plus fortes et relient les atomes de soufre des molécules de cystéine, 1 des 18 acides aminés de la kératine). Ces différentes liaisons sont la colonne vertébrale du cheveu et lui assurent sa résistance en maintenant la cohésion de ses hélices et donc de sa structure interne.

L’élasticité repose quant à elle en effet en partie sur l’eau présente dans le cheveu qui aide les liaisons disulphure à s’étirer puis à se rétracter dans leur forme normale (en l’absence de cette hydratation, les cheveux se cassent à chaque passage du peigne ou autre manipulation). L’humidité de l’air capté -en petite quantité- par le cheveu augmente ainsi les liaisons hydrogène et favorise le ressort des boucles. En trop grande quantité, c’est l’effet inverse (mousse informe)…

Mais sachez que ses lipides internes et externes jouent aussi beaucoup dans la définition de la boucle et sa souplesse. La protéine de collagène, qui aux côtés de la kératine est la 2e protéine majeure constituant le cheveu, est aussi garante de son élasticité, tout comme celle de la peau.

Toutefois, on y revient toujours : le cheveu est une matière biologiquement morte donc il y a peu de chances qu’il voit la différence, pour lui une substance de « bouchage » est une substance de « bouchage » quelle que soit sa nature. Les protéines comme toute autre substance de « conditionneur » agissent uniquement comme des patchs mais ne peuvent pas être réellement assimilés à l’intérieur des macrofibrilles de kératine du cheveu et donc les aider à se « reconstituer/reconstruire » ou à se « renforcer » de l’intérieur. En d’autres termes ce qui est détruit, le restera.

équilibre protéines et hydratation cheveux bouclés frises

Les actifs protéinés agissent donc de la même façon que les actifs « hydratants » (qui sont en réalité des corps gras ou siliconés ou encore des quats on l’a vu) : enrober/lisser la fibre (action filmogène) et combler les brèches (par polarité: charge positive/charge négative du cheveu)
Leur intérêt serait en plus de pouvoir franchir la cuticule et venir combler les « trous » plus profonds dans la structure du cheveu (cortex), ce qui peut s’avérer utile si vous avez fait subir à vos cheveux des traitements très agressifs comme un défrisage qui induisent des « lésions » plus profondes.

Il n’y a pas vraiment d’équilibre à respecter entre les uns et les autres puisque leur rôle est similaire. Ce que ces substances « renforcent » c’est surtout la protection du cheveu (i.e la barrière hydro-lipidique de sa cuticule) avec un « repulpage » de ci et de là.
Et encore une fois, l’eau n’a aucun rôle « hydratant » à jouer ici…

TOUTEFOIS…, ce qui me paraît éventuellement nécessiter une « compensation » des protéines par de l »‘hydratation » (i.e de corps gras ou assimilés), ce sont les propriétés hygroscopiques des protéines qui pourraient déssécher le cheveu sous certains conditions climatiques.
Pour plus d’infos: Réparer les cheveux abîmés : comment agissent les traitements aux protéines/kératine ?

MYTHE N°4: « IL FAUT FAIRE PENETRER LES SOINS CAPILLAIRES EN PROFONDEUR »

Un autre mythe qui considère le cheveu comme une matière vivante capable de se régénérer, or vous l’avez compris maintenant, il n’en est rien. De ce fait, la seule chose qui est possible de faire, c’est de créer une illusion cosmétique pour lui donner l’apparence souhaitée (en général brillance, douceur et un aspect bien défini). Et pour cela, comme expliqué ci-dessus, on agit avant tout sur la cuticule, son enveloppe externe.
Pour plus d’infos, voir mon article : « La cuticule première barrière de défense de nos cheveux et reflet de leur beauté »
En fait les soins pour cheveux bouclés visent surtout à suppléer le manque de sébum sur la fibre et donc à jouer son rôle de « lustreur et de « lisseur » des écailles tout en le protégeant des agressions externes (notamment l’humidité qui le fait gonfler).

La « pénétration » peut avoir l’effet inverse en forçant les écailles à se soulever, ce qui est exactement ce qu’on veut éviter ! Comme dit ci-dessus, ce qui doit être absorbé et pénétré le fera naturellement en fonction des brèches existantes du cheveu et de sa porosité plus ou moins élever. Le but des soins est simplement de « boucher les trous ». Rien de plus… 🙂

Pour plus d’infos, voir mon article : Ouvrir les cuticules pour mieux faire pénétrer les actifs dans ses cheveux : une fausse bonne idée ?

MYTHE N°5: « ON PEUT RÉPARER/RESTAURER DES CHEVEUX ABIMES PAR LA CHALEUR »

(Variante associée « On peut protéger ses cheveux de la chaleur avec un sérum ou autre produit de soin. »
Si vous recourez régulièrement au sèche cheveux, au brushing ou pire aux plaques lissantes (ainsi que les traitements chimiques en général), la cuticule de vos cheveux sera fortement endommagée.
Voir les détails des dégâts de la chaleur dans cet article : « Comment protéger ses cheveux de la chaleur ? » et aussi sur la chaleur occasionnelle sur les cheveux :
Peut-on alterner cheveux lissés (plaques, brushing) et boucles au naturel ?
Beaucoup de lectrices m’écrivent pour me demander des « remèdes miracles » pour restaurer leurs cheveux abîmés. Mais le problème c’est que cela n’existe pas (à l’heure actuelle en tout cas !), malgré toutes les promesses alléchantes des marques qui clament pouvoir « réparer » ou « protéger » vos cheveux laminés.
Aujourd’hui, un cheveu dont la cuticule est complètement « éclatée » ainsi que sa structure interne ne peut être que coupé (voir schéma ci-dessous). Et c’est même conseillé de le faire car si vous tentez de le conserver malgré tout, son mauvais état pourrait contaminer le reste de la fibre, ce qui vous obligerait in fine à couper beaucoup plus qu’initialement, d’où l’intérêt d’un épointage régulier des longueurs fourchues.

Comment réparer et soigner cheveux abîmés : www.beautiful-boucles.com

Si votre cuticule est seulement modérément abîmée (et que le cortex reste intact), vous pouvez alors tenter de repulper temporairement ses fissures, c’est à dire « recoller les morceaux » en quelque sorte avec des soins intensifs. Si vous avez le budget et le temps…, et tant que votre cheveu ne tombe pas en miettes (car si vous continuez les agressions en parallèle, ne vous attendez pas à l’impossible).
Voir mon article : Récupérer des cheveux abîmés (fourchus, cassants…) : quel traitement ? (interview coiffeuse)

Le plus simple reste quand même de ne pas agresser ses cheveux et la planète vous dira merci aussi au passage 🙂

A lire aussi :

69 Responses

  1. Tu dis que l’eau n’hydrate pas les cheveux, tu parles de ceux caucasiens ? Car pour les cheveux afro donc de noire, l’eau est indispensable pour hydrater les cheveux ainsi que l’huile végétale et le beurre végétal pour sceller l’hydratation. Cheveux afro et caucasiens ne sont pas les mêmes de par leur texture. Qu’as-tu à me répondre ? Cordialement

    • bonjour Chabine, eh non malheureusement c’est une croyance erronnée justement, ce que j’explique dans l’article.
      Un cheveu reste un cheveu quel que soit son origine ethnique, il est fait des mêmes composants (kératine principalement) et c’est toujours une matière biologiquement morte. Donc non je te confirme l’eau « n’hydrate » pas les cheveux ni caucasiens ni crépus et a plutôt tendance à fragiliser la cuticule (d’où l’utilité des soins conditionneurs).
      Tu ne peux pas « sceller » de l’eau dans le cheveu par apport externe : c’est une légende urbaine… (tu as toutes les explications dans mon article ainsi que les articles associés que j’ai mentionnés)

      • Tu te contredis toute seule dans ton article :

        « l’eau reste utile […] (formation de liaisons hydrogènes) en vaporisation légère de préférence suivie d’un soin hydratant (corps gras, émulsion avec ou sans rinçage). »

        *perd un neurone*

        • Ou est la contradiction ? elasticite et hydratation ce n est pas la meme chose d’ou ma phrase…
          l eau est complementaire mais n est pas un actif hydratant en tt que tel.

  2. je t’avoue que j’ai pas eu le courage de lire intégralement ton article (mea culpa)… l’eau ne pénètre pas le cheveu car ses molécules sont trop grosses d’après ce que j’ai pu lire mais par contre je trouve incohérent de dire qu’on ne peut pas hydrater le cheveu car c’est une matière morte et un peu plus loin dire qu’on peut le déshydrater par la chaleur. ensuite, pourquoi ne pourrait-on pas hydrater une matière morte? par exemple, les céréales sont des matières mortes mais elles absorbent les liquides (eau, lait ou autre). bref, je sais pas si tu es une vraie scientifique, une experte du sujet mais en tout cas moi je constate que depuis que j’ai arrêté les produits à base de silicone et que je fais des soins naturels nourrissants ou hydratants mes cheveux se portent bien mieux, et pourtant ça ne fait que 3 mois parce que tout ces produits cracr

  3. oups je continue… tous ces produits cracra que tu semble défendre ils se déposent aussi sur notre cuir chevelu et lui est vivant et il respire et il n’aime pas ça les produits cracra, suffit de voir les pellicules et démangeaisons que j’avais et qui ont disparu et beaucoup d’autres peuvent témoigner!

    • Bonjour Stéphanie,
      Alors tout d’abord je réagis tout de suite je ne défends RIEN !
      Je reste objective, simplement.
      Je ne suis pas scientifique (je suis anciennement journaliste donc assez habituée à l’investigation et au traitement/vulgarisation de l’info), voir mon profil ds la rubrique « contact » + en intro comme je l’ai précisé : fruit de mes recherches et « bon sens ».
      Effectivement si tu n’as pas lu l’article en entier tu as loupé des infos car ce que tu dis je l’ai expliqué ds l’article (cf pr le cuir chevelu) donc je te laisse lire les passages que tu as sautés pr ne pas tt ré-écrire 🙂

      Par contre tu pointes en effet qqc d’intéressant :
      – quand je dis qu’on ne peut pas « l’hydrater », c’est à dire que tu ne peux pas lui « apporter de l’eau » par voie externe (par exemple en le mouillant). En fait c’est un peu plus complexe que ça ce que l’on appelle « hydratation » (il faudrait que tu lises les articles que j’ai référencés en complément… En résumé : il s’agit de limiter les pertes d’eau (PIE) en formant une barrière filmogène proche du film hydro-lipidique.
      voir mon autre article pr plus d’infos : http://beautiful-boucles.com/eau-cheveux-boucles-secs-effets/

      – quand je dis que le cheveu se déshydrate par la chaleur, oui car le cheveu contient bien un petit pourcentage d’eau (apportée par voie interne lors de sa création dans le follicule) donc cette eau disparaît sous l’effet de la chaleur, mais les plus gros dégats de la chaleur portent sur la structure de la cuticule voire cortex.

      – c’est cool si tu es satisfaite des produits naturels et de ta routine, c’est tout ce que je peux te souhaiter ! et c’est bien là l’essentiel.
      Je ne fais ni la promo ni des uns ni des autres même si j’essaie au max de recommander des pts naturels par respect pr l’environnement (même si après recherche je n’ai pas trouvé non plus, à ma surprise, de résultats vraiment probant sur la pollution par les silicones, en même temps les recherches st encore récentes !).

      • Tu restes objective en citant des sources telles que L’Oreal ? x)

        • Ce que j ai cite de l’oreal est un commentaire technique sur le mode d action des cosmetiques dc rien qui ne compromet l’ethique me semble t il. Je te trouve tres agressive ds ts tes commentaires en rafale alors que je ne crois pas l avoir ete donc comme je l ai dit s’il y a des erreurs ou des choses a rectifier je suis completement ouverte mais avec des sources et des arguments car la je ne te trouve pas tres constructive. Encore une fois je ne suis pas pro silicones et j accueillerai volontiers toutes etudes scientifiques supplementaires.

  4. Donc au final que proposes-tu pour une routine capilaire et pour les soins?

  5. Bonjour miss boucles
    Merci pour ta réponse 🙂 Concernant mes cheveux afro, je les humidifie avec de l’eau puis mets un peu d’huile végétale d’avocat et je scelle avec un beurre 100% végétal et je t’assure que mes cheveux sont doux, brillants et se portent bien et poussent. Si je ne fais rien durant une semaine, ils sont comme de la paille. Je reste convaincue que le cheveu n’est pas une matière morte, peut-être les pointes. Merci pour tes articles.

    • Oui bien sur c’est normal l’huile et le beurre sont des corps gras qui vont en effet pallier le manque de sébum et lustrer la fibre, ce que j’explique aussi dans mes articles.
      Mais ce n’est pas l’eau qui agit. l’eau n’est pas un actif, c’est ce que j’explique aussi dans cet article.
      En tout cas si cette méthode te donne de bons résultats il faut bien sur la poursuivre !, maintenant tu comprendras juste mieux « comment ça marche » 🙂

      PS : le cheveu est bien une matière biologiquement morte… désolée !
      http://beautiful-boucles.com/le-cheveu-est-il-vraiment-mort/

      • Bonjour,

        Anciennement étudiante en Biologie et ayant eu de nombreux cours théoriques et pratiques de cosmétologie, de biochimie, de biologie cellulaire et moléculaire, je suis tout à fait d’accord avec cet article !

        @Chabine Dorée:
        Essaye de supprimer l’apport d’eau direct de ta routine capillaire et tu verras que tes cheveux se porteront tout aussi bien sur le court terme et mieux sur le long terme (diminution du soulèvement des écailles et donc l’apparition prématurée de fourches et cassures).

        Bonne journée !!

        • merci bp Macken pour cette approbation scientifique 🙂
          de mon côté, toutefois, je suis toujours en train d’investiguer sur le rapport entre eau et cheveux, et les différences avec l’épiderme. Il me reste qques doutes sur le rôle de l’eau (versus les lipides) présent ds le cheveu, notamment par rapport à son élasticité, ainsi que le rôle des humectants dans les soins capillaires… Autant pour l’épiderme, cela me paraît assez clair, autant pour le cheveu, je suis plus mitigée… Si vous avez des pistes n’hésitez pas 🙂

          Mise à jour 12/08/14 : j’ai complété le rôle de l’eau sur l’élasticité des cheveux (liaisons hydrogène)

        • @ Macken : je ne suis pas d’accord avec ce que tu dis « Essaye de supprimer l’apport d’eau direct de ta routine capillaire et tu verras que tes cheveux se porteront tout aussi bien sur le court terme et mieux sur le long terme »

          J’ai les cheveux très bouclé/crépus.
          J’ai déjà essayé de supprimer l’eau de ma routine (sur le court ET le long terme).
          Je peux t’assurer que s’est INCOMPARABLE.
          SANS EAU :
          Sans eau mes cheveux sont juste horribles, cassants et fourchus. Ils se cassent autant qu’ils ne poussent donc au final, je reste à la même longueur avec une sensation de paille à la place des cheveux.
          AVEC EAU :
          Avec l’eau c’est tout à fait différent : les cheveux sont doux, ils ne se cassent pas (donc j’arrive à conserver la longueur) et sont malléables. De plus j’ai beaucoup moins voire pas du tout de fourches.

          J’obtiens l’inverse de ce que tu décris…
          Donc ton conseil s’applique peut être pour des cheveux lisses ou peu bouclés je n’en sais rien, mais pas du tout pour des cheveux très bouclés/crépus.

          • Oui je pense qu’il faut un bon dosage mais l’eau seule me paraitrait insuffisante voire nefaste a moyen-long terme (pour la cuticule), dans le sens ou ce n’est pas un « soin ».
            L’eau rend en effet les cheveux plus malleables donc plus faciles a coiffer.

            PS: toutefois, je pense que comme pour la peau, certains cheveux n’aiment pas forcement l’eau…

  6. Bonjour miss boucles,

    Cet article est tres interessant et remet en question toutes mes croyances sur les soins a apporter auxcheveux. J’avoue être étonnée de toutes tes infos, car comme tu disais précédemment, tu recommandais au max les produits naturels dans tes autres articles. Je pensais que c’était par rapport aux bienfaits des produits naturels sur le cheveu.
    Dans cet article, tu dis que les produits chimiques equivalent les produits naturels en terme d’embellissement du cheveu, ca veut dire que payer des produits capillaires bio (parfois 2 fois plus chers) ne servirait qu’à préserver la planète et n’apporterait pas plus d’embellissement au cheveu sur le long terme qu’un produit capillaire chimique?
    Tu dis aussi que les cheveux sont morts et ne se réparent pas, pourtant, dans d’autres de tes articles, tu mentionnes l’huile de coco, l’huile d’olive et d’avocat pénétrant jusqu’au cortex.
    Ca ne veut pas dire que ces huiles « colmatent » et lustrent en profondeur sur le long terme? Ou ce colmatage et lustrage est temporaire et dure jusqu’à un ou 2 shampoings apres?

    Merci d’avance pour tes réponses.

    • Oui Pondy, tu as bien compris. Toutefois, un bémol : penser à notre planète, chercher à la préserver ce n’est pas anodin et je pense qu’il faut vraiment y réfléchir dans notre vie de tous les jours, car au final, avec la pollution et tous les « effets secondaires » nous aurons aussi des répercussions sur notre santé, notre corps, notre peau et nos cheveux !

      Oui pr ces huiles elles pénètrent ainsi que d’autres actifs comme les protéines hydrolisées si je ne me trompe pas, mais effet temporaire aussi. Il n’y a RIEN de durable et définitif avec le cheveu… du moins pr l’instant !

  7. Bonsoir,

    Merci pour cette article.
    Cela signifie que le spray d’eau utilisé (quasi tous les matins) par beaucoup de femmes ayant les cheveux afro (comme moi) ne sert à rien?? Autant mettre notre beurre où crème hydratante directement?
    Et ben didonc je suis très surprise car on entend l’inverse partout! et je le faisais religieuse en pensant faire beaucoup de bien à mes cheveux 🙂

    • Vaporiser de l’eau sur ses boucles n’est pas forcément négatif dans le sens ou cela aide a redynamiser la boucle au niveau de son élasticité (formations de liaisons hydrogenes) mais cela ne va pas gainer (« hydrater ») ses écailles d’ou l’effet un peu mousseux ou frisottis que cela peut aussi générer dépendant de l’aspect de la fibre a l’origine + niveau d’humidité ds l’atmosphere.
      De plus l’eau est aussi indispensable pr aider a démêler.
      L’idéal en fait c’est de combiner les deux, une légere humidification suivi d’un soin hydratant gainant.
      certains vapos contenant une solution hydratante a base d’eau peuvent aussi bien convenir.

      En résumé, l’eau n’est pas forcément a bannir des routines, mais a limiter si jamais on recontre des soucis de cheveux mousseux ou frisottis.
      Il faut un bon equilibre avec les soins vraiment hydratants c’est a dire gainants la cuticule.

  8. Oh que ça fait du bien de lire un article qui remet les pendules à l’heure lol Totalement d’accord avec le contenu de cet article ++++

    Je suis métisse aux cheveux frisés très longs (à la taille quasiment) et quand je vois d’autres copines frisées comme moi se vaporiser les cheveux avec un spray contenant eau + huile, j’hallucine complet !

    Et surtout celles qui ne mettent rien derrière, car qu’on humecte légèrement la chevelure pour rafraîchir et ensuite mettre un peu d’émulsion hydratante (je parle de lait ou crème sans rinçage), c’est ce que je fais le 3e jour qui suit mon shampoing mais que de l’eau ou mélange eau + huile dans un spray (donc non miscibles) c’est du total délire !

    Et puis au fil des mois, elles se demandent pourquoi elles ont des fourches et le cheveu mousseux et pas moi… Pourtant, je fais de la coloration 1 fois par mois (pas par plaisir mais pour les cheveux blancs sur le bords des tempes) sur les racines de devant et mes cheveux ne savent pas ce qu’est une fourche car après la coloration, je rétablis le pH de mes cheveux avec mes soins maison qui ont tous un pH de 5-5.5 (en dessous, mes cheveux n’aiment pas non plus)

    Et oui, ça peut faire mal à lire, mais en dehors du bulbe, le reste du cheveu ne vit pas, voilà pourquoi il ne peut se réparer ni rétablir son pH tout seul, comme si bien détaillé dans cet article. Je me marre quand je vois des pubs qui osent parler de « réparation », quel foutage de gueule !

    Il faut entretenir l’aspect du cheveu régulièrement car oui, hélas, tout ce qu’on y apporte n’est que temporaire, le « traitement » n’est pas définitif.

    J’ajouterai néanmoins qu’il y a tout de même un facteur interne de l’organisme qui peut jouer sur l’aspect du cheveu : les hormones ; un déséquilibre hormonal, et hop, les cheveux partent en vrille même si tout allait très bien avant.

    L’eau, elle aide à la maniabilité et à l’élasticité sous certaines conditions mais n’hydrate pas à elle toute seule, que ce soit pour les cheveux ou pour la peau (qui est, elle, bien vivante) car elle s’évapore si appliquée seule et chasse l’eau interne avec (l’eau chasse l’eau).

    Donc, je conclurai que tout comme on ne se contente pas d’appliquer seulement de l’eau sur sa peau pour l’hydrater (ce sont les lipides qui agissent sur le ciment intercellulaire), encore moins sur ses cheveux. Ce sont les émulsions contenant des corps gras surtout qui aideront pour freiner la PIE.

    • he he Koko, tres bon resume de toutes ces problematiques capillaires sur lesquelles on s’arrache parfois… les cheveux (ouah ca c’est du jeu de mot, ahem !)
      Tu es au top de l’entretien, j’avoue que j’utilise de l’eau de base mais si tu peux abaisser son pH c’est d’autant mieux pour les ecailles qui s’en trouveront resserrees (leger doute toutefois sur la possibilite d’un effet assechant de l’acide lactique, je ne connais pas son action exacte sur les cheveux…).

      Concernant l’effet de l’eau sur la peau, j’aimerais bien aussi faire un article aussi la-dessus, je ne crois pas que l’eau, en apport externe, aide a l’elasticite de la peau, mais j’ai lu des infos contradictoires la dessus (en terme d’hydratation notamment)…
      A mon niveau je limite aussi l’eau sur la peau, souffrant de peau seche ultra-reactive developpant des dermatites facilement (quand on sait que la simple application d’eau chaude peut creer des dermatites…).
      Problematiques complexes mais sujet passionnant !

  9. PS : je précise que l’eau que je vaporise pour rafraîchir (redonner de la tonicité/liaison hydrogènes pour reprendre l’article), je lui ajoute qq gouttes d’acide lactique pour que le pH soit à 5.5 maxi (je mesure avec une bandelette) et ensuite j’applique mon produit capillaire sans rinçage en petite retouche car l’eau du sud est encore plus alcaline qu’ailleurs, c-à-d un pH de 8-8.5 (= écailles ouvertes si on laisse son pH initial pour vaporiser nos cheveux)

  10. Pour le pH de l’eau qu’on vaporise sur les cheveux : j’ajoute de l’acide lactique (3-4 gouttes suffisent pour 100 ml d’eau) car je sais que derrière ma vaporisation, je vais mettre un peu de crème capillaire, donc pas de risque d’assécher le cheveu 😉

    Perso, je trouve que ça évite la formation de frisottis quand on rafraîchit sa coiffure (à condition de mettre un peu de lait ou de crème derrière) : j’étais déjà satisfaite de l’eau au pH de 8 et crème sans rinçage au pH légèrement acide derrière, mais je trouve encore mieux depuis que je baisse légèrement le pH de l’eau dans vapo aussi ; je ne recommande pas de le faire si on ne met rien derrière la vaporisation d’eau.

    Concernant l’eau sur la peau, ça n’hydrate rien (ça rafraîchit, par contre), même dans une émulsion, une fois appliquée sur la peau, elle se volatilise ; l’eau qui compte pour la peau, c’est en interne et qui est stockée dans l’hypoderme 😉

    Par contre, de mon côté, je ne limite pas l’eau sur la peau, j’adore le contact de l’eau mais je sais qu’elle n’hydrate pas : je me lave la figure à l’eau (+ mon soin lavant home made sans parfum ni HE car j’ai une peau réactive) pour me réveiller ; je suis un « dauphin » il me faut le contact de l’eau, sinon je ne suis pas bien lol

    Et quand j’utilise un brumisateur d’eau de source en saison chaude, c’est pour me rafraîchir : je laisse agir qq secondes et ensuite je tamponne délicatement avec un kleenex ; je ne laisse pas l’eau sécher à la surface de la peau.

    • Merci des precisions interessantes.
      J’ai tendance a penser pareil pour l’eau sur la peau mais figure toi que je suis tombee sur des ecrits de dermatologues (americains) qui preconisent des bains pour que l’eau « penetre » la peau. J’ai lu exactement l’inverse par d’autres…
      Je dois encore faire des recherches pour tout faire le point.
      J’etais comme toi avant (un dauphin !) mais j’ai appris a modifier mais si ta peau supporte bien, c’est cool !

      J’ai remarque aussi que maintenant je peux appliquer de l’eau en petite quantite sur mes cheveux (passer mes mains humides) sans rien derriere et j’obtiens un effet « dynamisant des boucles » sans trop de frisottis/mousse, je suppose que le climat y fait aussi (chaud et sec la ou je suis en ce moment). Il faut aussi que mes cheveux ne soient pas trop loin de leur dose d’ap-shampooing toutefois…

  11. Miss boucles, je me permets un lien vidéo concernant les besoins de la peau https://www.youtube.com/watch?v=XS-cdo74gGU&feature=youtu.be&ab_channel=JulienKaibeck : pour celles et ceux qui connaissent le blog l’essentiel de Julien, cette vidéo est instructive et ludique et je trouve qu’il schématise bien le fonctionnement du ciment intercellulaire 😉

  12. Erreur de frappe, j’ai tapé hypoderme au lieu de derme dans mon avant-dernier post (l’eau est emmagasinée dans le derme)

  13. Des bains pour faire pénétrer l’eau dans la peau ? Ils ont fumé quoi les dermatologues américains ?

    L’immersion un certain moment dans l’eau aurait plutôt tendance à chasser l’eau, je pense plutôt qu’à la faire pénétrer, mais bon, ils ont le droit de le penser, mais moi, je ne vais pas les suivre…

    Moi, je vois quand je reste un bon moment dans l’eau, j’ai la peau du coup encore plus assoiffée (je suis obligée de lui appliquer encore plus d’huile, surtout les jambes et les bras) et la peau toute frippée aux doigts lol

    Pour le fait d’humecter légèrement tes cheveux avec les mains légèrement humides sans rien derrière, si tes cheveux supportent, c’est bien ; perso, si moi je fais ça sans y ajouter un peu d’émulsion derrière, mes cheveux vont se mettre à faire des frisottis (pas forcément mousseux si c’est peu d’eau), mais bon, moi j’ai les cheveux fins mais nombreux, ils doivent être plus enclins à la formation des frisottis 😉

    • ca m a semble curieux car pareil peau toute fripee, pas bien du tout meme apres une simple douche, mais bon je dois encore creuser, a suivre sur le blog !

      oui l’eau seule sur les cheveux, a tres petite dose et sans en abuser toutefois ! mais c est vrai que les matins presses, ca peut depanner parfois 🙂

  14. Ah oui, c’est très curieux même lol

    Autant, je n’ai pas l’esprit étriqué quand il y a plusieurs écoles sur certains usages qui diffèrent ou quand j’entends une version qui va à contre-sens des idées reçues (ce qui fut le cas pour le cheveu), mais là, ça me paraît tout bonnement impossible l’apport d’eau en externe ; pour moi, le seul apport d’eau favorable à la peau, c’est en interne ; en externe seule, elle rafraîchit et si en immersion dans l’eau, elle aura tendance à provoquer la perte en eau plutôt.

    Tout comme y a 2 écoles pour l’ordre du gommage en parallèle d’un sauna facial (fumigation) : y en a qui prônent le gommage avant la fumigation et d’autres sont pour le faire après : là-dessus, je pense qu’il faut faire en fonction de ce qu’apprécie sa peau ; j’ai testé les 2 ordres et ma peau préfère la fumigation d’abord et le gommage après, mais j’ai la peau compacte qui préfère après, ainsi les peaux mortes s’éliminent plus facilement et plus délicatement après sur moi.

    Pour l’eau en faible quantité sur les cheveux sans rien derrière, ça dépend de nos cheveux, je pense : y en a qui supportent bien, d’autres moins bien… j’ai une copine qui elle se mouille la tête au complet le matin en dehors du jour du shampoing, se redémêle les cheveux trempés sans ajout de quoique ce soit dessus et les sèchent ensuite, ça lui réussit bien 😉

  15. Je viens de lire, merci d’avoir fait la partie pour le cuir chevelu et pour les autres zones.

    Honnêtement, je n’ai jamais fait d’exfoliation au cuir chevelu car j’ai toujours considéré cela un non sens et même négatif : j’avais vu des filles qui utilisaient le shampoing exfoliant farida b, par exemple, parce que leur cuir chevelu générait de la pellicule sèche.

    En fait, pour moi, ça revient au même que de lire ou entendre une personne affirmer qu’elle gomme son visage pour une dermite séborrhéique ou une dermatite, ça n’a pas de sens !

    Un cuir chevelu qui présente des pellicules (sèches de surcroît), faut pas tenter de le calmer avec une exfoliation, je pense que le pseudo « remède » empirerait les choses.

    Et côté peau du visage, les brosses nettoyantes vendues à cet effet, c’est du décapage pur et dur ! Jamais je ne mettrai ça sur mon visage, sinon c’est le feu lol Non, moi j’exfolie en douceur avec un gommage au sucre et au miel tous les 15j car j’ai la peau sensible et réactive mais comme j’ai la peau compacte et dense, elle génère plus de peaux mortes… sinon, pour les peaux fines, je ne conseille pas l’exfoliation car les peaux mortes partent d’elles-mêmes quand elles sont en petite quantité.

  16. Bonjour Miss Boucles, j’aurais une question. Quelles sont exactement les conséquences d’une application régulière d’un après shampoing sur les racines? J’ai toujours appliqué mon après shampoing des racines aux pointes, sans ça mes racines sont un peu sèches pendant un ou deux jours. Mais depuis deux semaines je n’utilise plus de shampoing et j’applique seulement un après shampoing (« Vive la Révolution » LUSH) tous les deux jours des racines aux pointes. Mes boucles sont plus belles et plus souples, mes cheveux plus doux, et j’ai remarqué moitié moins de pertes après le démêlage. Suis-je en train d’étouffer mon cuir chevelu, ou de « ralentir » ma pousse?

  17. Kiwi, je fais comme toi, j’applique l’AS des racines jusqu’aux pointes et pas de souci, pas de pellicules (qui révèle un cuir chevelu irrité) ni racines grasses (je n’ai jamais eu les racines grasses).

    Mais comme l’a dit miss boucles, faut un AS clean à ce niveau pour éviter d’avoir des désagréments sur le moyen ou long terme.

    Même ma crème capillaire, je l’applique sur les racines et aucun souci, mais c’est une crème capillaire home made. Ayant les cheveux frisés (entre le 3b et le 3c), j’ai un cuir chevelu naturellement sec (mais sain), et mes racines ont autant besoin de soin que mes longueurs et je n’ai jamais d’effet gras ou autres.

  18. Bonjour. Miss boucles dans un des échanges précédent, tu dis que le cheveu est est une matière morte et que nous soyons de type caucasienne ou afro naturel les besoins de gainage (« hydratation « ) sont les mêmes. Par conséquent est-ce que les produits dits formulés spécifiquement pour les cheveux afro naturels ont une vraie valeur ajoutée sur nos cheveux ? Ou est-ce juste du marketing ? Merci

    • bonjour Flo,
      le besoin de « gainage » de la fibre capillaire est en effet le meme pour tous types de cheveux bouclés/crépus, apres ce qui va différer c’est le niveau de « gainage » requis.
      En effet plus la frisure est serrée/prononcée plus le besoin de « gainage » va etre important pour lisser les ecailles (textures plus ou moins gainante/riches). En effet comme je l’expliquais ds un autre billet plus le cheveu est frisé (i.e) courbé, plus les écailles sont ouvertes, donc poreuse donc plus de soins hydratants nourrissants requis pr parvenir a un bon gainage. C’est une question structurelle. (encore une fois tout dépend du résultat qu’on veut obtenir car certaines personnes apprécient les looks un peu aérien/ »mousseux » pas forcément avec des boucles tres définies, question de gout personnel).
      plus d’infos par ici http://beautiful-boucles.com/la-porosite-naturelle-des-cheveux-bouclesfrisescrepus-le-critere-structurel/

      Donc en reponse je pense que les produits specifiques afros st interessants.
      Le cuir chevelu afro peut differer aussi, en particulier en climat europeen
      voir article http://beautiful-boucles.com/cuir-chevelu-sec-ou-pellicules-comment-faire-la-difference-et-comment-les-traiter/

  19. J’ajouterai un élément à ta réponse à Flo, miss boucles : les produits gainants/riches en fonction du degré de frisure, totalement d’accord, mais j’attire l’attention concernant les produits dit « afro ». Bien lire la composition, car le marché des produits « afro » est un filon tellement juteux qu’on nous prend pour des buses !
    Car vous pourrez trouver pas mal de produits « afro » avec en début de liste « paraffinum liquidum » ou « petrolatum » : en dehors du souci écologique, ces huiles minérales n’aident pas du tout les cheveux frisés ou crépus.

    Ma mère a les cheveux crépus et utilisait bcp les produits dits « afro », croyant que c’était justement adapté à ses cheveux et surtout ne sachant pas déchiffrer les dénominations INCI dans les compos ; au final, tous les produits de marque qu’elle avait acheté contenaient quasiment tous des huiles minérales.

    Au fil des utilisations, ses cheveux, pourtant très secs, avaient un toucher poisseux et surtout perdaient en souplesse : car oui, les huiles minérales apportent des corps gras et ont des propriétés filmogènes (donc freinent la perte d’eau), mais empêche le contact de l’eau avec le cheveu quand tu veux rafraîchir ta coiffure les lendemains de shampoing car tu auras beau tenter d’humecter un peu tes cheveux, pas moyen, on dirait qu’il y a un film plastique sur les cheveux et au final, le cheveu perd sa souplesse (je fais allusion à ce léger apport d’eau extérieur pour dynamiser les boucles, comme en a parlé miss boucles dans certains de ses billets, les fameux liens hydrogènes).

    Des propriétés filmogènes, oui, mais pas n’importe lesquelles, elles ne se valent pas toutes. Ma mère en est revenue depuis de ce genre de produits car ses cheveux avaient considérablement perdu de leur souplesse. Donc, bien lire les compo de ces produits là aussi, car ils sont loin de valoir mieux 😉 Le prix est loin de garantir la qualité, c’est souvent le packaging qu’on nous fait payer.

  20. J’ai également oublié un autre détail à l’égard d’une bonne partie des produits dits « afro » : bcp ne sont pas exempts d’alcool (isopropyl ou autres). Et en parallèle, certains produits (fabriqués aux USA où autres pays où la réglementation diffère de la nôtre), mentionnent une liste tronquée (la réglementation de leur pays le permettant).

    Vous ne manquerez pas d’ailleurs d’y voir, par exemple, sur certains pots un avertissement comme quoi le produit est inflammable alors que la liste des ingrédients ne mentionne nullement de l’alcool, cherchez l’erreur.

  21. oui effectivement, privilegiez produits capillaires afros de qualite, marques serieuses, francaises ou euro avec legislation serieuse quant aux obligations INCI (compo) et labels.
    voir ensuite les composants qui st les plus efficaces en fonction de la texture et des besoins, plus ou moins filmogenes, etc.

    L’avantage que je vois aux produits dits afros c’est qu’ils st en general plus riches dc susceptibles d’offrir un pv gainant plus fort.

  22. Oui, oui, si le produit dit « afro » a une compo nette et fiable (car des sites françaises vendent des marques américaines, par exemple et la liste est tronquée), le produit sera plus riche et vraiment bon pour nos cheveux.

    Le dernier produit en date que qq copines m’ont fait l’éloge, et qui m’a fait flipper car il est vendu ds bcp de boutiques de produits afro en ligne, c’est une crème sans rinçage de la marque African pride (le shea butter miracle, leave in conditionner), une marque américaine : à l’ouverture du pot, pouah, ça puait l’alcool à plein nez pour moi ; les copines qui me disent qu’il n’y a pas d’alcool dans la compo, en effet, ce n’est pas mentionné dans la compo mais mon nez ne me trompe pas… et un peu plus bas, je lis une mise en garde en anglais comme quoi c’est inflammable… no comment ! Dommage, parce qu’après l’eau, il y a de bons gras végétaux (le beurre de karité, l’huile d’olive et argan) mais il sent trop l’alcool ce produit, donc les bons gras ne resteront pas sur les cheveux pour les gainer.

    Pour celles qui ne veulent pas confectionner elles-mêmes leurs crèmes capillaires, il y a une marque de produits afro bio que la copine de ma mère utilise (ma mère aussi quand j’ai pas eu le temps de lui envoyer un nouveau pot de crème, on n’habite plus la même région), c’est Kemsia, confectionnée par Naturi Ebene http://www.kemsiacosmetics.com/index.php ; il y a certainement d’autres marques qui font dans le bio afro.

    Pour ma part, je confectionne moi-même mes produits car ça me revient moins cher au final que d’acheter des produits capillaires bio : car les huiles et beurres, ainsi que les émulsifiants et autres, je ne les utilise pas que pour mes produits capillaires, j’utilise aussi pour la peau, produits lavants, etc. Donc, c’est de l’investissement au départ, mais au final, tout ce que je peux faire avec la dose d’ingrédients que j’achète, ça me revient nettement moins cher 🙂

  23. Bonjour, j’avoue ne pas avoir lu ton article au complet, j’ai lu jusqu’au silicone et ensuite j’ai survolé.
    Excuse moi de te dire que je trouve assez malhonnête intellectuellement parlant de dégager le probleme environnemental des silicones SYNTHETIQUES en t’appuyant sur des extraits d’une thèse de 2008.
    On sait tous ce qu’est une thèse.
    Si le probleme etait à négliger de la sorte, j’imagine que les labels bio les autoriseraient.
    Ils tolèrent bien, certains, des sulfatee…donc.
    C’est le truc quand on part dans les grandes thèses ultra scientifiques, il faut être irréprochable sur ses sources.
    C’est dommage, mais on sent vraiment le parti pris scientifique, chimique et compagnie….

    • Val, j’ai recherche des infos concretes sur le pb environnemental pose par les silicones et je n’ai pas trouve grand chose, maintenant il est vrai que comme le precise cette these qui est le seul rapport scientifique que j’ai pu trouver (mais si tu as d’autres elements je serai heureuse de les integrer), une part d’inconnue demeure (opacite due aux enjeux financiers a priori).
      Ceci etant dit, il est vrai que je n’ai aborde ici que le souci de degradation des silicones mais leur production en tant que telle est aussi a prendre en compte car je suppose qu’elle n’est pas sans effet polluant, tout comme toute substance chimique.
      Je vais completer cette partie des que j’ai un peu de tps en l’etayant avec des sources scientifiques si j’arrive a en trouver. En tout cas si tu as des references, je suis preneuse.
      Je ne suis pas pro-silicones (et l’auteur de cette these ne l’est pas non plus).

  24. très bon article c’est un régal de te lire <3

  25. Salut miss boucles :
    Je suis plutôt d’accord avec ce que tu dis dans ton article :
    « L’eau reste utile malgré tout pour redynamiser l’élasticité/le rebond des boucles (formation de liaisons hydrogènes) en vaporisation légère de préférence suivie d’un soin hydratant (corps gras, émulsion avec ou sans rinçage).
    Indispensable aussi pour le démêlage (ne jamais démêler à sec ses boucles, à moins d’aimer les effets mousseux bien sur !) »

    J’utilise l’eau pour ces effets là.
    Je pense que lorsque les gens parlent d’hydrater, ils sous entendent ce tu décris :
    – redynamiser les boucles et booster l’élasticité : ceci évite donc la casse lors du coiffage
    – super aide au démêlage : facilite le coiffage +++

    Mais je ne vois pas pourquoi employer le mot « hydrater » choque car selon le dictionnaire Larousse :
    Hydrater , verbe :
    sens 1 : Combiner de l’eau avec un corps
    sens 2 : Apporter de l’eau à un corps ou un tissu.

    Et toujours selon le Larousse :
    Corps = Tout objet, toute substance matérielle

    En appliquant de l’eau sur le cheveu, on l’hydrate donc.
    Que l’eau pénètre ou pas et soit absorbé ou pas par le cheveu, pour moi c’est une autre question 🙂

    • Ton explication n’est pas bete, mais disons que souvent les gens utilisent le terme hydrater pour les cheveux dans le sens de soin (i.e soin hydratant) et l’eau n’est pas vraiment un soin dans le sens ou elle peut avoir divers effets nefastes (frisottis, fragilisation de la fibre, etc.). L’eau n’est pas un actif a proprement parler meme si comme on le sait elle peut favoriser l’elasticite sous certaines conditions.
      C’est la raison pr laquelle je dis que le soin hydratant designe plutot la substance, l’actif qui va rendre le cheveu plus hydrophobe et lisser ses ecailles par un effet filmogene, ce sont eux les vrais actifs des soins dits « hydratants ». Si une personne se contente de mettre de l’eau sur les cheveux, elle n’aura pas d’effet conditionneur et pourra meme, ds certains cas, se retrouver avec une botte de foin…

      PS: Merci a Koko pr l’explication annexe qui rejoint mes propos.

  26. Lyllow, tu confonds le rôle que joue la légère humidification du cheveu (les fameuses liaisons hydrogènes) qui redonne du tonus (à condition d’y ajouter un peu de soin derrière, sinon risque d’effet mousseux) et l’hydratation en elle-même.

    L’eau seule en apport externe n’hydrate pas, que ce soit pour le cheveu ou la peau, ce sont les lipides qui agissent et qui freinent également la perte en eau (l’eau interne qui, elle, provient du derme).

    Donc, si tu ne mets que de l’eau sur tes cheveux, l’eau externe étant alcaline (pH compris entre 7 et 8.5 selon les régions), elle va faire mousser ton cheveux et le rendre poreux même à force. Humecter un peu les cheveux et ajouter derrière un peu de soin, oui, car le soin lui apportera les lipides, l’eau permettra une meilleure glisse et surtout un démêlage plus doux combiné avec un soin car démêler à sec, c’est agresser davantage le cheveu.

    Donc, le sens du dictionnaire, je dirai qu’il fait surtout allusion à l’eau interne (celle qui est dans le derme) mais pas à l’apport externe. Tout comme si tu mets que de l’eau sur ton visage, ça va te rafraîchir mais certainement pas t’hydrater. Pour le cheveu, pareil, sans lipides, ton cheveu ne sera pas hydraté.

    D’ailleurs, l’article d’où tu cites le passage de miss boucles, dans ce même article, il est également précisé « Utilisée seule, son action apparaît plutôt asséchante et dégradante pour la cuticule, d’autant plus si l’eau est calcaire ».

    D’ailleurs, y a un autre article très intéressant de miss boucles qui complète l’article que tu cites http://beautiful-boucles.com/hydratation-des-cheveux-zoom-sur-le-film-hydrolipidique-2/

  27. Miss boucles, je réalise que j’oublie souvent de cliquer sur Répondre quand je poste un commentaire pour répondre à un commentaire, désolée… je tâcherai d’y penser la prochaine fois 😉

  28. Au fait, pour ton information, de l’huile mélangée à de l’eau, c’est une émulsion.

    • Huile et eau ne st pas miscibles dc tu ne peux avoir d emulsion a moins de rajouter un emulsifiant.

    • Et non, l’huile ou le beurre (tout corps gras) est insoluble dans l’eau, c’est pour cela qu’il existe divers émulsifiants pour réaliser des émulsions, car sans émulsifiant pas d’émulsion ! Si l’huile et l’eau pouvaient se mélanger sans rien, l’émulsifiant n’existerait pas… C’est le BABA de la fabrication d’une émulsion (je fais mes propres cosmétiques, soin hydratant visage, crème capillaire, après-shampoing, etc.).

      Après, y a 2 types d’émulsion : émulsion huile dans eau (formules les plus courantes pour les peaux normales, mixtes et grasses mais aussi les sèches avec une phase grasse plus importante) et émulsion eau dans huile (pour les peaux très sèches/atopiques). On n’utilise pas les mêmes émulsifiants selon le type d’émulsion désiré.

      Idem pour les huiles essentielles : si on veut les rendre solubles dans l’eau, il faut un dispersant ou un alcool pour les rendre solubles dans l’eau.

  29. Bonjour,
    Merci pour cet article! Je suis tout à fait d’accord avec votre logique!!
    En revanche, j’ai une question concernant le henné. Ce serait donc un « soin » (synonyme de « cache-misère ») car il enveloppe, gaine le cheveu. Par contre, si c’est le cas, s’il constitue une gaine par dessus le cheveu, pourquoi a-t-on quand même cette impression de cheveu sec avec le henné?
    Le conseillez-vous?
    Merci d’avance pour votre réponse!

    • salut Pauline, je ne dirai pas nécessairement que le henné est un soin même si je sais que certaines personnes le considèrent comme tel a priori. c’est un moyen de coloration plus naturel que le chimique si le henné est vraiment végétal.
      Plus d’infos par ici http://beautiful-boucles.com/le-henne-nocif-pour-les-cheveux/

    • Le henné dessèche un peu les cheveux car la couleur doit peut-être prendre la place de l’eau contenue dans le cheveu. C’est une supposition.

      De toute façon, il faut bien que la couleur soit véhiculée pour se fixer donc un corps liquide est nécessaire.

      Pour annihiler la sécheresse due au henné, il suffit de rajouter une demi-cuillérée d’huile d’olive dans sa préparation avant de la poser sur les cheveux.

      Résultat impec.

  30. Slt Koko ,

    pourrais tu me donner quelques unes de tes recettes capillaires homemade stp? (creme sans rincage, shampooing et AS…)

    ce que tu dis m interesse beaucoup aussi! merci:-)

  31. Bjr miss boucles,

    j ai pas eu de reponses de Koko alors permets moi de me tourner vers toi. J ai coupé mes cheveux tout courts suite à des colorations trop rapprochées qui les ont trop abimé. Puis apres un teste de porosité, j ai decouvert q mes cheveux tres épais et ultra secs sont peu poreux alors Je les ai lavés avec du bicarbonate de soude(j ai vu ca dans le site d oléassence pfff) pour faire pénetrer les soins, qui est une idée recue d après ton article et là maintenant 2 mois apres le retour naturel, il me semble q rien y fait. j ai tjs les cheveux qui restent tjs ultra secs et dejà avec des fourches, frisottis(j utilise le shampooing timotei bio chvx secs et apres shampooing meme marque mais pour chvx normaux et parfois du shikakai), et qui poussent peu peut etre(0,7cm le 7 mai et un peu moins de 3cm en ce moment) malgré des traitements aux oignons pdt 1 mois.

    Est c q mes cheveux ont ete encore une fois abimés par le bicarbonate de soude?
    Et quels conseils me donnes tu pour q mes cheveux ne soient plus trop secs et aient une porosité normale?

    • bonjour Bozi, le bicarbonate de soude est très alcalin donc je te laisse imaginer ce qu’il fait aux cheveux… (regarde mon article sur l’importance du pH).
      Sinon pour tes questions plus générales de conseil personnalisé et plus approfondis qui dépasse le cadre de cet article, j’ai lancé il y a peu une nouvelle offre de service de coaching capillaire personnalisé, tu trouveras plus d’infos ici si jamais cela t’intéresse : http://beautiful-boucles.com/contactez-beautiful-boucles/

  32. Bonjour Chères Boucles,

    Je suis multitexture (3B, 3C, 4A, épais partout sauf les cheveux du bas derrière qui sont fins), j’ai les cheveux mi-longs en dessous des épaules.

    Cela fait 2 ans que je prends vraiment soin de mes cheveux, après la casse massive suivant mon arrivée à Paris (déprime, mauvais comportement alimentaire etc…).

    L’eau je l’utilise en spray avec de la glycérine, du gel d’aloe vera, de la protéine de soie, de la phytokératine, de l’hydrolat, de l’huile essentielle….

    Chaque soir un traitement d’huile chaude sur le bout des cheveux. Toujours en coiffure protectrice, bonnet de satin et low manipulation (pas de peigne sauf quand je démêle avec mon après shampoo) et rinçage au vinaigre de cidre avec eau.

    Je démêle en semaine avec les doigts.

    L’eau seule ou avec de l’huile ce ne sera jamais suffisant. L’ajout d’actifs pour gainer, renforcer et lisser sera toujours important.

    Je pense que tu joues beaucoup sur les mots sans apporter de nuances véritables. Je crois que tu aurais dû parler plus de mauvais lexique que de réels mythes.

    Oui le cheveu est de la matière morte, ce qu’on irrigue c’est le cuir chevelu qui lui est bien vivant (et d’où la racine des cheveux est ancrée). Le sang y circule et on doit le masser de temps en temps.

    Pour les cheveux noirs et métissés l’équilibre en apport d’eau (mélangé à des actifs et autres HV ou HE) avec l’apport de protéines est important.

    Les masques capillaires (maison ou autres) qui sont protéinés réparent les dommages en surface et profondeur (dépend des ingrédients et du temps de pose).

    Pour moi ça fonctionne terriblement, je vois mes cheveux pousser à vue d’oeil en l’espace de 2 à 3 mois.

    Lorsque j’ai de la mini casse c’est que je n’apporte pas assez de protéines ou d’actifs. Les cheveux en raffolent donc tous les 2 mois je me fournis en produits naturels. Car sans ça casse assurée. Je ne fais plus de shampoo, seul mon savon d’alep a ce rôle je fais un après shampoo par contre mélangé avec un oeuf et d’autres ingrédients, je viens d’acheter un conditionneur végétal et mes cheveux sont tout lissés.7
    Et après méthode LOC avec beurre de mangue.

    L’eau seule n’apporte rien et oui ça fragilise. Mais le spray est indispensable dans ma routine avec 80% d’eau et 20% d’actifs et autres….

    Je le redis moi ce que je fais fonctionne à merveille mes cheveux n’ont jamais été aussi longs et brillants.
    Il faut trouver des produits naturels ils ne sont pas aussi chers que les shampoos et huiles du commerce.
    Moi j’achète de l’huile de pépins de raisins 4,34 euros pas des trucs genre avocat à _ euros la mini bouteille. Et je ne vais jamais chez le coiffeur.

    Je lisse 3 fois par an mes cheveux c’est tout, pas de coloration et je coupe les bouts tous les 6 mois pour éviter les fourches et la formation de noeuds.

    Je pense que faire des articles « provoc pour clic » c’est bien mais faut donner la bonne info qui est selon moi que les termes sont parfois mal utilisés et ne rendent pas compte de la réalité des soins capillaires. J’aurais plutôt anglé là dessus car dans les comm’ il y a bcp de confusion. Sinon j’aime ton blog et ta démarche bonne chance.

    • bonjour Diane et merci d’avoir pris le tps de rédiger ta contribution qui en intéressera certainement plus d’une.
      ta critique est constructive mais sincèrement mon but n’est pas de « courir au clic ». Cet article est parti de ma frustration de lire sur trop de blogs, sites et même dans les médias des infos erronées ou pouvant mener à confusion.
      En ce qui concerne l’eau, comme je l’ai mis, elle est importante ds une routine boucle car elle dynamise l’élasticité mais elle « n’hydrate » pas le cheveu comme on l’entend/le lit souvent (j’ai même lu des personnes qui préconisent des routines « water only ») au sens où si on se contente juste d’asperger ses cheveux d’eau on se retrouvera avec une botte de paille et guère plus mais je crois que sur ce point on est plutôt d’accord. Bonne soirée !

      • Bonjour Miss Boucles,

        D’acc. Je comprends mieux ton article. Je ne savais pas que certaines préconisaient de l’eau seule, c’est ridicule et sans effet selon moi. Je le redis des actifs et des soins naturels constants sont la clé pour une chevelure plus longue et plus en santé.
        Je suis vraiment très contente que tu dises que certaines expressions ne plaquent pas à la vérité capillaire. Sur ce point je pense que ta démarche pédagogique est la bonne. Dslée si ma critique t’a offensé mais je vois que non. Très bon blog.

  33. Félicitations pour vos articles. Enfin la prise en compte des résultats de la recherche afin d’expliquer pédagogiquement ce qu’est un cheveux. J’apprécie que vous soulignez le fait que le cheveux est un cadavre à entretenir. Somme toute entretenir nos cheveux, c’est une sorte de momification. Juste une petite remarque, il me semble que vous dites parfois « cellule de kératine » là ou il faudrait dire molécule.

    • Merci de votre message, je n’ai pas trouvé dans l’article le terme de « cellule de kératine »… pourriez vous me pointer la phrase concernée, de sorte à faire la correction svp ?
      merci encore !

  34. j’applique tout ce qui est déconseillé ici depuis plus de 5 ans et mes cheveux se portent bien. ils ne sont ni secs, ni rêches, ni ternes, ni cassants. Leur aspect s’est amélioré. Je les porte courts parce que ça me convient bien, mais ils poussent vite. Les silicones imperméabilisent le cheveu à terme, le plastifient comme c’est écrit. Quand j’utilisais des produits à base de silicone, mes cheveux mettaient plus de 24 heures à sécher après un shampoing, c’est normal ça peut- être ? Quand je ne vaporise pas d’eau sur mes cheveux, je vois tout de suite la différence. oui l’eau et l’huile ne sont pas miscibles. Et alors ? Cela veut juste dire qu’avec un vapo d’eau mélangé à un peu d’huile, on vaporise les 2. Je lis et je fais la part des choses. Là je m’interroge sur le sérieux des vérités scientifiques évoquées ici. Quelle est la crédibilité de ces sources ? Leurs recherches sont publiées ? reconnues par la communauté scientifique ? Qui les financent ? J’avoue j’ai laissé tomber la lecture car cela ne me paraissait pas convaincant. C’est un avis qui n’engage que moi. En tout cas, empiriquement après les avoir testés et éprouvé leur efficacité, je continuerai à opter pour les produits naturels et de préférence non polluants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *